Le 18ème Festival international des films des cinéastes femmes a lieu en ligne

0
444
TURQUIE – ISTANBUL – Le 18ème Festival international du film de cinéastes femmes aura lieu en ligne cette année, comme beaucoup d’autres festivals, en raison de la pandémie de coronavirus. Il s’ouvre aujourd’hui (vendredi) et durera jusqu’au 22 juin, présentant 38 films de différents pays ainsi que des débats et des rencontres avec les réalisatrices, sur le site Filmmor.
 
Le festival est divisé en plusieurs sections : Cinéma sur les Droits humains, Cinéma féminin, Notre corps est le nôtre, Sexe-genre-sexualité, environnement féministe, Mémoire féministe et Films non stop
 
L’un des joyaux du festival de cette année est l’hommage à Alice Guy-Balché, réalisatrice, scénariste et productrice de cinéma français, active dès la fin du XIXe siècle, et l’une des toutes premières à réaliser un film de fiction.
 
ANF s’est entretenu avec Melek Özmen de Filmmor à propos de cette édition du festival.

Nous sommes dans un processus difficile, mais le festival est une bonne nouvelle. Quels seront les films présentés à Filmmor cette année ?
 
Il y a un documentaire sur Alice Guy-Blaché, « Be natural, l’histoire cachée ». Tous ceux qui font ou aiment le cinéma devraient connaître la cinéaste qui a inventé cet art. Nous aurons l’occasion de voir trois films de Claire Pijman. Au total, nous montrerons 38 films. Et bien sûr, nous aurons des réunions en ligne avec les réalisatrices, des représentantes de l’industrie, des ateliers comme celui sur la façon de faire son propre film chez soi.
 
Comment allez-vous gérer le programme ?
 
Le festival sera en ligne. Les projections de films se feront sur inscription et réservation sur le site du festival. Des entretiens et des réunions sont également prévus. Les interviews seront également diffusées sur les réseaux sociaux. Lorsque nous avons essayé de rendre le festival gratuit, nous n’avons pas pu le faire avec les plateformes en ligne qui vendent des billets. Nous avons donc mis en place notre propre plateforme en ligne. Nous allons l’essayer pour la première fois, j’espère que tout se passera bien.
 
Comment peut-on s’inscrire alors ?
 
Les spectateurs doivent s’inscrire sur filmmor.org et s’inscrire aux films ou aux événements que vous souhaitez suivre.
 
Quelles sont les questions qui concernent les films que vous avez reçus cette année ?
 
Chaque sujet sur cette planète est le sujet du cinéma féministe, tout nous concerne. Le cinéma des femmes ne traite pas de questions particulières qui sont réservées aux femmes ou qui leur sont adressées. Il y a des films qui abordent le cinéma et la vie sous un angle plus féministe, mais il y a des films sur tous les sujets.
 
Comment la pandémie mondiale va-t-elle affecter les réalisatrices ?
 
Nous appelons notre festival « le Festival du film de femmes » parce que c’est notre mission historique, mais nous sommes un festival de cinéma. D’autres festivals font la promotion du cinéma masculin. Nous verrons les effets de la pandémie sur le cinéma dans un avenir lointain. Des secteurs comme le cinéma auront clairement des difficultés, mais nous pouvons prédire que les plus touchés ne seront pas les cinéastes masculins.
 
Les secteurs qui portent le fardeau de la pandémie sont des secteurs à prédominance féminine. Le travail des femmes est devenu encore plus difficile. Tant à la maison qu’à l’extérieur. Comme toute crise, il s’agira également d’une crise de genre. Heureusement, nous avons aussi beaucoup d’expérience pour lutter contre les mauvaises conditions. Je pense donc que nous pouvons faire face à cette crise et trouver de nouvelles possibilités et voies de sortie.
 
Comment Filmmor a-t-il été touché ?
 
Nous n’avons jamais fait de pause pour nous assurer que nous pouvions être en ligne. Nous travaillons à la maison, car nous ne pouvons pas nous rendre au bureau avant la fin de l’épidémie. En dehors de ces limites, les conditions de travail de l’équipe d’Istanbul du festival ne sont pas trop difficiles. Nous sommes très tristes à cause du raid et des arrestations qui visent les membres de l’association des femmes Rosa [une centre géré par des militantes kurdes] à Diyarbakır. L’équipe de Diyarbakır nous remonte le moral grâce à WhatsApp. Nous essayons de trouver un équilibre entre ce qui s’est passé, ce qui devrait être, ce que nous pouvons faire, et de partir de là.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici