TURQUIE. « Les prisons pourraient se transformer en morgues »

0
584
TURQUIE / BAKUR – En Turquie, plus de 50 000 journalistes, écrivains, politiciens (dont de nombreux Kurdes comme Selahattin Demirtas), musiciens, universitaires, défenseurs des droits humains, enseignants, médecins, avocats, étudiants, hommes d’affaires et femmes au foyer sont incarcérés pour terrorisme. En pleine épidémie du Covid-19, les prisons turques risquent de se transformer en un cimetière si elles ne sont pas vidées.
Le mari de l’ancienne députée kurde d’HDP, Gülser Yıldırım, le médecin Kamuran Yıldırım, a déclaré que la pandémie de Covid-19 représentait un grand risque pour les prisonniers politiques et a ajouté: « S’ils les gardent là, les prisons se transformeront en morgues. »
 
Alors que le coronavirus se propage rapidement à travers le monde entier, aucune mesure n’a encore été prise contre les prisonniers politiques tenus en otage dans les prisons turques. Les proches des prisonniers demandent au régime de l’AKP-MHP de libérer les prisonniers.
 
En particulier, les proches des détenus malades sont très inquiets de l’insensibilité des ministères et organismes gouvernementaux compétents à ce sujet. Époux de l’ancienne députée d’HDP Mardin, Gülser Yıldırım, qui a passé au total 9 ans dans les prisons et se trouve à la prison de Kandira depuis le 4 novembre 2016, Kamuran Yıldırım a parlé à l’ANF des conditions de son épouse.
 
Kamuran Yıldırım est l’ancien président de la Chambre des médecins de Mardin et est actuellement chef de la section des médecins de l’Association médicale turque (TTB). Kamuran Yıldırım a rappelé que son épouse Gülser Yıldırım était député de Mardin depuis 3 mandats.
 
Le Dr Yıldırım a noté que sa femme était en prison depuis 4 ans sans condamnation définitive et était détenue à la prison de Kandira.
 
Le Dr Yıldırım a ajouté: « Ce virus fait de nombreux morts. La vie des personnes en prison est en danger. Nous savons que les conditions dans les prisons offrent un environnement propice à la propagation du coronavirus. Les détenus devraient être autorisés à purger leur peine à domicile Dans le cas de ma femme, sa peine ne dépassera pas 9 ans, elle aurait donc le droit de la purger de toute façon. Beaucoup de prisonniers politiques sont dans la même situation. Je voudrais m’adresser à toutes les autorités pour qu’elles portent immédiatement leurs fonctions et trouver un moyen de faire sortir les prisonniers politiques.
 
Les autorités ne devraient pas exclure les prisonniers politiques des mesures à prendre. Si vous gardez des prisonniers là-bas, les prisons se transformeront en morgues. Je veux appeler notre peuple: le seul crime de ces gens est d’avoir protégé vos votes et votre volonté. Vous devez faire entendre votre voix et ne pas accepter que les prisonniers politiques soient confrontés au risque de mort en prison. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici