TURQUIE. Les femmes kurdes sont la cible principale des politiques de guerre de l’AKP

0
751
TURQUIE / BAKUR – « La Turquie mène actuellement une politique de guerre spéciale contre le peuple kurde et la plus grande cible de cette guerre spéciale sont les jeunes femmes kurdes. »

Ces derniers temps, on assiste à une recrudescence de meurtres et de viols de femmes/filles, en Turquie et dans les régions kurdes de Turquie. Pour les Kurdes, il est certain que l’Etat turc utilise le viol pour détruire la société kurde.
 
La députée kurde du HDP, Dersim Dağ, déclare que les femmes deviennent la cible principale des politiques de guerre spéciales, à la fois en raison de leur identité de pouvoir jeune et plus dynamique dans la société et aussi en raison de leur identité de femme.
 
La députée du HDP pour la ville d’Amed (Diyarbakir), Dersim Dağ, a été interviewée par le journal Nûçe Ciwan de l’impact des politiques de l’État turc sur les jeunes femmes et les jeunes.
 
Interrogée sur l’augmentation des féminicides, Dağ a déclaré: « Avec la voix (…) d’Abdullah Öcalan atteignant les peuples du Moyen-Orient, les femmes ont pu respirer (…), trouvant de l’espace pour elles-mêmes dans la vie. Avec (…) l’isolement carcéral absolu [imposé à Abdullah Ocalan sur l’île prison d’Imrali], en Turquie, au Kurdistan, les femmes ont recommencé à ressentir les effets de la mentalité masculine dans tous les domaines de la vie.
 
D’autre part, il existe des politiques de guerre spéciales que les États fascistes mènent actuellement contre les peuples. La Turquie mène actuellement une politique de guerre spéciale contre le peuple kurde et la plus grande cible de cette guerre spéciale sont les jeunes femmes kurdes.
 
Elles deviennent la cible principale de ces politiques de guerre spéciales, à la fois en raison de leur identité de pouvoir jeune et plus dynamique dans la société et aussi en raison de leur identité de femme.
 
En conséquence directe de politiques spéciales en matière de matériel de guerre, de nombreuses jeunes femmes âgées de 17 à 18 ans au Kurdistan sont exposées au harcèlement et au viol par des sergents turcs, des soldats et des policiers. Ces sergents, soldats et officiers de police représentent l’Etat et ils voient le viol d’une femme kurde comme un exploit. »
 
Interrogé sur la campagne « agir » , Dağ a déclaré: « Nous avons lancé une initiative contre ces politiques avec le slogan « Agissez ». Dans cette initiative, bien sûr, nous sommes confrontés à de nombreux problèmes tels que la question de la prostitution, drogues et la toxicomanie. Bien entendu, nous travaillerons également sur des politiques spéciales de guerre pour résoudre ces problèmes.
 
Nous travaillons à sensibiliser les jeunes à ces politiques de guerre spéciales, à ce qui est visé par les politiques de prostitution, de drogue et de toxicomanie, pourquoi les jeunes devraient être organisés et comment ils devraient être organisés.
 
Dans les jours à venir, nous aurons également des actions concrètes et des activités contre la drogue, la prostitution et la contrebande (…). »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici