ROJAVA. Une jeune Yézidie de 16 ans libérée des mains des terroristes de l’EI

0
899
SYRIE / ROJAVA – Ronya F. avait dix ans lorsque l’Etat islamique a commis un génocide à Shengal. Elle a été emmenée à Mossoul et vendue sur un marché aux esclaves. À 14 ans, elle a été forcée d’épouser un djihadiste de 32 ans. Elle vient d’être libérée du camp al-Hol.
 
À dix ans, Ronya F. a vécu le génocide des Yézidis à Shengal. Elle, sa mère et ses frères et sœurs étaient à la maison lorsque les terroristes de l’Etat Islamique (DAECH / ISIS) a envahi la région le 3 août 2014 et commis un génocide. Ceux qui ont pu se sauver par cette chaude journée d’été ont fui vers les montagnes. Sur le chemin, d’innombrables enfants et personnes âgées sont morts de soif. Des hommes qui ne pouvaient pas s’enfuir ont été brutalement assassinés par l’Etat islamique. Des milliers de femmes yézidies ont été enlevées et vendues, maltraitées et violées sur les marchés d’esclaves de l’Etat islamique. Selon l’ONU, plus de 12 000 personnes ont été tuées et plus de 400 000 ont été chassées de leurs foyers. Près de 2 900 femmes, hommes et enfants yézidis sont toujours portés disparus.
 
Ronya, sa mère et ses frères et sœurs ont également été enlevés par l’Etat islamique. Ils ont d’abord été emmenés à Mossoul, puis dans un marché aux esclaves à Tal Afar, d’où provenaient la plupart des cadres moyens de l’Etat islamique. À Tal Afar, la fille a été séparée de sa mère et de ses frères et sœurs. Une famille de l’Etat islamique a acheté Ronya et l’a emmenée à Raqqa, dans le nord de la Syrie. Là, elle vivait dans la maison d’une femme russe nommée Umm Taleb. Elle a dû apprendre le russe et l’arabe couramment et a presque perdu sa langue maternelle. Il ne lui restait que quelques mots kurdes.
 
«Mariée» à un djihadiste à l’âge de 14 ans
 
À l’âge de 14 ans, Ronya était mariée à un djihadiste de 32 ans. Après un séjour dans la ville est-syrienne d’al-Mayadeen, le voyage s’est poursuivi près d’Abu Kamal, à Baghouz. Le village avait été la dernière enclave de l’Etat islamique avant que les Forces démocratiques syriennes (FDS) enfreignent la domination territoriale de la milice et aient battu l’organisation militairement en mars 2019. Depuis lors, Ronya vivait dans le camp de Hol près de Hesekê dans le nord-est de la Syrie où des familles de Des mercenaires de l’Etat islamique sont détenus.
 
Il y a quelques jours, Ronya a été sauvée de l’esclavage de l’Etat islamique. Elle a pu contacter un oncle maternel via Facebook, qui lui a donné le numéro de téléphone de la maison des Yêzidis (Mala Êzidîyan) de la région de Cizîrê. La Maison des Yêzidis est une institution à Hesekê, qui se consacre à la recherche de Yazidis enlevés à Shengal. Après un appel à l’organisation, il n’a fallu que quelques heures pour libérer Ronya, qui a maintenant 16 ans. Elle a expliqué à l’agence de presse ANHA ce qu’elle avait vécu.
 
Rêver d’une vie normale, sans peur et sans bombes
 
Ronya raconte qu’elle a rencontré de nombreuses femmes et filles yézidies après son enlèvement à Shengal. Cependant, une évasion de l’EI n’a jamais été un plan pour elle car d’autres l’ont essayé et ont été gravement torturés.
 
« Nous n’étions pas non plus autorisés à parler le kurde, sinon ils nous auraient tués. Nous étions de toute façon considérés comme des infidèles. Ils ont toujours dit que l’islam est la seule vraie religion. »
 
La chose la plus difficile pour Ronya a été la séparation d’avec sa mère. « J’espère retourner bientôt dans ma famille à Shengal et mener une vie normale sans crainte, loin des bombes. »
 
La maison des Yézidis a été en mesure de secourir 236 femmes et enfants yézidis de Hol Camp depuis la victoire militaire sur l’Etat islamique. Cependant, l’organisation soupçonne qu’il y a encore des centaines, voire des milliers, de Yézidis dans le camp. « Beaucoup de Yézidis n’osent pas révéler leur véritable identité et prétendent plutôt être musulmans. Pendant des années, ils ont été inculqués à l’idée que leurs familles les rejetteraient ou les tueraient parce qu’ils se sont convertis à l’islam. Ou ils sont directement menacés de mort s’ils parlent aux chefs de camp de leur identité yézidie », explique Mehmûd Memî, un des administrateurs de la maison yézidie. Ronya y reçoit actuellement des soins médicaux et psychologiques avant d’être ramenée à Shengal.
 
Journaliste: la mère et les frères et sœurs de Ronya sont au Canada
 
La mère de Ronya et ses frères et sœurs semblent vivre au Canada maintenant. La journaliste néerlandaise Brenda Stoter a écrit sur Twitter que la mère de Ronya vit maintenant au Canada avec ses autres enfants. Cela pourrait en effet être le cas puisque le Canada a accueilli environ 1200 familles yézidies qui ont été persécutées en Irak par les milices djihadistes en 2017.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici