Kışanak : Nous sommes les femmes qui ne peuvent être faites prisonnières

0
696
« La notion de « 8 mars, pas qu’un seul jour » est un slogan puissant qui peut mettre fin à la fois aux féminicides et à la guerre ainsi qu’au régime autoritaire réactionnaire. Le moment est venu de renforcer les rangs et d’intensifier la lutte contre le pouvoir et l’énergie que nous tirons d’ici pour être la principale réponse. Il est maintenant temps de jeter un pont sur la route de la paix en portant le flambeau de la liberté et de l’égalité, de le brûler le 8 mars et au Newroz. Nous, les femmes qui ne peuvent être faites prisonnières, serons (…) à vos côtés, avec nos tililis, nos chants et notre govend (ronde dansante). »
 
TURQUIE / BAKUR – Gültan Kışanak, qui est retenue en captivité dans une prison de la Turquie depuis quatre ans, a déclaré qu’il s’agissait « des femmes qui ne peuvent pas être prises en otage ».
 
Les femmes s’apprêtent à descendre dans la rue pour célébrer le 8 mars. Bien que le ministre turc de l’intérieur Süleyman Soylu ait interdit cette année la célébration à Istiklal Caddesi à Istanbul, où la marche traditionnelle des femmes a lieu chaque année, les femmes sont déterminées à aller jusqu’au bout de la marche.
 
ANF a interrogé l’ancienne co-maire d’Amed, Gültan Kışanak, détenue dans la prison de Kocaeli depuis 2016, sur le processus politique actuel, la situation en prison, le système de coprésidence, la signification du 8 mars, la Journée internationale des droits des femmes.
 
« Le devoir d’inverser ce processus antidémocratique ne doit pas être laissé aux seules femmes. Le mouvement des femmes devrait également jouer un rôle qui encourage et donne aux forces démocratiques le pouvoir d’agir ensemble », a déclaré Kisanak.
 
Les meurtres de femmes ont augmenté, il y a des controverses sur la subsistance. Comment évaluez-vous le processus que la Turquie traverse en ce moment du point de vue des femmes ?
 
En termes de droits et de libertés démocratiques en général, la Turquie traverse une période troublée. Cependant, les résultats de ce style d’administration autoritaire sont bien plus dévastateurs pour les femmes, en raison de l’exaltation de l’autorité et du pouvoir ; de l’élimination de la plus petite opposition par la force ; de la déclaration de ce qui dit le contraire comme un traître. Cette mentalité crée une atmosphère qui exalte la domination masculine et légitime la violence masculine contre les femmes qui tentent de contrôler leur vie.
 
La fermeture des institutions féminines, le procès des coprésidents, l’interdiction des activités des femmes, les attaques contre les femmes qui sortent dans la rue et veulent faire une déclaration à la presse, tout cela est le résultat du régime autoritaire général. Nous pouvons compter des dizaines d’interventions politiques effectuées par le pouvoir.
 
Parlant de deux poids deux mesures, l’opposition est en prison depuis des années alors que les hommes qui violent, blessent ou menacent les femmes marchent dans les rues.
 
Une situation plus dangereuse est l’abandon de la Convention d’Istanbul, qui traite et prend en charge le mariage des enfants, les pensions alimentaires et la prévention de la violence domestique.
 
Comment évaluez-vous l’attitude du mouvement des femmes face à ces attaques ? Les réactions sont-elles suffisantes ? Comment parvenir à une position commune plus forte ? Quels sont les obstacles ? Comment les surmonter ?
 
La position du mouvement des femmes face à cette vague d’oppression et d’intimidation de longue date n’a pas été retirée de la rue. Cette position a été une source de force et de moral pour nous. Je pense que la résistance des femmes de cette période prendra sa place dans l’histoire de la lutte des femmes.
 
La tâche de renverser ce processus antidémocratique ne doit pas incomber aux seules femmes. Le mouvement des femmes devrait également jouer un rôle qui encourage et ouvre la voie aux forces démocratiques pour qu’elles agissent ensemble. Les femmes, les jeunes, les travailleurs, les pauvres, les différentes identités et croyances, tous les groupes opprimés, s’ils peuvent adopter une position commune dans la lutte pour les droits, la loi, la liberté et la paix, cette mauvaise tendance peut être arrêtée.
 
Pourquoi la coprésidence est-elle importante pour les femmes ? Est-elle suffisamment défendue ?
 
La coprésidence est la plus importante réalisation de la lutte pour l’égalité des sexes. Tout d’abord, c’est une méthode qui brise la passivité enseignée aux femmes, qui les fait se considérer comme des sujets et les encourage à poursuivre leurs rêves, qui développe le sentiment de « femme qui peut le faire » et qui donne du pouvoir aux femmes. Une autre dimension consiste à résoudre le problème de l’inégalité entre les sexes. Il ne s’agit pas d’opposer les différents sexes, mais d’apprendre à établir ensemble une relation démocratique et égalitaire.
 
La raison la plus importante de l’inégalité entre les sexes est que les hommes ne voient pas les femmes sur un pied d’égalité. Afin de briser la mentalité dominée par les hommes qui définit les femmes sur le plan émotionnel, les voit incomplètes et inadéquates, il faut un niveau dans lequel elles ont des devoirs et des responsabilités égales. C’est ce que propose la coprésidente. La deuxième dimension de la coprésidence consiste à démocratiser la politique. Une conception de la politique et du gouvernement qui exclut de la politique et des mécanismes de décision les femmes qui constituent la moitié de la société ne peut être démocratique. Depuis des milliers d’années, ce sont les hommes qui décident à la place des femmes. Pour que les femmes soient une entité autonome, elles doivent avoir la possibilité de décider d’elles-mêmes et de leur avenir. La coprésidence donne aux femmes ce pouvoir, tout en ouvrant la voie à une essence démocratique de la politique et de la gestion.
 
La troisième dimension de la coprésidence concerne également la société. Là encore, pendant des milliers d’années, la mentalité dominée par les hommes a saisi la société et détruit le caractère démocratique de la société naturelle. Elle s’est transformée en un réflexe social selon lequel les femmes doivent vivre avec les hommes. En fait, les règles sociales qui doivent protéger le droit à l’égalité sont façonnées en fonction de cette pré acceptation (domination masculine). Corriger cette erreur est une étape importante pour répondre à l’essence démocratique de la société. La quatrième dimension de la coprésidence est que la gestion montre qu’il ne s’agit pas d’établir / de dominer le pouvoir, mais que la gestion est une question de « coordination ».
 
Alors, comment passez-vous vos journées en prison ?
 
La prison est un espace qui vise à déshumaniser. Pour les individus qui en sont conscients, au contraire, elle se transforme en un espace où l’on se déplace vers la créativité, où l’on rêve sans limite, où l’on fonctionne de façon autonome, où l’on renforce sa volonté, où l’on ouvre de nouvelles fenêtres sur le monde de l’émotion et de la pensée. Par conséquent, le temps ne suffit pas aux personnes. Vivre sans routine et sans modèles abandonnés procure aux gens une joie incroyable lorsqu’ils réussissent. Même le fait de pouvoir se faire entendre de ses amis en criant donne aux gens le plaisir de briser l’isolement. Ou de cuisiner dans un samovar, de tricoter à l’aide de stylos … Surtout pour ne pas avoir de soucis lors de la lecture des livres, lire chaque ligne est un plaisir incroyable.
 
Les préparatifs d’occasions spéciales comme le 8 mars, font que l’effort de chacun pour participer est si important qu’il donne des capacités musicales même à ceux qui n’ont jamais essayé de chanter dans leur vie. En bref, la mentalité autoritaire à dominante masculine ne fait rien de sage en nous mettant en prison.
 
Quel est votre message aux femmes pour le 8 mars ?
 
Toutes les femmes célèbrent la Journée internationale des femmes travailleuses le 8 mars. Je souhaite que la volonté et la posture des femmes se reflètent dans les rues et sur les places pour mener un nouveau processus. Nous, les femmes, ne pouvons répondre à toutes les attaques contre notre corps, notre identité, notre volonté, notre travail et notre existence qu’en renforçant la solidarité et l’organisation entre les femmes.
 
La notion de « 8 mars, pas qu’un seul jour » est un slogan puissant qui peut mettre fin à la fois aux féminicides et à la guerre ainsi qu’au régime autoritaire réactionnaire. Le moment est venu de renforcer les rangs et d’intensifier la lutte contre le pouvoir et l’énergie que nous tirons d’ici pour être la principale réponse. Il est maintenant temps de jeter un pont sur la route de la paix en portant le flambeau de la liberté et de l’égalité, de le brûler le 8 mars et au Newroz. Nous, les femmes qui ne peuvent être faites prisonnières, serons sur la place, à vos côtés, vous avec nos zilgit, nos chants et notre govend (ronde dansante).
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici