Accueil Kurdistan Rojava Le Rojava suffoque sous les feux criminels ciblant les champs de céréales

Le Rojava suffoque sous les feux criminels ciblant les champs de céréales

0
266

SYRIE / ROJAVA – Les incendies criminels des forces turco-islamistes visant les champs de céréales au Rojava menacent la sécurité alimentaire d’une région vivant sous l’embargo depuis des années. À Til Temir, les feux criminels dévorent les terres agricoles depuis deux jours et les tentatives de les éteindre sont empêchées par les attaques des forces occupantes.

Depuis des semaines, le Rojava est ravagé par des incendies des champs de céréales déclenchés par les forces d’occupation turques et leurs alliés djihadistes. Les incendies criminels font partie de la guerre contre le nord et l’est de la Syrie et sont utilisés par la Turquie comme méthode de politique d’expulsion systématique et de nettoyage ethnique. Déjà, pendant l’occupation d’Afrin il y a deux ans, on a vu la Turquie mettre en place cette politique de destruction systématique des bases économiques de la population locale.

Cependant, depuis l’été 2019, lorsque les incendies de champs dans les zones de production agricole ont causé une perte de près de trois millions d’euros de récoltes, cette méthode de guerre a maintenant atteint une nouvelle dimension. Par rapport à l’année dernière, cette année, de nombreux champs ont été incendiés beaucoup plus tôt. Dans le même temps, de nombreuses régions des zones autonomes souffrent de pénuries d’eau, comme l’aqueduc d’Elok (Allouk), à l’est de Serêkaniyê (Ras al -Ain), occupée par la Turquie et ses mandataires, a été fermée pour la septième fois depuis le début de l’année. Dans de nombreux endroits, les gens ne peuvent pas du tout faire face aux incendies.

Incendie à Temir

La semaine dernière, il y a eu de nombreux incendies, en particulier dans et autour d’Ain Issa et de Girê Spî (Tal Abyad). Au cours des trois derniers jours, les forces d’occupation se sont concentrées sur la ville à prédominance chrétienne de Til Temir (Tal Tamr). Vers midi, des zones cultivées dans trois villages à environ six kilomètres à l’ouest de la ville ont été brûlées. C’étaient des champs dans les villages de Rîhaniyê, Ezîziyê et Feyseliyê. Un peu plus tard, les troupes d’occupation ont également incendié plusieurs champs à Qasimiyê. En raison de conditions de vent défavorables, les flammes se sont également propagées aux zones de culture du village d’Um El Kêf. À peu près à la même époque, les zones de culture civile de Girê Spî ont également pris feu, affectant les habitants des villages de Serzorê ​​et Farisa. Les tirs des résidents et des combattants impliqués dans la résistance contre l’invasion turque ont été empêchés par des tirs ciblés des forces d’occupation. Les villahgeois regardent leur vie se transformer en cendres.

Incendie à Girê Spî

Al-Bab également touché

Dans le village de Şêx Nasir, à l’est de la ville d’al-Bab occupée par la Turquie, des mandataires islamistes ont incendié mercredi des terres agricoles. Pour aider les villageois à éteindre l’incendie et l’empêcher de se propager à d’autres régions, des unités du conseil militaire auto-organisé d’Al-Bab ont déménagé.

Selon Baran Arîme du Conseil militaire, l’incendie a été incendié par des miliciens de la milice soutenue par la Turquie « Bouclier de l’Euphrate ». Les champs de blé ainsi que les plantations de noix et d’oliviers ont été touchés.

Incendie à Till Temir

Attaques d’artillerie à proximité des camps de réfugiés

Dimanche dernier, des obus d’artillerie turcs ont frappé les environs immédiats du camp de réfugiés près d’Ain Issa et des villages de Qizelî et Şorbenîşk près de Girê Spî, incendiant des maisons et des champs. Le vent a rapidement propagé le feu dans les champs adjacents des villages de Seyda et Mexaloq. En raison d’attaques continues et de bombardements ciblés par les forces d’occupation, les tentatives d’éteindre l’incendie ont également échoué ici.

Des scènes similaires ont eu lieu à l’ouest de Girê Spî au début de la semaine dernière, lorsqu’un bombardement ciblé de zones de peuplement civiles a provoqué un incendie. Au début, plusieurs maisons ont brûlé, puis les flammes se sont propagées aux champs environnants. Les récoltes dans les villages de Zenubiya et Zey Ereb ont été complètement détruites par l’incendie.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici