Couvre-feu partiel au Rojava piégé par le coronavirus

0
194
SYRIE / ROJAVA – Les Kurdes vont imposer un couvre-feu partiel pendant dix jours dans la Syrie du Nord et de l’Est qui est en proie à une flambée d’infections dues au coronavirus.
 
Le conseil exécutif de l’administration autonome de la Syrie du Nord et de l’Est a rendu une décision aujourd’hui, imposant un couvre-feu partiel dans la région à la suite de la flambée des cas de COVID19.
 
La décision de couvre-feu, qui commence le 30 octobre qui durera pendant dix jours, est appliquée dans les conditions suivantes:
 
Tous les hypermarchés et établissements publics seront fermés, à l’exception des magasins et épiceries qui devront également être fermés à 15h00 pendant la période de couvre-feu, tandis que le travail dans les restaurants sera limité aux commandes à emporter uniquement.
Tous les lieux de culte doivent être fermés à l’exception de la prière du vendredi et des messes du dimanche à condition de respecter toutes les mesures de santé et de précaution nécessaires.
Tout rassemblement sera interdit, tandis que des masques faciaux et des mesures de précaution seront nécessaires dans les lieux publics, les marchés et les services officiels.
Les écoles, universités, instituts et jardins d’enfants restent ouverts, tout en adoptant toutes les mesures de santé et de précaution convenues entre le département de la santé et le département de l’éducation dans le nord et l’est de la Syrie
Distanciation sociale, hygiène et mesures de précaution à respecter dans toutes les constructions et institutions de l’administration autonome.
Le nombre de fonctionnaires et d’employés fréquentant les établissements gouvernementaux et publics sera réduit à un tiers, si nécessaire.
 
Le couvre-feu imposé par l’administration autonome exclut les hôpitaux, les centres médicaux publics et privés, les organisations internationales, la Croix-Rouge et le Croissant-Rouge, les pharmacies et tous les points de passage des frontières.
 
Il y a quelques jours, des sources médicales ont informé SOHR que le coronavirus s’était largement répandu dans les zones sous le contrôle de l’administration autonome du nord et du nord-est de la Syrie, alors que les autorités sanitaires étaient incapables de couvrir un si grand nombre d’infections ou de tester des cas suspects.
 
Il est à noter que le nombre officiel de cas d’infection annoncé par le service de santé de l’administration autonome a atteint 3 387, dont 658 cas ont été récupérés, tandis que 104 autres sont décédés. Cependant, des sources médicales fiables du SOHR ont confirmé que le nombre de cas confirmés dans les zones contrôlées par l’administration autonome dépassait 12 500 et 510 personnes infectées sont décédées à ce jour.
 
Selon les sources de l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH / SOHR), un grand nombre d’infections ont été détectées dans la ville d’Ain Al-Arab (Kobanê), où plus de 3 300 cas d’infection ont été documentés dans la seule ville. De plus, de nombreux civils à Kobanê présentaient des symptômes du COVID-19.
 
Des sources de l’OSDH ont également signalé des épidémies de coronavirus dans la ville et la campagne d’Al-Hasakah, Deir Ezzor et Al-Raqqah, mais de manière moins dramatique, le nombre total d’infections dans les trois provinces avoisinant les 9200.
 
Le secteur médical dans les zones contrôlées par l’administration autonome souffre d’une situation dégradée et désastreuse, au milieu de l’incapacité du département de la santé à tester les personnes présentant des symptômes du COVID-19. Les zones contrôlées par l’Administration autonome ont également connu la mort de dizaines de personnes infectées en raison du manque de soins médicaux appropriés.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici