Des femmes liées à l’Etat islamique s’échappent du camp d’al-Hol et s’enfuient en Turquie

0
613
SYRIE – Des intrus déguisés en membres des forces de sécurité se sont introduits dans le camp de réfugiés d’al-Hol, dans le nord-est de la Syrie, et ont fait sortir clandestinement des dizaines de femmes liées à l’État islamique (EI), qui auraient rejoint la Turquie, a rapporté Voice of America.
 
Judy Serbilind, qui surveille les affiliées de DAECH/ISIS détenues dans le camp, a déclaré que les femmes avaient payé les passeurs, qui portaient des tenues de police et des uniformes des Forces démocratiques syriennes (FDS). Serbilind a déclaré que des dizaines de femmes s’étaient échappées et que la plupart venaient de l’extérieur de la Syrie, en particulier d’Europe.
 
« Nous pensons qu’elles se sont enfuiss à Idlib, puis en Turquie. Nous pensons que certains d’entre elles pourraient contacter les ambassades de leur pays et que d’autres (resteront) en Turquie », a-t-elle déclaré à la VoA.
 
Al-Hol est un camp de fortune pour les personnes déplacées dans la province de Deir al-Zor, et sa population a grimpé à 70 000 personnes à la suite d’une offensive menée par les FDS qui ont chassé DAECH de son dernier bastion plus tôt cette année. Selon Human Rights Watch, plus de 11 000 personnes dans le camp sont des femmes et des enfants étrangers liés à DAESH.
 
Des responsables kurdes syriens ont déclaré qu’ils détenaient des centaines de combattants étrangers dans leurs prisons, ainsi que des milliers d’épouses et d’enfants de 44 pays, qu’ils ont appelés à rapatrier leurs ressortissants.
 
Les FDS ont renforcé les mesures de sécurité dans le camp après plusieurs incidents d’évasion et en raison de l’augmentation de la violence et des troubles dans le camp, a déclaré VoA. Les superviseurs et les forces de sécurité ont rapporté que des femmes de DAESH ont déclaré vouloir établir un État islamique à l’intérieur du camp, et deux agents de sécurité ont récemment été poignardés par des femmes liées à DAECH, d’après Serbilind.
 
« Elles menacent également de se révolter une fois que la Turquie aura menacé de traverser la frontière de l’Euphrate oriental », a-t-elle ajouté, faisant référence à la menace répétée de la Turquie d’entrer dans le nord-est de la Syrie pour poursuivre les FDS si les forces américaines ne parviennent pas à appliquer un plan de zone sûre convenu.
 
Certains chercheurs pensent que les femmes de DAESH qui ont fui le camp ne seront peut-être pas en mesure de conduire une résurgence de DAESH, mais que leurs points de vue extrêmes pourraient encourager des sympathisants dans le monde entier, y compris leurs enfants.
 
« Je pense que le danger réside dans leur capacité à faire en sorte que la prochaine génération soit élevée avec des points de vue vraiment radicaux », a déclaré Mia Bloom, professeur de communication et d’études du Moyen-Orient à la Georgia State University.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici