Dr Alexandre Koroglu: Préparons-nous à de longues périodes de confinements

0
535
FRANCE – Le cardiologue Alexandre Koroglu affirme que le confinement dû à la pandémie du COVID-19 annonce le début d’autres confinements liés aux problèmes de santé publique.
 
Le président de l’ONG franco-kurde Roja Sor – Soleil Rouge, le cardiologue Alexandre Koroglu répondait aux questions du journaliste Barış Balseçer au sujet de l’épidémie du coronavirus qui fait des ravages en France et dans le monde.
 
« On estime que 2 personnes sur 3 qui sont décédées dans des maisons de retraite en ce moment ont perdu la vie à cause de l’épidémie. Cela nous montre que le « nombre de morts » officiellement annoncé est en fait trois fois. Je considère les chiffres officiels de décès annoncés comme des «mensonges d’État ».
 
Extraits :
 
Le nombre de personnes qui ont perdu la vie en France, qui lutte intensément contre l’épidémie de coronavirus, qui s’est propagée dans le monde entier et se transforme en pandémie, continue. La restriction de la libre circulation le 17 mars, à l’exception des cas obligatoires, a été prolongée jusqu’au 15 avril.
 
Depuis le premier jour de l’épidémie, le gouvernement Macron cible les critiques au motif qu’il n’a pas pris de mesures adéquates contre l’épidémie. Selon les sondages, 73% des habitants pensent que le pays n’est pas préparé à surmonter la crise. La grande majorité déclare que la situation n’est pas bien gérée en ce qui concerne les masques et les tests d’épidémie.
 
Président du Roja Sor et membre de la Commission de la santé du KCKD-E, le cardioloque Koroglu a évalué les mesures prises en France depuis le premier jour de l’épidémie, le statut des agents de santé et les risques encourus par les immigrés vivant en France, notamment la population kurde…
 
En France, un collectif de 600 médecins et soignants a porté plainte contre le premier ministre et l’ancienne ministre de la Santé pour «mensonge d’État». dans la gestion de crise provoquée par le nouveau type d’épidémie de coronavirus (Covid-19). Comment évaluez-vous cela ?
 
Tout d’abord, permettez-moi de dire qu’il s’agit d’une crise exceptionnelle. Le monde moderne n’a jamais rencontré une telle situation. Les pays riches – en particulier l’Occident – ont préservé les privilèges du capitalisme au détriment de la santé publique. Ils ont traité les soins de santé comme une «théorie de la gestion comptable» et sont entrés dans des restrictions. La crise est survenue précisément à un moment où les liens entre commerce, tourisme et régions étaient très importants, notamment en Europe, où le « système de santé » souffrait de coupes budgétaires. Depuis les années 2000, des avertissements ont été émis concernant les flambées de SRAS et de MERS, cousins du virus Covid-19. Cependant, les gouvernements n’ont pas pu tirer les leçons de ces flambées. Vie saine des gens; le dogme de la croissance, la recherche du profit et les victimes des lois du marché.
 
Trouvez-vous les mesures prises par les pays européens suffisantes pour l’épidémie en France?
 
Les dernières données actuelles en France sont les suivantes: Le 5 avril, le nombre de cas est de 89 mille 953 et le nombre de ceux qui ont perdu la vie est de 7 560. Ces chiffres sont visiblement sous-estimés. La France a initialement fait un choix délibéré et erroné, en évitant les tests généralisés. Les statistiques officielles ne prennent en compte que les patients diagnostiqués par les hôpitaux et non par les médecins de ville. Donc, nous pouvons dire qu’il est évident que ce nombre augmentera progressivement avec l’augmentation des tests.
 
L’épidémie a commencé en Chine en décembre. La Chine a pris les précautions nécessaires à cet égard et a maîtrisé l’épidémie. Il réussit avec son armée, toujours à l’affût d’un risque biologique et chimique. Décisivement, des millions de personnes ont été isolées, la catastrophe étant évitée en payant un prix énorme, faisant des dizaines de milliers de morts et des centaines de milliers de patients. Bien que la Chine ait évité la catastrophe, elle a reçu de vives réactions de nombreux pays car elle ne partage pas d’informations transparentes. Parce que les sources montrent que l’infection en Chine est apparue en septembre 2019, pas en décembre 2019. En regardant les sources, il est possible de dire: D’autres pays n’ont pas pu se préparer à l’épidémie parce que la Chine n’a pas partagé les informations nécessaires. Après la propagation de l’épidémie en Europe, les pays européens ont également commis diverses erreurs.
 
Quelles erreurs ont été commises?
 
– Une communication qui n’a pas pu être établie correctement avec la Chine a provoqué une erreur d’évaluation en Occident. Dans toutes les informations fournies au monde médical, la situation en Chine a été définie comme une « grippe simple » et la maladie a été sous-estimée.

– Dans de nombreux pays européens, bien que le cas ait été détecté, il a été pris tardivement dans la décision de «mise en quarantaine» et la propagation du virus n’a pas pu être empêchée.
 
– Aucun équipement de protection n’a été acheté en cas d’épidémie imprévisible. Le système de santé n’a pas pu être coordonné et n’était pas préparé à l’épidémie.
 
Par exemple, la réunion religieuse tenue en France dans une « église évangéliste » à Mulhouse en février s’est avérée être la source de milliers de cas de Covid-19. La ville s’est avérée être l’une des sources de propagation du virus à travers le pays. Le virus a été transmis à des milliers de personnes le même jour. Après Mulhouse, point de propagation le plus important du virus, des traces de l’épidémie ont été retrouvées en de nombreux endroits. Bien que les médecins qui sont venus sur les lieux aient prévenu les autorités gouvernementales, ces avertissements ont reçu une réponse très tard. Il était maintenant trop tard et l’épidémie n’avait pas été évitée. Cet incident a été détecté et enregistré par un groupe de médecins, d’étudiants en médecine et de personnel médical. En d’autres termes, l’État ne peut pas rejeter ce qui s’est passé. Cependant, la démocratie est un système dans lequel les intérêts des citoyens sont fondés et sur lequel les politiciens sont tenus responsables des mauvaises actions. Malheureusement, quand on regarde ce qui s’est passé, on a vu que ce n’était pas du tout le cas. Les autorités n’ont pas pris de précautions contre l’épidémie en temps opportun et ce stade est atteint.
 
(…)

En tant que Roja Sor, avez-vous un service pour des Kurdes vivant à Paris? Quelle est l’ampleur de l’épidémie pour les Kurdes?

Nos institutions, comme tout le monde, ont été touchées par cette épidémie. En tant qu’institution, nous sommes organisés avec la participation de bénévoles de nos populations résidant en France. Nous avons de nombreux patients de notre peuple. Nous avons des gens qui ont des difficultés de transport. La plupart de nos patients se rétablissent lentement. Malheureusement, nous avons suspendu bon nombre de nos plans avant l’épidémie. Comme nous le savons tous, le peuple kurde a beaucoup souffert à ce jour. Il sera insupportable pour nous tous de payer des prix élevés dans cette épidémie. Nos gens ont plus que jamais besoin de nous.

Nous avons créé un système d’information sur notre site Internet pour informer le public des mesures de sécurité prises. Nous nous concentrons sur la gestion de projet dans notre établissement à Paris. Actuellement, nous créons un réseau de communication. A travers ce réseau de communication (e-mail et téléphone), nous informerons le public de l’épidémie. Nos gens peuvent nous contacter pour toutes sortes de problèmes et de questions pendant la période épidémique, en particulier dans les situations d’urgence. Nous devons nous organiser car cette crise prendra des semaines.

Malheureusement, beaucoup de nos gens (en particulier les Chaldéens et les Assyriens) qui vivent ensemble depuis des milliers d’années, en particulier les nôtres, ont perdu la vie. Nous présentons nos condoléances à leurs familles et à leurs proches par le biais de votre journal.

Y a-t-il une diminution du nombre de décès et de cas depuis le premier jour de l’épidémie? Qu’est-ce qui nous attend dans les prochains jours? Combien de temps pensez-vous que l’isolation se poursuivra?

Au contraire, nous sommes loin de la fin de l’épidémie ainsi que de la fin de l’épidémie. Nous sommes au début de l’épidémie et les systèmes de santé ont du mal à faire face. Ce qui est fait actuellement est de limiter l’arrivée d’autres patients à l’hôpital, d’identifier les cas avec des tests et de traiter ceux qui ont besoin d’un traitement urgent. Pour cela, tous les citoyens ont besoin de coopération. Les gens ne devraient pas sortir dans ce processus, ils devraient faire attention à leur hygiène. Notre devoir est de nous protéger et de ce qui nous entoure. Dans les prochains jours, des augmentations inévitables sont prévues dans les infections virales causées par les symptômes tardifs de l’épidémie, notamment malheureusement dans les décès en maisons de retraite.

Pendant l’isolement, les conditions psychologiques négatives telles que le stress, la dépression et l’anxiété augmenteront. Il convient de noter que l’agression et la violence domestique augmenteront. Surtout toutes ces négativités seront plus fréquentes chez ceux qui vivent dans de petites maisons. La quarantaine sera prolongée de semaine en semaine, probablement dans 2-3 mois. Nous devons déjà nous préparer à ces longs processus de quarantaine…

(…)

Avez-vous un appel aux Kurdes au sujet de l’épidémie?

Tout d’abord, permettez-moi de dire qu’ils devraient être en contact avec nos institutions. Ils doivent également suivre les recommandations de santé et d’hygiène du Comité de santé KCDK-E sur l’épidémie, sur notre site Internet «www.rojasorfrance.com». Tout d’abord, il faut savoir que l’isolement n’est pas une sanction. C’est un moyen efficace de se protéger et de protéger nos proches de l’épidémie. Comme en temps de guerre, il est nécessaire de s’organiser avec diverses activités et jeux pour garder le moral. Il est nécessaire d’organiser des activités pour les enfants et de prendre soin d’eux. Chacun devrait comprendre qu’il s’agit d’une maladie qui nécessite des mesures sérieuses. Nous devons tenir compte de la gravité des conditions d’obésité, du tabagisme, de l’hypertension artérielle, des maladies cardiaques, du facteur âge, des maladies respiratoires, qui sont déterminées comme des facteurs de risque.

Enfin;

  •  Permettez-moi de dire qu’il est temps d’arrêter de fumer pour les fumeurs.
  •  Dans le même temps, il faut prendre soin de soi, manger sans sel pour éviter l’hypertension et éviter les complications graves.
  •  Les personnes régulièrement traitées doivent définitivement poursuivre le traitement et consulter leur médecin en cas de doute.
  •  Il n’est pas interdit de marcher devant votre maison et de marcher pendant une heure. En emportant votre document avec vous, vous devriez certainement faire le tour pendant une heure et faire du sport. Bien sûr, vous devez protéger votre distance sociale déterminée avec d’autres personnes.
  •  Ayez une alimentation équilibrée, buvez beaucoup d’eau, consommez des légumes de saison. Obtenez beaucoup de vitamines, en particulier la vitamine C.
  •  Prenez soin de votre hygiène. Lavez-vous les mains plusieurs fois par jour – en particulier les surfaces extérieures – avec beaucoup d’eau savonneuse. N’hésitez pas à vous laver le visage également.
  •  Enfin, en examinant ce que nous vivons aujourd’hui, considérons ce que notre peuple a subi après l’invasion du 9 octobre. Considérez le tableau qui émergera dans l’avancement rapide du coronavirus au Kurdistan, sans oublier que notre peuple continue sa vie dans des conditions difficiles. Permettez-moi de dire que nous avons traversé les moments les plus importants de solidarité avec notre peuple. Nous devons être en contact avec nos institutions en Europe. Nous devons montrer la générosité de la solidarité avec notre peuple qui souffre, fait toujours face à l’occupation, à l’épidémie et aux catastrophes.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici