Le silence régional et international garantit l’annexion d’Afrin à la Turquie

0
148
AFRIN – Alors que la communauté internationale garde le silence les violations de l’occupation turque à Afrin, l’occupation étend la construction du mur de séparation dans les villages du district de Shirawa, de la citadelle de Semaan au poste-frontière de Bab al-Salama, avec une longueur de 70 km.
 
Actuellement, les forces d’occupation turques tentent de relier le mur de séparation du village de Jilbra au village de Basela (au sud du village) de 3 km et le relient au mur en construction dans le village de Kimar.
 
Le 8 avril, les forces d’occupation turques ont commencé à poser des dalles de béton autour des villages de Jilbra (Gelbel), Kimar et Meryemin, au sud-est d’Afrin, afin de construire un mur le long de la frontière avec le canton d’Afrin.
 
Le village de Jilbera a été gravement endommagé par l’occupation turque. Plus de 20 maisons ont été démolies en plus des installations publiques.
 
Face à cette politique turque, la communauté internationale reste silencieuse, tandis que la Turquie viole l’unité et la souveraineté du territoire syrien en érigeant un mur qui sépare une partie du territoire syrien.
 
Les habitants d’Afrin déclarent que le projet de construire le mur d’annexion et de séparer Afrin du territoire syrien sert les intérêts des pays du monde entier, d’où le silence de ces pays qui ne disent rien sur ce qui se passe.
 
L’agence de presse Hawar s’est rendue au dernier point près du mur dans les villages de Tenab et de Sgounaka pour surveiller la construction du mur et a préparé un rapport sur la construction et la démolition de maisons dans le village de Jilbera.
 
Les civils kurdes vivent dans des villages situés à plusieurs kilomètres de leurs villages d’origine et ne peuvent pas se rendre dans leurs villages. Ameen Aref, du village de Basla, dans le village de Shirawa, est l’un de ces civils et il vit actuellement dans le village d’Aqiba.
 
Aref a déclaré qu’ils construisaient le mur et brûlaient les oliviers. « Ils ont brûlé 1000 oliviers dans mon champ. J’habite maintenant dans le village d’Aqiba situé à 3 km de chez moi et je ne peux pas y aller. »
 
Juma Fellaha, du village d’Aqiba, a déclaré : « Il y a des complots contre nous, ils disent que les Kurdes étaient séparatistes. »
 
Fellah a déclaré qu’avant l’invasion turque, « Afrin était une destination pour des milliers de composantes de la Syrie originaires de toutes les régions de la Syrie et que les habitants d’Afrin vivaient ensemble comme des frères sans discrimination, et Afrin était connue comme la ville de la paix. »
 
Il a également condamné l’engagement du Conseil national kurde (ENKS) dans l’occupation turque à Afrin, ajoutant que « de nombreux civils et citoyens ont été enlevés avec l’aide de l’ENKS ».
 
À son tour, le citoyen Aomar Amin, a déclaré que l’occupation turque « pille la maison des civils à Afrin, enlève les civils à Afrin et les torture, exige des rançons et tue tous ceux qui ne paient pas la rançon.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici