TURQUIE. Une jeune Kurde emprisonnée depuis 3 ans sans acte d’accusation

0
426

TURQUIE / BAKUR – A partir du soi-disant coup d’Etat échoué de juillet 2016, des dizaines de milliers d’opposants, mais surtout des Kurdes, des députés, maires, journalistes, avocats, défenseurs des droits humains, des féministes, de simples citoyens… ont été arrêtés en Turquie et au Kurdistan du Nord. La plupart ne savent même pas de quoi ils sont accusés puisque’il n’y a jamais eu d’acte d’accusation rédigé !

 

Quel est le crime qu’on reproche à ces détenus? Ils ne soutiennent pas ou critiquent le pouvoir en place. Quand aux Kurdes arrêtés, ils sont systématiquement accusés de « terrorisme » car ils exigent le droit à l’auto-détermination, le droit de parler leur langue maternelle, vivre leur culture… tout ce dont chaque peuple doit jouir selon le charte des Nations-Unies. La jeune Dersim Konak fait partie de ces détenus jetés aux oubliettes par les autorités turques injustement.

Dersim Konak, une jeune étudiante de 17 ans, a été arrêtée il y 3 ans pour avoir participé à une marche organisée pour le 8 mars, Journée internationale des femmes.

Accusée d’être membre d’ « une organisation (terroriste) » et après 3 ans de torture et d’isolement carcéral, Dersim a été présentée aux « juges » aujourd’hui. Les « juges » ont ordonné la poursuite en détention de Dersim dont la prochaine « audience » aura lieu le 17 novembre 2020.

Depuis hier, il y a une campagne de twwets appelant à la libération de Dersim Konak sous le hashtag #DersimKonakSerbestBırakılsın

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici