COVID-19. Des organisations féminines lancent une campagne pour les prisonniers politiques

0
192
COLOGNE – Alors que l’épidémie du coronavirus menace toujours l’humanité entière, le refus des certains Etats, comme la Turquie, de libérer les prisonniers politiques tandis qu’ils relâchent des mafieux, criminels ou des violeurs, plusieurs organisations de femmes appellent à agir ensemble pour soutenir les prisonniers politiques. Leur campagne s’appelle « La solidarité nous maintient en vie ».
 
La conférence de presse de lancement de la campagne s’est tenue au Centre démocratique kurde de Cologne, le 19 mai.
 
Besime Konca, au nom du Mouvement des femmes kurdes en Europe (TJK-E), a lu la déclaration en kurmanci, Ronak Fadavi en sorani, Yıldız filmci en turc et Yvonne Heine en allemand.
 
Besime Konca a déclaré que la campagne avait été organisée par de nombreuses organisations et mouvements de femmes au Pakistan, en Afghanistan, en Amérique latine et en Espagne.
 
La campagne a été lancée pour exiger la liberté de tous les prisonniers politiques emprisonnés en violation de la liberté de pensée. Konca a déclaré que diverses activités seront menées conjointement dans le cadre de la campagne.
 
Voici leur appel :
« La destruction de la nature, de l’environnement et de la vie sociale causée par la modernité capitaliste signifie que la pandémie de Coronavirus représente un grand danger pour la santé et la vie humaine. Auparavant, des épidémies telles que le choléra, le sida, la grippe aviaire, la grippe porcine, le SRAS I/II affectaient la vie des gens à grande échelle. La propagation du Covid-19 est le résultat d’attaques persistantes contre la nature et la société au nom de la modernité capitaliste pour une extraction maximale du profit.
Pour de nombreux États, l’actuelle pandémie de coronavirus est une opportunité à saisir contre les personnes les plus vulnérables de la société, en particulier les personnes âgées et les prisonniers qui sont jugés économiquement improductifs. En particulier, les prisonniers politiques sont exclus des remises de peine et d’amnistie décrétées pour prévenir la propagation du virus dans les prisons. Ils sont en fait abandonnés à la mort. Dans de nombreux pays du monde, des centaines de milliers de prisonniers politiques sont maintenus dans de mauvaises conditions de vie, avec des soins de santé inadéquats. Les femmes et les enfants sont particulièrement vulnérables et non protégés contre l’épidémie.
Les dispositions prises dans les prisons en réponse à la pandémie dans divers pays n’ont permis que la libération de mafieux, de meurtriers et de violeurs. Il existe manifestement un préjugé conscient contre les prisonniers politiques qui sont considérés comme des ennemis des régimes antidémocratiques. Ils sont particulièrement abandonnés pour faire face au virus dans les conditions carcérales. Cette injustice rend évident le fait que notre objectif est de vivre dans une société sans système de punition et sans prisons.
Les prisons sont des lieux isolés du public. Avec leurs hauts murs et leurs clôtures en fil de fer barbelé, elles existent pour faire taire la voix des prisonniers politiques et les isoler de la société. Même s’il est toujours important pour nous de porter leur voix et d’amener le « dedans » au « dehors », cette tâche devient de plus en plus essentielle et urgente alors que leur santé et leur vie sont de plus en plus gravement menacées par l’épidémie de coronavirus. Nous, à l’ «extérieur», devons défendre nos sœurs en résistance, les voix de l’opposition, les révolutionnaires et les prisonniers politiques à l’ «intérieur».
Il est de notre devoir de protéger leur vie !
Protéger et sauver des vies humaines vulnérables est une question de moralité et de conscience. Cela constitue une dimension importante de la construction du pouvoir pour une vie libre, essentielle pour une sortie permanente de la crise et du chaos. Nous pensons que vous êtes d’accord avec nous. Nous vous demandons de vous joindre à notre campagne pour la libération de tous les prisonniers politiques dont la vie et la santé sont gravement menacées. »
 
Les exigences de la campagne « Solidarité nous maintient en vie » sont les suivantes:
 
1. Établir des contacts significatifs entre les détenus, en particulier les femmes, les parents et les sympathisants, et la situation et les voix des prisonniers entendues dans la société.
2. Mettre en place des initiatives dans tous les pays pour soutenir les prisonniers et lancer des campagnes de pétition contre la prison les politiques des gouvernements.
3. Exiger que les Nations unies (ONU), le Comité pour la prévention de la torture (CPT) et les organisations similaires exercent une pression politique et diplomatique sur les États en question, en exigeant la libération immédiate de tous les prisonniers politiques.
Cette campagne peut être soutenue par des signatures supplémentaires. Les signatures, rapports, photos et informations sur les actions peuvent être envoyés à l’adresse solidarityalive@risup.net. Ils seront publiés sur le site https://solidaritykeepsusalive.wordpress.com/ avec d’autres informations de fond et des lettres des prisons.
 
Campagne signée par :
.Le Mouvement des femmes libres (TJA)
.Le Mouvement des femmes kurdes en Europe (TJK-E)
.L’Alliance internationale des femmes (IWA)
.Front démocratique des femmes au Pakistan (WDF)
.Ruba odeh Palestine
.Féministes Abya Yala
.Front national des femmes égyptiennes
.Association marocaine pour les femmes progressistes Association révolutionnaire des femmes d’Afghanistan RAWA Collectif de soutien aux femmes détenues à Aragón (C.A.M.P.A.)
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici