Elections. Un sympathisant de l’extrême droite turque sur une liste de gauche à Bourg en Bresse?

0
495

LYON – Dans une lettre ouverte adressée à Jean-François Débat, maire de Bourg-en-Bresse, l’association Amitiés kurdes de Lyon – Auvergne Rhône Alpes dénonce la présence de Suaip Zinkal sur une liste de gauche à Bourg en Bresse, accusant ce dernier d’être un sympathisant de l’extrême droite turque.

 
Voici la lettre qui nous a été envoyée par le président de l’association en question :
 
« LETTRE OUVERTE À MONSIEUR JEAN-FRANÇOIS DÉBAT, TÊTE DE LISTE POUR « BOURG CHANGE » ET À SES COLISTIERS.
 
Un sympathisant de l’extrême droite turque sur une liste de gauche à Bourg en Bresse ?
 
L’association Amitiés kurdes de Lyon-Auvergne Rhône Alpes a eu connaissance du fait suivant : à Bourg en Bresse, une liste de gauche intitulée « Bourg change » se présente aux élections municipales, conduite par Monsieur Jean-François Débat.
 
Nous ne doutons absolument pas de ce que cette liste et son animateur soient motivés par les convictions républicaines de notre pays ainsi que par les valeurs défendues par la gauche, dont la liberté d’opinion et d’expression, l’égalité entre toutes et tous et la laïcité. Nous ne nous situons donc pas dans le cadre de ce qui pourrait être pris pour un procès d’intention.
Néanmoins nous avons été interpellés par la présence de Monsieur Suaip Zinkal au nombre de ses colistiers.
 
En effet, ce que Monsieur Zinkal (candidat Numéro 27 et donc susceptible d’être élu) publie sur le réseau social Facebook a tout lieu de susciter notre inquiétude, voire notre indignation. Ce monsieur se fait une fierté d’être un soutien du président Erdogan, dont on sait bien comment il dirige son pays d’une façon qui n’a rien à voir avec la démocratie. De plus, M. Zinkal, toujours sur ce même réseau social, se présente comme soutenant les mouvements « Loups gris » et Saadet.
Les « Loups Gris », à l’origine organisation de jeunesse du Parti d’Action Nationaliste (MHP, d’extrême droite) sont devenus les exécuteurs des basses œuvres (notamment contre les Kurdes) de la police et des Services Spéciaux de l’État turc, ne reculant pas devant l’assassinat. Leur idéologie leur ouvre toutes grandes les portes des partis islamistes (dont celui du président Erdogan). Bien implantés en Europe sous couvert d’organisation de défense de l’identité turque, ils sont étroitement surveillés par les autorités y compris en France.
 
Quant au parti Saadet (en français Parti de la Félicité) c’est un parti islamiste fondé en 2001(à la suite de la dissolution par la Cour Constitutionnelle de Turquie du « Parti de la Vertu »). Son idéologie repose sur l’islamisme, l’euroscepticisme, le conservatisme religieux et l’anti occidentalisme.
Enfin nous ne pouvons pas ignorer que l’AKP (Parti de la Justice et du Développement), parti de M. Erdogan est un parti islamo-conservateur, instrument de la politique de répression effrénée menée par Erdogan dans son pays. Celui –ci, au prétexte de la lutte contre les partisans du coup d’État (?) de 2016 a fait jeter en prison par dizaines de milliers les démocrates opposés à sa toute puissance : journalistes, juges, avocats, militaires, syndicalistes, féministes, toujours accusés, pour la commodité, de « terrorisme ».
Rappelons en outre que le HDP, victime de la haine furieuse de Erdogan, est membre de l’Internationale Socialiste.
Par ailleurs, le Parti Socialiste appuie le « Comité de soutien à Tuna Altinel » professeur turc de mathématiques et chercheur à l’université Lyon 1 depuis plus de vingt ans, emprisonné puis retenu en Turquie et injustement accusé de terrorisme (accusation dont il a d’ailleurs été acquitté lors de son second procès en date du 24 février 2020 sans que l’État turc daigne lui restituer son passeport, ce qui lui permettrait de rentrer à Lyon où il enseigne depuis plus de vingt ans !)
Pour toutes ses raisons et parce que cette liste de gauche porte, comme nous en sommes convaincus, des valeurs de démocratie, de respect des droits humains et de solidarité internationale, nous demandons que soit mis en route une procédure d’exclusion de cette liste d’ un sympathisant de l’extrême droite turque, d’un parti ultra religieux, et du parti du dictateur Erdogan, illustrant ainsi la volonté de l’Etat turc d’infiltrer au maximum les institutions de la République française comme l’ont déjà illustré un certain nombre de médias de notre pays.
 
A défaut vous devez exiger de votre candidat qui se revendique républicain, démocrate et laïc qu’il condamne fermement et publiquement la répression et les exactions de l’état turc envers ses opposants et les démocrates en général. Dans cette perspective il doit dénoncer les arrestations arbitraires des militant.es internationalistes qui se rendent en Turquie à des fins humanitaires ou pour vérifier le bon déroulement des élections. Il doit dénoncer également les attaques incessantes contre les peuples de Turquie qui revendiquent de vivre leurs particularismes et leur culture. De même il doit demander au gouvernement d’Erdogan que les associations Lgbti puissent s’exprimer librement afin que chacun.e puisse vivre sa sexualité. Enfin, il doit reconnaître l’existence du génocide arménien et des assyro-chaldéens. C’est nous semble-t-il le moins que l’on puisse attendre d’un candidat prétendant défendre autrement qu’en parole nos valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité.
 
Nous vous prions d’agréer, Monsieur, l’expression de notre considération. »
 
Thierry Lamberthod, président

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici