TURQUIE. Les cas de Covid-19 augmentent dans les régions kurdes

0
580
TURQUIE / BAKUR – Au Kurdistan du Nord (Bakur), où le nombre de contaminations au Covid-19 ne cesse d’augmenter, 346 agents de santé ont été testés positifs à dans la province de Diyarbakir (Amed). Les Kurdes accusent le gouvernement turc d’éviter délibérément de prendre des mesures contre l’épidémie dans les régions kurdes.
 
La normalisation rapide observée après les mesures de quarantaine mis en place pour lutter contre l’épidémie du coronavirus (Covid-19) a conduit à des avertissements concernant une deuxième vague qui pourrait survenir plus tôt que prévu. Cependant, le gouvernement turc n’a pas pris de mesures et les données n’ont pas été correctement fournies, ce qui a incité l’Association médicale turque à dire à plusieurs reprises que l’assouplissement était dangereux.
 
Les médias ont rapporté que le nombre de cas avait augmenté d’Amed à Cizre(régions kurdes) et finalement la plateforme de santé de Diyarbakır a annoncé que 346 travailleurs de la santé de la ville avaient été testés positifs au Covid-19 le 6 août.
 
Selon le communiqué, l’infection, qui a été diagnostiquée principalement chez les infirmières et les sages-femmes, était de 95 pendant 2 mois après le premier cas, et a augmenté à 251 après le retour progressif à la normalisation après le 1er juin.
 
S’adressant à l’ANF, le médecin en oncologie Halis Yerlikaya a déclaré qu’il y a environ 600 patients dans les hôpitaux d’Amed et beaucoup sont mis en quarantaine à domicile. « La situation n’est pas réconfortante. Le nombre de patients à Diyarbakır est très élevé, il n’y a pas de place dans les unités de soins intensifs. Nous avons environ 300 patients par jour à Diyarbakır. Certains de ces patients se présentent aux urgences et reçoivent des médicaments et sont renvoyés chez eux, puis, lorsque leur état s’aggrave, ils sont ramenés à l’hôpital. De nombreux patients observent la quarantaine à domicile, tandis qu’environ 600 personnes se trouvent dans les hôpitaux de Diyarbakır. »
 
Déclarant que le gouvernement a suivi le modèle d’immunité collective, Yerlikaya a souligné que cette politique était encore plus mise en œuvre dans la région [kurde]: « En fait, les gens d’ici sont presque abandonnés à leur sort. Le gouvernement agit en fonction de préoccupations économiques et non de données épidémiologiques et scientifiques. Le nombre de cas a augmenté encore plus avec les mesures de normalisation rapide prises après le 1er juin, car les préoccupations économiques sont au premier plan plutôt que la santé publique. »
 
Yerlikaya a déclaré que les mesures prises sont insuffisantes: « Vous ne pouvez pas résoudre ce problème en augmentant simplement le nombre de lits de soins intensifs dans les hôpitaux. Cette question doit être traitée sur une base scientifique. La façon de faire est de tester tout le monde. Actuellement, si l’un des membres de la famille est positif, les autres ne sont pas testés, ce qui est bien sûr un problème. Les gens ne prennent pas beaucoup de précautions. Nous avertissons toujours que le masque doit être utilisé pour couvrir la bouche et le nez, que la distance sociale doit être maintenue, que l’hygiène doit être respectée, en particulier dans les environnements fermés. L’une des raisons les plus importantes de l’augmentation du nombre de cas dans la région est que les gens se rassemblent dans des environnements fermés, par exemple pour les mariages et les funérailles. Mais en fin de compte, cela ne peut pas être traité avec des mesures individuelles. Ce que fait actuellement le gouvernement se limite à faire des appels sur cette question. Mais cela ne suffit pas, les gens doivent aussi jouer leur rôle et le gouvernement doit s’acquitter de ses responsabilités en s’appuyant sur des données scientifiques. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici