Des centaines de femmes appellent les dirigeants du Kurdistan du Sud à empêcher une guerre fratricide kurde

0
103
« Le Kurdistan ne devrait pas devenir un champ de bataille pour des guerres régionales ou mondiales. Il devrait être une source d’inspiration pour la démocratie et la coexistence pacifique au Moyen-Orient ».
 
Des centaines de politiciennes femmes ont envoyé une lettre ouverte à M. Masoud Barzani, président du Parti démocratique du Kurdistan (PDK) ; à Mme Bese Hozat et M. Cemil Bayik, co-présidents du Conseil exécutif de l’Union des communautés du Kurdistan (KCK) ; à M. Lahur Talabani et M. Bafel Talabani, co-présidents de l’Union patriotique du Kurdistan (UPK).
 
La lettre a également été envoyée au Secrétaire général des Nations unies, M. António Guterres ; au Secrétaire général du Conseil de l’Europe, Mme Marija Pejčinović Burić ; au Président de la Commission européenne, Dr. Ursula von der Leyen ; au Secrétaire général de l’OTAN, M. Jens Stoltenberg ; au Président des États-Unis d’Amérique, M. Donald Trump ; au Président de la Fédération de Russie, M. Vladimir Poutine ; au Président de la République d’Irak.

Voici la lettre signée par des centaines de femmes :
 
« Dans l’ombre de la pandémie mondiale mortelle, alors qu’une grande partie de l’humanité s’emploie à se protéger contre COVID-19, certains États saisissent l’occasion de poursuivre et même d’intensifier leurs politiques militaristes, agressives et d’occupation. Malgré la crise sanitaire mondiale actuelle, de violentes luttes pour l’hégémonie se poursuivent au Kurdistan et dans le reste du Moyen-Orient.
Au cours du siècle dernier, la situation géostratégique du Kurdistan, qui s’étend sur quatre États d’occupation clés, en a fait un champ de bataille systématique. La Turquie, l’Iran, l’Irak et la Syrie ont tous partagé une politique de négation totale de l’identité kurde, même si les organisations et institutions internationales ont refusé d’étendre la reconnaissance juridique, politique et diplomatique du droit des Kurdes à l’autodétermination. En conséquence, les Kurdes ont été d’innombrables fois victimes de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre. Parallèlement à ce génocide, les États ont mis en œuvre le féminicide comme une forme particulière de guerre contre les femmes kurdes.
Les États qui tentent de mettre en œuvre leurs politiques coloniales régionales et mondiales ont toujours utilisé, comme outil le plus sale et le plus brutal, l’exploitation des différences entre ceux qu’ils souhaitent dominer ; ils ont exploité les conflits internes afin de diviser et de régner. L’État turc, en particulier, insiste pour tenter d’affaiblir les Kurdes, comme il l’a fait par le passé, en attisant les conflits internes kurdes au Rojava et dans la région du Kurdistan irakien, dans le cadre d’une politique de division et de domination.
L’Etat turc se prépare maintenant à lancer une offensive militaire majeure dans la région de Zini Werte, près des montagnes de Qandil dans le sud du Kurdistan (nord de l’Irak), située à 40-50 kilomètres de la frontière iranienne. Dans le cadre de sa préparation, il fait pression sur les forces politiques kurdes locales pour qu’elles y déploient des forces kurdes par procuration. L’État turc pense qu’il peut inciter les Kurdes à combattre les Kurdes, dans le but d’affaiblir et de déstabiliser les institutions politiques kurdes et, en fin de compte, d’occuper toujours plus de territoire au Kurdistan.
Le conflit actuel à Zini Werte n’est pas un problème isolé, déclare  la lettre, ajoutant que « c’est plutôt l’un des nombreux conflits qui pourraient facilement s’intensifier et provoquer des effusions de sang, surtout si les États-Unis, l’Irak et l’OTAN donnent carte blanche à l’armée turque. Il ne s’agit pas seulement d’une affaire interne aux Kurdes.
Nous pensons que l’unité entre vos partis et mouvements pour la défense de Zini Werte et Qandil ne profiterait pas seulement au peuple kurde mais constituerait également une contribution vitale à la paix dans la région. En outre, nous pensons que le traitement de la question kurde est inextricablement lié à la promotion d’une transformation démocratique du Moyen-Orient. Une résolution juste et pacifique de cette question pourrait soutenir la démocratisation dans la région au sens large. Nous ne devons pas sous-estimer l’impact potentiel de la perspective kurde sur la démocratie et la coexistence pacifique au Moyen-Orient. Elle pourrait contribuer de manière vitale à la réalisation et à la préservation de la démocratisation dans les États clés que sont la Turquie, l’Iran, l’Irak et la Syrie.
Depuis sa fondation, le gouvernement régional du Kurdistan (GRK) d’Irak, une entité gouvernementale kurde constitutionnelle et internationalement reconnue, a été une épine dans le pied de l’État turc, qui cherche à écraser toutes les aspirations nationales du peuple kurde. L’État turc considère toute déstabilisation ou tout affaiblissement du gouvernement régional du Kurdistan irakien comme une victoire. Le gouvernement régional du Kurdistan, la zone la plus sûre d’Irak, a été une réalisation importante pour tous les Kurdes, et nous devons travailler ensemble pour le protéger par le biais de l’unité nationale kurde.
Nous considérons qu’il est de notre devoir de prévenir la guerre et de défendre la paix et la coexistence partout dans le monde. Enfin, nous vous exhortons : « Le Kurdistan ne doit pas devenir un champ de bataille pour des guerres régionales ou mondiales. Il devrait être une source d’inspiration pour la démocratie et la coexistence pacifique au Moyen-Orient ».
 
 
La lettre est signée, entre autres, par :
. Commission des femmes du Congrès national du Kurdistan (KNK),
. Shirin Ebadi, Prix Nobel de la paix,
. Ela Gandhi, Présidente du Gandhi Development Trust et du Phoenix Settlement Trust, Afrique du Sud,
. Malin Björk, Membre du Parlement européen (MPE),
. Parti de gauche suédois, Silvia Modig, députée européenne,
. Vasemmistoliitto (Alliance de gauche), Finlande,
. María Eugenia Rodríguez Palop, députée européenne, Podemos Espagne,
. Leïla Chaibi, députée européenne, La France Insoumise (FI), France,
. Martina Michels, Die Linke, Allemagne,
. Baroness Helena Kennedy QC, Chambre des Lords, Royaume-Uni,
. Baroness Jenny Jones, Chambre des Lords, Royaume-Uni,
. Margaret Owen, directrice de Widows for Peace Through Democracy, Royaume-Uni,
. Julie Ward, ancienne députée européenne 2014 – 20, Royaume-Uni,
. Maxine Peake, actrice et écrivaine, Royaume-Uni,
. Janet Biel, écrivain politique américaine, États-Unis,
. Debbie Bookchin, journaliste, États-Unis,
. Barbara Spinelli, Italie, Bologne, avocate, membre du bureau exécutif de l’ELDH (Avocats européens pour la démocratie et les Doits de l’Homme),
. Lilian Galán, députée du Front large (Frente Amplió) Uruguay,
. Veronica Matto, députée du Front large (Frente Amplió) Uruguay
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici