ROJAVA. L’importance de la mobilisation populaire armée pour contrer le génocide

0
410
SYRIE / ROJAVA – Depuis le début de la révolution du Rojava, les massacres et les violations contre les Kurdes et les composantes de la région sont toujours perpétrés par le régime baasiste. Il a donc été nécessaire de renforcer la protection pour prévenir le génocide et empêcher la répétition des massacres et pour obtenir les droits bafoués des peuples par les régimes nationalistes fascistes en Syrie et dans les pays voisins afin que les Kurdes et les autres peuples de la région puissent obtenir de grands succès pendant la révolution du 19 juillet qui a été protégée jusqu’à présent.
 
Dans ce dossier intitulé « L’importance de la guerre populaire pour empêcher l’extermination. Les forces de protection de la société sont une nécessité comme l’eau et le pain. » L’agence kurde ANHA abordera le concept de protection et la phase de développement de la protection au Rojava et dans le nord de la Syrie en général, ainsi que son rôle dans la victoire de la bataille à tous les niveaux, et la protection de ses valeurs et de ses acquis dans cette organisation populaire intégrée. Ainsi que l’expérience des peuples du monde dans la protection de leurs valeurs contre l’ennemi extérieur, et ce qui fait et constitue des éléments du nord et de l’est de la Syrie pour repousser toute menace extérieure à ses gains et valeurs.
 
La définition de la protection et les avertissements des dirigeants concernant le génocide
 
Sur le plan linguistique, la protection est définie comme la légitime défense contre une atteinte à la vie ou la défense de questions relatives à la personne, à la communauté, à l’animal, au groupe et même à tout être vivant. Si la protection précède une attaque potentielle, le concept d' »attaque » doit également être expliqué. Une attaque signifie tuer, exterminer, être soumis à (intimidation, arrestation, etc.), ou la saisie, de tout objet ou organisme qu’il appelle « proie ».
 
Pendant la lutte de la libération du Kurdistan, une nouvelle définition du concept de protection est appelée la « légitime défense ». Mais c’est « l’organisation de la société pour elle-même et la lutte dans ce cadre, pour se protéger à tous les niveaux ». Cela peut se faire par l’organisation militaire et en protégeant toutes les valeurs.
 
Le leader kurde, Abdullah Ocalan, dans son livre « Défendre les Kurdes entre les mâchoires du génocide » doit se méfier du génocide, qui entraîne avec lui toutes sortes de génocides. « Je ne parle pas seulement d’extermination physique. Je parle de génocide culturel et de toutes sortes de génocides », dit-il.
 
Comment le peuple révolutionnaire du Rojava et du nord-est de la Syrie s’est-il établi et a-t-il protégé ses valeurs ?
 
Par la mentalité et le slogan « une langue, une nationalité, un État, un drapeau », toutes les valeurs diverses des peuples et des ethnies du nord et de l’est de la Syrie ont été niées, en particulier celles du peuple kurde.
 
Le régime syrien n’a pas reconnu les droits culturels, linguistiques et le droit à la citoyenneté des Kurdes du Rojava. Il nie également les diverses nationalités de la région, telles que les Syriaques, les Assyriens, les Turkmènes, les Kurdes, les Circassiens et les Arméniens, mais les maintient sous le toit de la religion pour fusionner leurs traditions et leur culture dans le creuset du racisme Baasiste. Le régime a considéré comme une attaque toute tentative des Kurdes et d’autres pour obtenir leurs droits et les a écrasés sous prétexte de protéger l’État.
 
Pendant la Révolution syrienne et la Révolution [du Rojava] du 19 juillet, les peuples du nord et de l’est de la Syrie étaient en danger d’anéantissement et d’une nouvelle occupation ottomane. Mais l’organisation et la volonté d’autoprotection entre les composantes de la région se sont unies, ont échoué les plans de l’occupation et ont renforcé l’organisation face à toute attaque.
 
Les populations du Rojava et du nord de la Syrie ont commencé à suivre le principe de protection et de défense légitime mentionné plus haut, depuis le début de 2004, lorsque le régime baasiste a atteint le sommet de son fascisme et de son racisme contre le peuple kurde, le 12 mars 2004, le soulèvement de Qamshilo, pour sensibiliser la population à la protection qu’il y a lieu d’assurer après les massacres qui auront lieu si elles restent inactives et qui seront détruits physiquement, culturellement et socialement par les régimes despotiques existants.
 
Par conséquent, de petites unités de jeunes Kurdes ont été formées au sein de la communauté pour former le noyau d’une organisation populaire révolutionnaire qui protège leurs valeurs du génocide, pour prendre l’organisation, la formation et la sensibilisation comme une plate-forme pour la révolution vers la liberté et la protection des valeurs.
 
Avec le début de la révolution syrienne, dans laquelle le peuple kurde a joué le plus grand rôle, en les soutenant et leur implication dans la révolution pour la liberté et la démocratisation. Elle a également commencé à faire son entrée dans les agendas étrangers et dans les puissances étrangères qui dominaient et occupaient le pays et qui soutenaient l’armement et le terrorisme pour déformer la révolution. Par conséquent, les Kurdes et les composantes de Rojava et du nord de la Syrie ont déclaré leur révolution le 19 juillet 2012 à Kobanê, où les YPG se sont ensuite déclarées les protecteur des valeurs de la révolution et de la société. Après l’arrivée de ces groupes populaires, qui sont établis depuis des années dans des comités de protection, ils ont atteint un niveau où ils peuvent se défendre contre tout danger extérieur.
 
Les gens s’organisaient et protégeaient leurs valeurs morales et matérielles de la manière la plus simple.
 
Avec l’annonce du système de l’Administration Autonome à l’époque au Rojava, les comités de protection ont joué leur rôle dans chaque commune, conseil et institution formés au sein de l’administration, et ont été considérés comme une pierre angulaire pour la protection de ce système social national formé par les habitants de la région et dirigé par ses habitants.
 
Grâce à ces comités civils, les composantes de la région ont été en mesure de protéger certains d’entre eux dans chaque village, quartier, ville et route contre le vandalisme, le vol et l’entrée de mercenaires dans leurs zones, en utilisant des armes légères comme les Kalachnikovs, pistolets, ou les armes de chasse habituelle sont dans les mains du peuple. Avec ce système, chacun se protège et protège ses valeurs dans la région dans un esprit collectif et une grande conscience sociale et nationale afin de préserver ses acquis.
 
La volonté dans les batailles de Serêkaniyê et de Sheikh Maksoud a abouti à la victoire.
 
Grâce à la force de l’organisation populaire en termes de protection, à ses idées de liberté et de démocratie et à sa volonté d’y parvenir, le peuple a pu contrer le plus grand attentat terroriste et l’invasion des peuples de la région, fin 2011 et début 2012, dans le quartier Serêkaniyê et Sheikh Maksoud à Alep, lorsque le peuple a uni ses forces et les comités de protection ont joué leur rôle dans la légitime défense d’eux-mêmes et de leurs gains.
 
A Serêkaniyê, plus de 28 factions et bandes armées soutenues par la Turquie, armées de tout l’équipement militaire et comptant plus de 30 000 membres, étaient dirigées par Jabhat al-Nosra et le mouvement terroriste Ahrar al-Sham, pour attaquer les populations de la région, qui ne porte que des armes légères et des munitions. Mais leur arme puissante était la volonté, l’organisation et les bonnes tactiques contre l’ennemi.
 
Le nombre de combattants des YPG / YPJ ne dépassait pas 300 combattants dans cette bataille, chaque comité de protection dans les communes, les conseils de village et les pays jouant son rôle dans la protection des enfants, des femmes et des personnes âgées et dans la sécurisation des routes, villages et villes près du front.
 
La bataille était une guerre populaire contre les mercenaires soutenus par la Turquie et ses alliés dans la région. La Kalachnikov, avec seulement quelques munitions, était entre les mains de tous les combattants, il affronte un char de mercenaires et leurs armes lourdes et lourdes. Dans une guerre inégale à tous les niveaux militaires, le peuple a pu vaincre les mercenaires dans une bataille historique qui a échoué les plans des pays qui s’intéressaient au territoire syrien.
 
De même, à Cheikh Maqsoud [quartier kurde d’Alep], le point vert à l’intérieur de la noirceur du sang et de la destruction à Alep, la ville la plus grande et la plus peuplée de Syrie, elle était caractérisée par la coexistence pacifique et la solidarité populaire entre ses éléments : Kurdes, Arabes, Syriens, Arméniens et Turkmènes, qui depuis le début de la révolution ont formé leurs propres comités de protection. Ils n’ont pas succombé à la tyrannie du régime syrien ni aux attaques des mercenaires de Jabhat al-Nosra et d’autres gangs armés qui tuaient le peuple au nom de l’Armée libre à l’époque.
 
Puisque les droits légitimes ont été volés par le régime syrien et les mercenaires pendant la révolution syrienne, ces droits sont maintenant protégés et puisque les dangers et les menaces n’ont pas été interrompus depuis le début, la protection est nécessaire comme l’eau et le pain pour les composantes du nord et l’est de la Syrie. Etant donné que c’est un mélange des diverses nationalités et religions, ils se sont réunis dans un système pour protéger leur moral et matériel valeurs. Sans protection, l’anéantissement physique, culturel et social les affectera à tout moment.
 
La révolution du 19 juillet a rassemblé les expériences de nombreuses révolutions et soulèvements populaires dans le monde et les a même dépassées en pensée, organisation et volonté populaire à ce jour.
 
Pour son expérience démocratique, l’ordre social et la protection intégrée de ses peuples, de l’organisation populaire à la pensée de la nation démocratique et la fraternité des peuples pour créer un terrain qui renforce encore plus la cohésion nationale et ethnique de l’administration autonome a adopté un système de protection légitime des composantes de la société qui menant la guerre pour préserver ses valeurs et gains depuis 8 ans. En parallèle, elle a renforcé sa protection contre toute menace extérieure ou terroriste potentielle pour ses régions. Tous cela, sans la démolition d’un État ou le transfert du pouvoir à une autre autorité sur le peuple.
 
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici