Hommage à Sara Dorşîn (Sarah Handelmann)

0
288
À l’occasion du premier anniversaire du décès de la combattante allemande du PKK, Sara Dorşîn (Sarah Handelmann), tombée lors d’un bombardement turc au Kurdistan du Sud il y a un an, des amies et camarades racontent leurs expériences, histoires et moments, qu’elles ont partagés avec elle :
 
En mémoire de notre amie et camarade bien-aimée Sarah Handelmann – Sara Dorşîn, nous partageons quelques souvenirs avec vous à l’occasion du premier anniversaire de sa mort. Il y a un an aujourd’hui, elle a été tuée par le bombardement de l’armée de l’air turque dans la région montagneuse de Gare, au Kurdistan du Sud. Ces souvenirs divers montrent combien de personnes elle a rencontrées sur son chemin vers la liberté et quelle est l’ampleur des marques qu’elle a laissées dans la lutte pour la liberté que nous continuerons à suivre.
 
Souvenirs d’une amie kurde de Berlin
 
« Les eaux calmes sont profondes! » Cette déclaration s’applique beaucoup à toi, Heval Sara. Tu étais une personne très calme, tranquille et petite. Tu ne te mettais pas en avant pour attirer l’attention. Tu regardais attentivement ton environnement, tu l’as enregistré. Le calme que tu renvoyais n’était qu’une posture, car je pense qu’à l’intérieur ça bougeait beaucoup. Tu t’inquiétais beaucoup, tu cherchais. Tu t’es posée la question du sens de la vie.
 
Lorsque je t’ai rencontrée (2015/2016), tu étais occupée avec d’autres amis à réaliser un film documentaire sur le mouvement des femmes kurdes au Bakûr. Parce que tu étais une personne consciencieuse, tu avais terminé ton rôle dans le film avant de commencer ton voyage au Kurdistan en 2017. Tu étais aussi une personne très déterminée, je l’ai aussi remarqué lors de la Longue Marche en février 2017 du Luxembourg à Strasbourg . Tu as parcouru chaque mètre du début à la fin, sans prendre quelques heures de repos. Non, tu as parcouru tout le chemin sans montrer que tu avais peut-être atteint tes limites. Lorsque les fascistes turcs nous ont constamment provoqués et attaqués pendant la longue marche, tu es restée calme sans paniquer et tu étais prête à te défendre. »
 
Souvenirs d’amies de l’Académie de Jineolojî à Amed
 
« Lorsque tu es venue à Amed, Sûr – au cœur de la résistance – pour réaliser un documentaire sur le mouvement des femmes au Bakûr, tu nous as tous impressionnés par ta pureté et ton enthousiasme dans tes yeux. Tes yeux étaient comme un volcan, prêt à exploser. Quand nous avons dit : «Demain, il y aura une réunion de femmes», ton visage calme s’est rempli de joie. S’il y avait une réunion, tu laisserais ton appareil photo pour aider partout. Avec les femmes de Sûr, nous nous amusions et te rappelions ton appareil photo, que tu avais laissé quelque part dans l’excitation. Tu es venue tourner un documentaire et tu es devenue toi-même une partie importante du documentaire sur le mouvement des femmes kurdes. »
 
L’internationaliste Arîn Hêlîn se souvient de différentes rencontres avec Heval Sara à différents endroits
 
J’ai rencontré Heval Sara à Amed pour la première fois au cours des premiers mois de 2016. Heval Sara a travaillé sur plusieurs documentaires sur le mouvement kurde. Un long sur le combat des femmes et un plus court qui est finalement devenu une sorte d’épisode sur l’agence de presse féminine « Jinha ». La Sara que je connaissais était une femme sérieuse et déterminée. Une oreille attentive et une écoute profonde. Je suis sûre que Sara avait bien d’autres qualités, mais je n’ai jamais passé assez de temps avec elle pour vraiment la connaître. Il m’a toujours semblé qu’il y avait un grand secret en elle. Mais je pense que nous nous entendions bien. J’ai aussi mes secrets.
 
Lorsque nous nous sommes dit au revoir à Amed, nous nous sommes promises de rester en contact. Nous avons toutes deux partagé notre désir d’aller au Rojava et de découvrir la révolution. Nous pensions que ce serait une bonne occasion pour y aller ensemble. Peu de temps après, nous avons organisé le voyage.
 
Au Rojava, je me souviens que nous avons été très impressionnées par les femmes des HPC (forces d’autodéfense du peuple). Ce sont des femmes et des hommes civils, en règle générale.
 
Mères et pères de famille qui travaillent pour résoudre les conflits et protéger leurs quartiers et villages. Nous les appelons les «Mères avec des kalachnikovs» car elles sont habillées de leurs robes, leur foulard coloré, leur gilet marron avec le logo d’une rose et leurs kalachnikovs sur les épaules. Pendant un certain temps, nous avons parlé d’un projet commun,  de faire un documentaire sur les femmes du HPC. Nous avons pensé à quelque chose de court. À ce jour, je pense toujours que c’est une excellente idée car l’histoire de ces femmes mérite d’être racontée.
 
Je me souviens particulièrement d’une nuit où Heval Sara et moi nous nous promenions de long en large dans une petite cour où nous vivions, et Sara se demandait ce que je pensais d’aller dans les montagnes. J’ai exprimé mes doutes. Aller à la montagne est une décision très importante et tout était nouveau pour moi à l’époque, même si bien sûr j’ai été impressionnée par la révolution et le mouvement kurde. Elle m’a dit quelque chose et je ne sais pas pourquoi je m’en souviens autant. Elle m’a dit qu’elle pensait que pour aller dans la montagne et y vivre pleinement, il fallait avoir encore beaucoup d’énergie juvénile. D’une certaine manière, je suis d’accord avec elle. Heval Sara était toujours très prudente. C’était la première et la dernière fois qu’elle me parlait des montagnes du Kurdistan…
 
Je me souviens avoir été un peu triste de ne pas lui avoir dit au revoir plus intensément. C’est quelque chose que j’ai appris au Kurdistan. Vous ne devriez jamais rien garder pour une autre fois. Nous vivons avec tous nos amis chaque seconde comme si chaque seconde était unique parce qu’elles le sont vraiment. Le Kurdistan nous apprend à apprécier tout le monde et à voir la beauté de chaque instant que nous passons ensemble.
 
Les souvenirs d’une amie du Mouvement des jeunes femmes
 
Crois-moi, Hevala Sara, je ressens ton calme et ta simplicité en écrivant ces mots. Tu étais un internationaliste très terre à terre, extrêmement humble et avec une très grande empathie. 
 
Je suis très heureuse de t’avoir connue lors de cette journée de la longue marche internationaliste pour la liberté de Rêber Apo. Nous avons rapidement échangé quelques mots. J’ai réalisé très vite avec quelle belle personne j’allais être. Tu ne correspondais tout simplement pas à ce monde, tu étais comme un cercle dans un triangle. Tu étais une âme tranquille qui regardait ce qu’elle disait. Tu choisissais toujours tes mots pour ne rien dire de mal. Tu étais un cercle à la recherche de la bonne forme pour trouver de l’espace dans ce monde. «Je ne peux pas faire de révolution. Je ne peux même pas mettre deux mots côte à côte sans réfléchir si longtemps… «Tu m’as dit cela une fois. Mais tu as choisi la liberté et cru en la fraternité du peuple. Tu es l’immortelle Heval Sara, et ce fut un plaisir de te connaître.
 
Xwebûn – soyez vous-même
 
Comme tu l’avais dit toi-même, tu as déménagé au Bakûr en 2016 pour le tournage du documentaire «Xwebûn» (être soi-même) sur le travail autonome des femmes à Amed. Tu as été très impressionnée par le mouvement des femmes kurdes si bien que, de retour en Allemagne, tu as participé au travail de  la jeunesse internationaliste à Berlin. Tu as également montré ta persévérance dans les observations hebdomadaires du procès 129b contre un camarade kurde à Berlin, où tu étais très impliquée, partageant ta solidarité avec la lutte pour la liberté. En même temps, tu as commencé à apprendre la langue kurde par toi-même. Après ton arrivée au Rojava, au printemps 2017, tu es passée de la commune internationaliste au travail des jeunes femmes à Dirbesiyê, où le 30 juin (en mémoire de Şehîd Zîlan) tu as décidé de te tourner vers les montagnes libres du Kurdistan (…) au lieu de vivre au Rojava pendant un certain temps, tu as décidé d’aller directement dans la montagne. Cette décision n’est pas venue du jour au lendemain. Tu as appris à connaître le mouvement kurde à différents endroits.
 
(…)
 
Heval Ekîn Wan, une amie turque qui a passé l’hiver avec vous dans une unité pour femmes
 
Crois-moi, j’ai rencontré les meilleures personnes au monde au PKK. Et les meilleures personnes au monde sont également tombées dans leurs rangs dans la lutte pour l’humanité tout entière. Nous vivons et nous nous battons avec l’héritage qu’ils nous ont laissé; ils nous donnent de la force. Notre amie Sara Dorşîn a été l’une des personnes les plus précieuses que j’ai rencontrées dans ce combat. C’est le même sentiment pour tous les autres ami.e.s qui, comme moi, ont eu la chance de rencontrer Sara. C’était une camarade qui, pendant le temps que nous avons passé ensemble, en particulier en tant qu’amie allemande, a renforcé ma moralité, m’a influencé et a ajouté beaucoup de nouvelles choses à notre vision du monde.
 
Les amies de l’unité des femmes dans laquelle nous étions ensemble viennent de différentes régions du Kurdistan et ont grandi avec des religions différentes. En théorie, nous avons peut-être toujours dit que le confédéralisme démocratique est le seul moyen pour une coexistence égalitaire et libre des femmes et des peuples de vivre dans la paix et la dignité. Mais en hiver, nous étions ensemble, nous l’avons également vécu dans notre éducation au quotidien. En raison de la forte connexion coopérative des femmes de tant de nations et de religions différentes, nous avons mieux compris l’importance de la philosophie d’Abdullah Öcalan, qui nous a réunis, en particulier pour nous les femmes, et que nous devons intensifier la lutte pour cela. Comme je l’ai dit, dans notre communauté colorée de femmes, la camarade Sara était l’une des plus belles couleurs.
 
Mon amie Sara a dit que «nous devrions ressentir une honte révolutionnaire» et c’est toujours resté dans ma tête. En conséquence, je me suis de nouveau interrogée sur la vie révolutionnaire. Cela m’a appris à ressentir dans la vie le fardeau de la dette de ce que je n’ai pas fait par rapport à ce que j’ai fait.
 
Pour moi, les discussions avec Heval Sara sur la philosophie ont été un coup de chance, car elle y réfléchissait très profondément. Les conversations ont été aussi intenses que le thé guérilla est fort. Avec les guérilleros, les conversations avec le thé sont agréables, nous avons adoré boire du thé et parler. Avec Heval Sara, nous avons toujours rêvé de construire une unité internationale des femmes, dans laquelle chaque femme serait d’une nation différente, et, en tant que star de YJA, des actions des femmes de guérilla.
 
Pour Heval Sara, ce qui état dit devait être fait;  pas séparation entre la théorie et la pratique. Si ce qui a été dit n’a pas été mis en œuvre, c’est une contradiction. Au PKK, ce que vous dites n’est pas important, ce qui est important c’est comment vous vivez. Ce principe du PKK était inhérent à la personnalité de Heval Sara.
 
Pendant les travaux pratiques, Heval Sara n’a jamais montré de signes de fatigue, la regarder nous a donné force et moralité. Nous avons également été impressionnés par sa performance à l’entraînement militaire. Elle tirait sa force physique de son idéologie. Sa force venait du fait de ne pas séparer l’idéologie et la pratique. La camarade Sara Dorşîn a succédé aux internationalistes comme Andrea Wolf, Şehîd Ronahî (Andrea Wolf), Şehîd Nûdem (Uta Schneiderbanger), Şehîd Dilsoz (Kevin Jochim), Şehîd Hêlîn (Anna Campbell), Şehîd Şiyobar) Şehîd Bager Nûjiyan (Michael) se rangeant du côté du peuple kurde et consacrant sa vie à la lutte pour la liberté des femmes et de tous les peuples opprimés. Ils/Elles se sont battu.e.s et nous ont laissé un héritage internationaliste très important. Nous leur devons avant tout de continuer cet héritage, de comprendre ce qu’ils/elles ont ajouté aux valeurs humaines par leur sacrifice et de vivre dans la conscience de leur héritage. Nous menons ce combat pour vous en même temps, pour nos familles, pour tous ceux que nous aimons. Nous nous battons parce que, comme l’a dit le camarade Kemal Pir, «nous aimons tellement la vie que nous mourrions pour elle.»
 
Une amie internationaliste écrit sur les projets de Sara qu’elle a partagés avec elle
 
Sara avait de grands projets, elle voulait apporter la puissance révolutionnaire du Kurdistan en Allemagne, tout le monde voulait savoir qu’une autre vie est non seulement possible, mais que la lutte pour cela a lieu ici et aujourd’hui. Elle a recueilli des réflexions sur un nouvel internationalisme et des approches du mouvement kurde, voulait emmener tout le monde, en particulier ses camarades et amis en Allemagne. C’est la qualité de Sara que j’ai appréciée; elle n’a jamais perdu son axe, elle avait son objectif, qui était rien de moins que de rendre le monde meilleur, avec tout ce qu’elle a fait et vécu, elle voulait apprendre quelque chose de chaque travail et de chaque tâche. Maintenant, ce n’est pas seulement une perte que Sara laisse; une gorge s’est ouverte devant nous. Mais Sara elle-même a montré comment construire des ponts avec son style et son attitude, ses caractéristiques et ses possibilités. « 
 
Dilara Nûrhaq et Şehid Sara étaient ensemble à l’académie depuis longtemps
 
Ma compagne Sara, j’ai peut-être partagé mes sentiments avec toi et ta douce amitié à plusieurs reprises, mais en ces temps d’adieu, je voudrais te redire combien je possède de force et ta sincère participation à la vie de Rêber Apo et de nos martyrs. Je t’ai souvent regardé et peut-être que tu m’as regardée, mais en réalité tu étais très loin – plongée dans tes pensées comme un oiseau qui vole dans les rêves de liberté dans le ciel ouvert. Chaque fois que je savais que tu pensais profondément et fermement à quelque chose, je me demandais toujours si je viendrais dans ce ciel et volerais avec toi et tes sujets.
 
Nous avons passé un bon moment ensemble et nous avons eu beaucoup de discussions, nous étions très proches les unes des autres et c’était comme si nous pouvions lire les pensées des unes et des autres, c’est pourquoi j’ai appris à te connaître davantage et sur le chemin sacré parcouru, je te vois comme très digne. Peu importe à quelle distance nous serons géographiquement, les pensées du PKK nous uniront toujours et nous maintiendrons ensemble, moi et mon amie bien-aimée.
 
En tant qu’amie venu de l’extérieur, tu nous est très précieuse en tant qu’amie allemande. Je ressens un grand amour du fond du cœur, pour la chaleur et l’honnêteté que tu nous as données, et je te souhaite, du fond du cœur et de l’âme, beaucoup de succès dans votre chemin et tes objectifs. Avec tes grandes considérations et tes grands buts, tu seras toujours un exemple pour moi, toujours à mes côtés, ma chère. Nous nous souviendrons toujours les unes des autres et je crois en cela ainsi qu’en notre propre conviction que nous approfondirons davantage les pensées et les idées d’Abdullah Öcalan et continuerons sur le chemin des martyrs tombés afin de devenir leurs  amies dignes.
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici