David Graeber a eu raison de reconnaître l’importance de la lutte kurde

0
408
L’anthropologue et activiste David Graeber a été un partisan précoce et engagé du mouvement de libération kurde et de la révolution du Rojava. Il a insisté pour que la communauté internationale, et la gauche internationale en particulier, reconnaissent et défendent ce qu’il a décrit comme « une expérience démocratique remarquable » jusqu’au moment de sa mort, à Venise la semaine dernière.
 
Il s’est rendu à plusieurs reprises dans la région autonome de la Syrie du Nord et s’est tenu aux côtés des militants kurdes à l’étranger lorsqu’ils se sont efforcés de sensibiliser la population à leur lutte.
 
Établissant un parallèle avec l’Espagne des années 1930, il a souligné dans une interview accordée à Novara Media l’année dernière que le Rojava représentait « l’une des rares occasions où les gens ont eu une vaste étendue de territoire pour voir si les idées socialistes libertaires peuvent réellement fonctionner sur le terrain », en décrivant le « succès étonnant » du projet.
 
Basée sur les idées du leader emprisonné du mouvement de libération kurde Abdullah Ocalan, le Rojava est composé de trois provinces à prédominance kurde qui ont obtenu leur autonomie au milieu de la guerre civile syrienne qui a débuté en 2011. Il est gouverné sur la base de principes tels que l’écologie sociale, la démocratie directe et la libération des femmes.
 
Après sa capture et son arrestation en 1999, Ocalan a commencé à réévaluer le programme politique du mouvement, qui avait auparavant cherché à créer un État kurde dans la tradition des autres mouvements marxistes-léninistes de libération nationale. Il est arrivé à un nouveau paradigme qui voyait dans l’État-nation lui-même, et non plus seulement dans les États-nations qui opprimaient et effaçaient le peuple kurde, un obstacle à la liberté.
 
Écrivant depuis une prison insulaire isolée et militarisée, Ocalan proposait que seule une société basée sur la démocratie directe, la décentralisation et la liberté des femmes pouvait renverser le système de l’Etat-nation et la modernité capitaliste. Il a qualifié ce système de confédéralisme démocratique – « le paradigme contrasté des opprimés ».
 
Graeber a crédité Ocalan d’être ouvert à l’adoption des idées qui sous-tendent la région autonome. Il a vu très tôt comment le confédéralisme démocratique pouvait être une alternative pour les personnes opprimées par le capitalisme et l’État-nation partout dans le monde, une alternative qui s’attaquait aux échecs des programmes radicaux plus courants sur la gauche internationale faible et disjointe.
 
Il a également compris et mis en pratique une chose qui fait partie intégrante de la cause kurde, et pourtant souvent effacée par ceux qui cherchent à la réduire à des préoccupations géopolitiques et à des développements stratégiques : que la lutte pour l’existence au Kurdistan est aussi une lutte pour la liberté de l’humanité.
 
Pendant des milliers d’années, dans la région qui a été divisée en un Moyen-Orient moderne, les gens se sont élevés contre la tyrannie. Depuis les premiers dirigeants des premiers États et empires jusqu’aux capitalistes et impérialistes modernes qui ont imposé de nouvelles frontières à la région, chaque escalade de l’oppression s’est heurtée à des gens prêts à se battre et à sacrifier leur vie pour l’empêcher.
 
Partout dans le monde, les gens connaissent mieux ces histoires qu’ils ne le pensent – certaines comme la mythologie, d’autres comme la religion, d’autres encore comme l’histoire moderne. Dans la philosophie d’Ocalan, elles font toutes partie d’un grand refus d’abandonner la liberté humaine – un refus qui n’a pas toujours été couronné de succès, mais qui a continué quand même.
 
Il est difficile de ne pas voir le combat du mouvement kurde pour la liberté contre Isis comme faisant partie de cette même tradition. Les grandes batailles de 2014 à Kobanê et à Shengal semblaient impossibles à gagner. Des dizaines de milliers de civils étaient confrontés à des massacres et à la brutalité de DAECH. Les armées des États de la région, plus habituées à sévir contre leurs propres civils qu’à les défendre contre des ennemis armés, s’étaient effondrées ou avaient fui.
 
Les femmes et les hommes des YPJ / YPG et du PKK étaient largement en infériorité numérique. Ils avaient peu d’armes, peu de ressources et moins d’alliés. Mais ils ont quand même gagné – parce que DAECH se battait pour mourir et détruire, et ils se battaient pour exister.
 
Dans les régions qu’ils ont libérées, ils ont mis en place un système basé sur les idées d’Ocalan – la promotion de l’égalité des sexes, la coexistence entre les différentes communautés religieuses et ethniques, et la démocratie ascendante. Ils ont non seulement stoppé l’avancée d’un groupe terroriste qui menaçait le monde, mais ils ont prouvé aux gens du monde entier qu’un système pouvait être mis en place pour garantir que cette oppression ne revienne jamais.
 
Graeber a été l’un des rares intellectuels occidentaux à voir ce que le Rojava signifiait pour les habitants de la région et les gens du monde entier – à une époque où la révolution y était la plus radicale et la plus fragile. En 2014, alors que la victoire à Kobanê était encore incertaine, il a comparé la bataille à la guerre civile espagnole, en se posant des questions précises : « Le monde – et cette fois-ci, le plus scandaleux de tous, la gauche internationale – va-t-il vraiment se rendre complice en laissant l’histoire se répéter ? »
 
Lorsque la région a été attaquée par la Turquie l’année dernière, avec le soutien total des mêmes États occidentaux qui avaient fait l’éloge de la lutte kurde contre DAECH, il a appelé les peuples d’Europe et des États-Unis à rejeter les actions de leurs gouvernements et à se montrer solidaires.
 
Aujourd’hui, alors que l’aggravation des crises rend les gens du monde entier plus conscients de l’insoutenabilité d’un système basé sur l’exploitation et la division, nous devons être capables de tirer les leçons d’autres luttes sans présupposés et de prendre des engagements de solidarité qui vont au-delà des mots. Avec la disparition de Graeber, nous avons perdu un homme qui vivait ces principes universels au quotidien. Ce que nous n’avons pas perdu, c’est l’exemple qu’il a donné et les idées qu’il a défendues. Nous pouvons nous souvenir de lui comme il s’est souvenu des habitants du Rojava qui ont donné leur vie dans la lutte contre DAECH – en mettant ces idées en pratique.
 
Giran Ozcan, le représentant du Parti démocratique des peuples (HDP) aux États-Unis.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici