Merkel soutient l’occupation du Rojava par la Turquie

0
510
SYRIE / ROJAVA – La chancelière allemande Angela Merkel a promis à la Turquie de l’aider à construire des logements pour les réfugiés dans le nord de la Syrie, au lieu de condamner l’occupation du Rojava par la Turquie. Le politicien kurde Salih Muslim a condamné l’initiative allemande et déclaré : « Vous aidez l’agresseur, mais pas les victimes. »

Anita Starosta: « Si – à l’initiative de l’Allemagne – l’ONU devait soutenir l’installation de réfugiés dans la zone de sécurité turque, ce serait (…) non seulement [elle] reconnaît la guerre de la Turquie dans le nord de la Syrie, mais la soutient activement. Il ne peut et ne doit pas être permis qu’une guerre d’agression contraire au droit international, que le service scientifique du Bundestag (Parlement allemand) qualifie d’invasion turque, soit légitimée avec l’aide internationale et allemande. Si ces fonds affluent vers le nord de la Syrie, le gouvernement allemand sera complices de l’expulsion et de la persécution des Kurdes syriens. » 
 
Le gouvernement allemand envisage une aide financière à la Turquie pour la construction de logements pour réfugiés dans le nord de la Syrie. La chancelière Merkel l’a promis au président turc Recep Tayyip Erdogan lors de sa visite en Turquie. Le porte-parole du PYD (Parti de l’Union démocratique), Salih Muslim a condamné le soutien allemand à la politique turque du changement démographique dans le nord de la Syrie. « Vous aidez l’agresseur, mais pas les victimes », a-t-il dit à Civaka Azad.
 
Lors de sa visite à Istanbul, la chancelière a déclaré que la question portait sur les moyens d’aider la Turquie à fournir des soins aux personnes vivant dans des tentes sur le territoire syrien. Merkel a déclaré : « la Turquie est confrontée à un énorme problème [dans les régions du Rojava envahies par la Turquie]. Compte tenu de la situation des réfugiés en hiver, le gouvernement allemand examinera si cela pourrait être soutenu financièrement. Les réinstallations dans la « zone de sécurité » devraient être clarifiées avec l’agence des Nations Unies pour le secours aux réfugiés. »
 
Cependant, Merkel n’a pas mentionné un mot sur la guerre d’agression du partenaire de l’UE contre les zones autonomes du nord et de l’est de la Syrie, qui se poursuit depuis le 9 octobre 2019 et est soutenue par des mercenaires djihadistes. Jusqu’à présent, au moins 300 000 personnes ont été chassées de leurs foyers ancestraux dans les villes occupées de Serêkaniyê (Ras al-Ain) et Girê Spî (Tal Abyad). Et les zones restantes de la bande frontalière sont également terrorisées sans relâche – malgré un accord de cessez-le-feu avec la Russie – afin d’expulser les habitants d’origine et de faire de la place pour les proches des islamistes alliés.
 
Salih Muslim a déclaré : « Si l’Allemagne veut aider, elle devrait aider les enfants et les femmes qui ont été victimes de l’occupation turque et doivent maintenant passer l’hiver froid dans des camps dans des conditions difficiles. Tout soutien à Erdogan ira aux gangs islamistes et leurs familles se sont installées dans le nord de la Syrie. Si Erdogan avait eu pour objectif d’aider le peuple du nord de la Syrie, il ne les aurait pas tués et chassés de leurs maisons. Ces personnes doivent être ramenées chez elles sous observation internationale afin de pouvoir arrêter l’évolution démographique. L’Allemagne pourrait prendre ses responsabilités ici (…). »
 
Medico International condamne l’initiative allemande 
 
Anita Starosta de Medico International (ONG d’aide humanitaire basée en Allemagne) décrit les propos de la chancelière Merkel sur un éventuel soutien à la Turquie dans le nord de la Syrie lors de sa visite à Erdoğan à Istanbul comme un soutien ouvert à l’occupation du Rojava par la Turquie.
 
« Si – à l’initiative de l’Allemagne – l’ONU devait soutenir l’installation de réfugiés dans la zone de sécurité turque, ce serait (…) non seulement [elle] reconnaît la guerre de la Turquie dans le nord de la Syrie, mais la soutient activement. Il ne peut et ne doit pas être permis qu’une guerre d’agression contraire au droit international, que le service scientifique du Bundestag (Parlement allemand) qualifie d’invasion turque, soit légitimée avec l’aide internationale et allemande. Si ces fonds affluent vers le nord de la Syrie, le gouvernement allemand sera complices de l’expulsion et de la persécution des Kurdes syriens », a déclaré Starosta.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici