Il y a trente ans… le meurtre du leader kurde Abdul-Rahman Ghassemlou

0
115
Il y a trente ans, le 13 juillet 1989, le leader kurde, Abdul-Rahman Ghassemlou et deux de ses collaborateurs ont été assassinés dans un appartement de la banlieue de Vienne où ils s’entretenaient avec des envoyés du président iranien d’alors, Akbar Hashemi Rafsanjani. Leur assassinat est resté impuni.
 
Malgré les preuves de l’implication directe de diplomates-terroristes dépêchés par le régime islamique, le gouvernement autrichien a sacrifié la justice pour les intérêts politiques et commerciaux de son pays et a permis aux trois tueurs présumés, qui s’étaient réfugiés à l’ambassade d’Iran après les meurtres de 1989, de quitter le pays sans jamais être interrogés par les autorités autrichiennes.
(…)
Depuis, de nouvelles preuves sont apparues au fil des ans sur l’implication du régime iranien, dont l’ancien président Mahmoud Ahmadinejad.
 
L’AFP a rapporté qu’ « un citoyen allemand, qui a fait sa déclaration aux officiers antimafia italiens en 2006, a déclaré qu’il était en contact avec les services de renseignement iraniens en 1989 au sujet des ventes d’armes. Peu de temps avant l’assassinat de Qasimlo, il a déclaré avoir livré une demi-douzaine d’armes légères au cours de la première semaine de juillet 1989 lors d’une réunion à l’ambassade d’Iran à Vienne. »
 
Qui était Qasimlo
 
Abdulrahman Qasimlo (Abdul Rahman Ghassemlou) est né à Urmiye, en 1930.
 
Il était un étudiant de 16 ans se préparant à l’université à Téhéran lorsque le drapeau du Kurdistan a été hissé sur la place Tsarchira de Mahabad, le 22 janvier 1946.
 
Qasimlo, qui n’avait que 14 ans, était déjà membre de la branche jeunesse du parti communiste Tudey, s’inquiétait de l’effondrement de la République de Mahabad, de la pendaison de Qazi Muhammad à Tsarchira, et de l’arrestation de son père à Téhéran. Ce fut l’étape la plus importante dans la vie de Qasimlo.
 
En 1957, Qasimlo a été chargé de cours à l’Université de Prague où il est entré comme étudiant. Après 20 ans de silence avec Mahabad, la « première balle » du Kurdistan oriental fut tirée en 1967 alors qu’il s’était engagé sur la voie de la science en Europe.
 
Avec un groupe de jeunes, il a commencé la résistance contre le pouvoir du Shah Pahlavi avec peu de moyen.
 
Alors que la résistance se poursuivait au Kurdistan oriental, Qasimlo pris le poste de secrétaire général au troisième congrès du Parti démocratique du Kurdistan iranien (KDP-I) en 1973.
 
Le slogan du congrès est le slogan qu’il a porté toutes sa vie et qu’il prononcera quelques minutes avant d’être tué à la table des négociations à Vienne ; « Démocratie pour l’Iran, autonomie pour le Kurdistan ».
 
Lorsque Qasimlo est retourné à Prague en 1976, il a été déclaré « persona non grata ». Il a donc décidé de s’installer à Paris. En plus de la direction du PDK-I, il a également obtenu le titre de docteur à la célèbre Université de la Sorbonne à Paris et y a donné des conférences. Lorsque le régime du Shah Pahlavi s’est effondré, Qasimlo est retourné au Kurdistan d’Est (Rojhilat) en novembre 1978.
 
Le 1er février 1979, l’avion transportant Khomeini devait décoller de Paris et atterrir à Téhéran. En fait, Qasimlo a rendu visite à Khomeini plusieurs fois à son domicile en France à l’été 1978. Quand Khomeiny a déclaré sa révolution 10 jours après avoir débarqué à Téhéran, il a dit aux Kurdes : « Nous vous verrons aussi. »
 
Toutefois, Khomeiny, qui a rencontré la délégation kurde le 28 mars, a déclaré : « Pas de Kurdes, d’Azéris, de Perses, de nations, de minorités. Nous sommes tous de la communauté d’Allah. »
 
Le 17 août 1979, Khomeini déclare Qasimlo « ennemi de Dieu » et le Kurdistan d’Est fait face à l’un des plus grands massacres de la seconde moitié du XXe siècle. Plus de 10 000 civils kurdes ont été massacrés à cette époque.
 
Les équilibres changent avec la guerre Iran-Irak
 
La guerre Iran-Irak qui a éclaté en 1980 allait changer le sort du mouvement du Kurdistan oriental. Le bilan de la guerre jusqu’en 1984 était lourd : 10 000 peshmergas ont perdu la vie. Qasimlo avait pris son quartier général dans les montagnes Kandil, à la frontière Est-Sud du Kurdistan. Dans la seconde moitié des années 1980, à l’initiative du leader de l’Union Patriotique du Kurdistan (UPK ou PUK), Celal Talabani, il a établi son premier contact avec Téhéran des années plus tard.
 
Le 30 décembre 1988, les parties se sont assises à table dans la maison de Xebat Maruf du PUK à Vienne. Qasimlo n’a pas abandonné sa demande d’une « éducation en langue maternelle kurde, le kurde comme deuxième langue officielle » et les négociations ont été interrompues. Quand Khomeini est mort, Rafsanjani l’a remplacé. Il a donné le signal pour de nouvelles négociations avec Qasimlo.
 
Cette fois, Fadil Resul, qui vit à Vienne, est entré dans le circuit. Resul, qui vit à Vienne depuis 1975 et a fait son doctorat au Département des relations internationales, était un bon lobbyiste kurde. Il a organisé les réunions des dirigeants kurdes qui sont venus à Vienne.
 
Cependant, le Dr Qasimlo a insisté sur Paris comme lieu de rencontre. Mais les Iraniens ont répondu : « Vienne ou Berlin. Paris ne sera jamais possible. »
 
L’avion transportant Qasimlo a atterri le 11 juillet à Vienne, en provenance de Paris.
 
Après les mots… les balles
 
Qasimlo avait pris rendez-vous avec le ministère autrichien de l’Intérieur à 16 heures le soir du 13 juillet, avant sa rencontre avec les Iraniens.
 
La rencontre a eu lieu avec le conseiller principal du ministre, Manfred Matzka. Cependant, le secrétaire de Matzka a dit qu’il avait annulé le rendez-vous. La raison pour laquelle la réunion a été annulée et ce que Qasimlo a l’intention de dire au gouvernement autrichien est le détail le plus critique qui reste inconnu dans ce meurtre.
 
Une heure plus tard, Qasimlo avait un autre rendez-vous avec la délégation iranienne. La réunion aura lieu à 17h30 dans la rue Linken Bahngasse dans le troisième arrondissement de Vienne.
 
Pendant ce temps, trois Iraniens, Cafer Sahraroodi, Mustafa Ajvadi et Amir Mansour Bozorgian avaient quitté l’hôtel pour rejoindre le lieu de rendez-vous. Ils avaient des passeports diplomatiques dans leurs poches et sont arrivés à Vienne le 10 juillet. Un témoin oculaire avec le pseudo « Témoin D » dirait alors que Mahmoud Ahmadinejad, qui est devenu président en 2005, était avec eux.
 
Les parties se sont réunies autour de la table dans la salle et les négociations ont commencé. La réunion a été enregistrée sur bande sonore. Puis la police autrichienne a annoncé que sur la bande Qasimlo peut être entendu dire : « Je reviendrai les mains vides, et je ne peux pas dire que l’Iran travaille pour l’autonomie promise. »
 
Après les mots, les balles… Qasimlo a été touché au front, aux tempes et au cou, Rasul a été touché à la tête et au cou par deux balles et Abdullah Kadir Azeri a été touché par une balle.
 
Jafar Sahraroodi était couvert de sang dans les escaliers lorsque les premières équipes de police ont atteint le bâtiment. Son ami Mansour Bozorgian criait à la police qu’il avait rencontrée dehors : « Ils ont tiré, tiré sur mon ami, sauvez le. » Le fait que Sahraroodi soit touché par balle a basculé les plans. Sahraroodi a été emmené à l’hôpital sous surveillance policière et Bozorgian a été emmené au poste de police de Schottenring.
 
Cependant, Bozorgian a été remis à l’ambassade d’Iran où il a été gardé pendant plusieurs jours avant d’être sorti clandestinement du pays. Le 22 juillet, sous la pression de Téhéran, Vienne se rendit et Sahraroodi fut rapatrié par avion dans son pays.
 
Le Dr Qasimlo et ses amis ont été accueillis comme des « héros » par les pays qui les ont massacrés. De retour en Iran, Mansour Bozorgian est promu général. Il a été nommé chef du quartier général des Pasdaran à Urmia, la ville natale de Qasimlo.
 
Jafar Sahraroodi est devenu le commandant des troupes qui ont mené les opérations de l’Iran à l’étranger après son service à Vienne. En août 1996, il a personnellement dirigé l’opération contre le siège du PDK-I dans le village de Koy-i au Kurdistan du Sud.
 
Les deux tueurs ont continué à voyager à travers l’Europe. Il s’est avéré que Cafer Sahraroodi s’est rendu en Suisse et en Croatie en octobre 2013. Toutefois, malgré un mandat d’arrêt international, les deux pays ne l’ont pas remis à l’Autriche.
 
De plus, Sahraroodi a été accueilli en 2014 avec un tapis rouge à Hewlêr. Sahraroodi était également présent lors de la visite du Président du Parlement iranien Ali Larijani au Kurdistan du Sud à l’invitation du PDK.
 
L’Autriche, qui a envoyé les meurtriers à Téhéran par escorte, a fait de son mieux pour couvrir le meurtre. Le gouvernement de Vienne a toujours prétendu : « Nous n’avons eu aucune pression de Téhéran. »
 
Cependant, dans un sondage d’opinion publié en 1997 par le journal Presse, 55 % des Autrichiens ont déclaré : « Le gouvernement a permis aux assassins de s’échapper ».
 
Dans les années 1990, les échanges commerciaux de l’Autriche avec l’Iran ont connu une croissance notable de 60%.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici