André Hébert : un internationaliste français aux côtés des Kurdes syriens

0
130
PARIS – Lors de la fête de l’Humanité, l’association de solidarité « France-Kurdistan » a frappé fort cette année. Outre les nombreux musiciens invités à leur stand, les responsables de France-Kurdistan ont par ailleurs organisé des débats autour des Kurdes, leur lutte, les prisonniers politiques en Turquie, une pétition demandant la libération de Selahattin Demirtas et la présentation de son nouveau roman « Et tournera la roue » en présence de son éditrice Emmanuelle Collas Galaade.
 
Ils avaient également invité André Hébert, un volontaire français ayant combattu aux côtés des Kurdes syriens pendant 15 mois et qui a écrit le livre « Jusqu’à Raqqa – avec les Kurdes contre Daech ».
 
André Hébert (un pseudonyme), qui voulait garder l’anonymat pour plusieurs raisons, vient de sortir de l’ombre à moitié en déclarant qu’il s’était rendu compte que la révolution du Rojava n’était pas suffisamment connue des milieux alternatifs français, et ce, malgré la bataille de Kobanê qui avait projeté les combattants kurdes au devant de la scène médiatique occidentale il y a quatre ans déjà. C’est pourquoi, il ne se cache plus mais refuse toute fois qu’on le prenne en photo ou qu’on parle de sa vie privé ou professionnelle. Il veut juste parler du modèle de démocratie directe mis en place au Rojava, dans le nord de la Syrie, qu’il faut protéger face aux menaces de la Turquie et du pouvoir syrien. C’est pourquoi, il dit que ce n’était plus possible pour lui de rester dans l’anonymat total.
 
Ce samedi 14 septembre, André Hébert n’était pas venu les mains vides, il y avait également plusieurs exemplaires de son livre « Jusqu’à Raqqa – avec les Kurdes contre Daech » au stand de France-Kurdistan – livre racontant ses 15 mois passés au Rojava en tant que combattant internationaliste et ses réflexions autour de la guerre ainsi que les raisons qu’il donne pour défendre le modèle de démocratie mis en place dans le nord de la Syrie. Ce modèle de gouvernance politique qui est un espoir pour tous les peuples du Moyen – Orient que certains imaginent incapables de vivre en paix.
 
Malgré la présence de la mort omniprésente et des nombreux scènes apocalyptiques qu’on découvre le long du récit, « Jusqu’à Raqqa » se lit très facilement. On y croise également de nombreux combattants internationalistes. La plupart d’eux sont malheureusement tombés martyre au Rojava. Par exemple, il y a Ivana Hoffmann, la germano-togolaise, il y a Frédéric Demonchaux, alias Gabar, le premier Français tombé martyre aux côtés des YPG à Raqqa, Anna Campbell, alias Hêlîn Qereçox tombée à Afrin, et tant d’autres.
 
On ne sait pas si nos conseils sont pris au sérieux, mais on vous recommande de lire ce livre, si vous ne l’avez pas encore fait !

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici