ROJAVA. Des femmes de Daech tentent de tuer un réfugié irakien dans le camp d’Hol

0
609
SYRIE / ROJAVA – Un groupe de femmes de l’Etat Islamique (EI) a tenté de tuer un réfugié irakien dans le camp d’al-Hol où elles commettent des meurtres régulièrement depuis des mois.
 
La situation sécuritaire du camp de réfugiés d’al-Hol, près de la ville kurde d’Heseke, est inquiétante. Les femmes de Daech ont formé des milices pour terroriser les résidents du camp. En raison d’un manque de soutien extérieur, l’administration autonome peine à arrêter les attaques où ces femmes commettent des meurtres depuis des mois. Une autre attaque dans le camp a coûté la vie à un réfugié irakien.
 
Selon l’agence de presse Hawar (ANHA), les femmes des mercenaires de Daech dans le camp de Hol, à 45 km à l’est de la ville de Heseke, continuent de saper la sécurité du camp par des crimes tels que le fait de poignarder, tuer, brûler et de s’évader.
 
Il a été rapporté que les femmes des mercenaires ont tenté de tuer un réfugié irakien, appelé Hatim Abdul Karim. La tentative de meurtre a eu lieu dimanche soir, sur le marché du camp, où le réfugié irakien travaillant comme barbier sur le marché, a été blessé à la cuisse droite, et a ensuite été hospitalisé.
 
Les meurtres et les tentatives de meurtres à l’arme blanche ont augmenté à l’intérieur du camp, et les autorités de sécurité ont confirmé par des déclarations précédentes que cela est dû à l’état d’esprit de Daech que les femmes des mercenaires détiennent toujours.
Dans un récent rapport documentant les violations et abus continus de la part de presque tous les acteurs du conflit qui contrôlent le territoire syrien, la Commission internationale indépendante d’enquête sur la République arabe syrienne a accusé les Forces démocratiques syriennes (FDS) de la longue détention ou de l’internement des djihadistes de DAECH / ISIS et de leurs proches dans les prisons et les camps sous leur contrôle, y compris le camp de Hol.
 
Le commandant des FDS, le général Mazlum Abdi, a critiqué le rapport, déclarant que la « dimension complexe et internationale » de la situation dans le camp de Hol était « injustifiablement » ignorée. Le camp abrite quelque 65 000 personnes de dizaines de pays différents, dont des milliers de membres de Daech et leurs familles qui ont été appréhendés par les FDS après la capture du dernier bastion de l’organisation terroriste en Syrie orientale en mars dernier. « La plupart des Etats refusent de reprendre leurs ressortissants détenus dans le camp. Les organisations internationales ont réduit leur rôle à l’aide humanitaire », a déclaré Mazlum Abdi.
 
Le camp de Hol
 
Le camp de Hol, dans le canton de Hesekê, est composé de huit zones. Dans les zones un, deux et trois, il y a des personnes de Mossoul qui ont fui Daech en 2014. La zone 4 abrite des syriens déplacés. Dans les zones 5, 6 et 7, les djihadistes et leurs proches sont détenus, et les familles des djihadistes étrangers sont détenues dans la zone appelée « Muhajarad » (Emigrants).
 
Daech est toujours étroitement organisé parmi les femmes de l’ancien califat. Les enfants sont endoctrinés, les renégats sont assassinés. Depuis l’invasion turque d’octobre 2019, les tentatives d’évasion sont de plus en plus nombreuses. Ali Hesen, le responsable des forces de sécurité du camp, a déclaré qu’environ 700 tentatives d’évasion ont été empêchées depuis 2019.
 
Lorsque la règle territoriale de Daech dans le nord-est de la Syrie a été écrasée au printemps 2019, les familles de l’ancien « califat » ont été hébergées dans le camp de Hol. Actuellement, environ 40 000 femmes et enfants de Daech, originaires de 53 pays, vivent dans le camp dans des conditions précaires et sans aucune perspective d’avenir. À quelques exceptions près, les pays d’origine refusent de reprendre leurs ressortissants. Seuls les orphelins peuvent être rapatriés dans des cas isolés.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici