TURQUIE. 61 corps de réfugiés retrouvés dans le lac de Van

0
208
TURQUIE / BAKUR – VAN – Après le naufrage d’un bateau transportant des réfugiés pakistanais et afghans sur le lac Van, dans la province kurde de Van, fin juin, 61 corps ont été repêchés jusqu’à présent.
 
Le 27 juillet, un bateau transportant des réfugiés a chaviré par temps de tempête. Quelques jours plus tard, le bateau a été retrouvé au milieu du lac à une profondeur de près de 107 mètres. Un mois après le naufrage du bateau transportant des réfugiés, les sauveteurs ont repêché 61 corps dans le lac.
 
Cinq personnes ont été arrêtées au cours d’une enquête préliminaire. Cependant, aucune information n’est disponible sur la procédure, car une ordonnance de confidentialité a été émise concernant l’affaire.
 
On a d’abord déclaré que les pêcheurs Medeni Akbaş et de Servet Akbaş, ainsi que d’autres proches auraient transporté plus de 100 réfugiés à bord de leur bateau qui  a coulé dans le lac de Van, dans l’est du pays. Le sort et le lieu où se trouvent les deux pêcheurs étant inconnus, le chef du village Altınsaç ainsi que les forces de police et de gendarmerie ont été informés de l’incident.
 
Medeni Akbaş, qui a réussi à sortir vivant du bateau chaviré, a rejoint le quartier de Çitören à Tuşba et a appelé sa famille. Suite à l’audition d’Akbaş, détenu par la gendarmerie, une opération de recherche et de sauvetage a commencé dans la zone où le bateau a coulé.
 
Dans une déclaration publiée par le bureau du gouverneur de Van le 8 juillet, il a été indiqué que le bateau se trouvait à une profondeur de 106,5 mètres au large des côtes de Çarpanak. Alors que cinq personnes ont été arrêtées en relation avec cet incident, on estime que 70 à 80 réfugiés se trouvaient à bord.
 
A la frontière avec l’Iran
 
La province kurde de Van est située à la frontière turco-iranienne et représente donc le premier point de contact sur le territoire turc pour les personnes qui veulent aller en Europe. La frontière et la région sont fortement militarisées en raison de la guerre que la Turquie mène contre la guérilla kurde. Les militaires collaborent souvent avec des passeurs qui font traverser les réfugiés dans une zone montagneuse dangereuse, profitant de la situation précaire des réfugiés.
 
Ce n’est pas la première catastrophe
En moyenne, entre 1000 et 1500 ressortissants d’Afghanistan, d’Iran, d’Irak et d’Asie centrale viennent chaque jour à Van. Selon les chiffres officiels, 40 180 migrants ont été appréhendés à la frontière l’année dernière. Un nombre bien plus important tombe entre les mains de trafiquants. Ce dernier incident n’est pas la première catastrophe à se produire sur le lac de Van. Le 26 décembre 2019, sept personnes ont été tuées lorsqu’un bateau transportant des réfugiés a coulé alors qu’il se rendait à Bitlis. 64 personnes ont été sauvées avec l’aide de villageois des environs. Avec une longueur de rive d’environ 576 km, le lac de Van est l’un des plus grands lacs de montagne du monde.
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici