TURQUIE. Les musiciens de Dersim doivent choisir entre la prison ou l’exil

0
337
TURQUIE / BAKUR – Des dizaines de musiciens de la province de Dersim, principalement peuplée de Kurdes et d’Alévis, ont dû fuir en Europe en raison de l’oppression dans les années 1990. Leurs concerts ont été annulés, les albums ont été retirés des étagères et ils ont été arrêtés après les concerts.
 
Ali Asker, Mikail Aslan, Ali Baran, Metin Kahraman, Kemal Kahraman et Yılmaz Çelik ne sont que quelques-uns des artistes de Dersim qui ont fuit la Turquie.
 
Depuis l’année dernière, les musiciens de Dersim, dans le sud-est de la Turquie, sont à nouveau persécutés par le pouvoir turc et nombre d’entre eux ont été arrêtés et envoyés en prison.
 
Ferhat Tunç et Mikail Aslan se sont entretenus avec Bianet après l’arrestation de Yılmaz Çelik et Şenol Akdağ: « Ils veulent empêcher la langue maternelle et les valeurs culturelles d’atteindre les gens par le biais de l’art. »
 
Aslan: L’artiste est celui qui parle des problèmes de la société
 
« J’ai été convoqué au bureau du procureur de Dersim pour faire une déclaration en raison des discours que j’ai prononcés au festival de Dersim. Un dossier qui a été rédigé par un examen de mes comptes sur les réseaux sociaux m’a été montré. Des photographies des interviews et des concerts que j’ai donnés ont été mis dans le dossier et il a été écrit qu ‘ »un acte criminel n’a pas pu être identifié. » Ils ont enregistré tout ce que nous avons dit.
 
Les artistes sont responsables d’exprimer les sensibilités, les préoccupations et les problèmes de leurs sociétés. Ils considèrent mes salutations aux co-maires arrêtés comme un crime.
 
Ces détentions et arrestations ne sont pas une coïncidence, et ils ne veulent laisser aucun artiste dissident, politicien ou toute autre personne qui puisse s’exprimer. La raison pour laquelle nous avons été envoyés en exil dans les années 90 était l’art que nous avons fait, et la raison pour laquelle nous sommes exposés à l’oppression aujourd’hui est l’art que nous faisons.
 
Aucun politicien ne peut donner ce que les artistes peuvent donner à la société. Ils veulent rompre nos liens avec les habitants de Dersim. L’art est le seul domaine où notre culture peut respirer. Ils veulent le détruire. Ils veulent empêcher la langue maternelle, les valeurs culturelle d’atteindre le public par le biais de l’art. »
 
Tunç : L’État n’a pas fini de régler son compte avec Dersim
 
« Ce n’est pas un hasard si des artistes de Dersim sont visés. Parce que ces artistes chantent dans leur langue maternelle. Parce que ces artistes sont sensibles aux attaques contre l’histoire et la nature de Dersim. Surtout quand il s’agit de Dersim, on voit que l’alliance AKP-MHP et les nationalistes deviennent partenaires. Leurs affaires avec Dersim ne sont pas terminées.
 
Après avoir vu l’acte d’accusation écrit contre l’artiste Enol Akdağ, il est probable que l’on comprenne pourquoi ils vont vers les artistes de Dersim. Il est possible d’arrêter tous les artistes de Dersim avec l’acte d’accusation créé pour Şenol Akdağ sur la base d’ « aveux » d’un témoin. »
 
La nouvelle vague de répression 
 
Un nouveau chapitre de la détention et de l’emprisonnement contre les musiciens de Dersim a commencé l’année dernière lorsque Onur Yanardağ, le chanteur de Grup Munzur a été placé en détention provisoire.
 
Yılmaz Çelik, qui a réalisé 10 albums en dialecte zaza et en turc en plus de 30 ans et qui vit en Suisse depuis 38 ans, a été arrêté le 8 décembre, après son concert à Dersim. Il a été placé en détention provisoire le 10 décembre pour « appartenance à une organisation terroriste ».
 
Şenol Akdağ a été arrêté le 19 novembre et placé en détention provisoire le 22 novembre pour « appartenance à une organisation terroriste ». Il risque 5 à 10 ans de prison pour « avoir donné un concert sous le drapeau de l’organisation terroriste [kurde] ».
 
Mikail Aslan, qui a quitté la Turquie en 1994 et est rentré dans le pays en 2006, a été sommé de faire une déclaration en raison d’accusations « liées au terrorisme ».
 
Ferhat Tunç est en Europe depuis huit mois après plusieurs procès pour terrorisme lancés contre lui.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici