TURQUIE. Il y a 26 ans, des fanatiques islamistes brûlaient des intellectuels alévis à Sivas

0
1489

TURQUIE – SIVAS – Le 2 juillet 1993, des fanatiques islamistes ont mis le feu à l’hôtel Madımak et ont brûlé vifs 37 personnes, dont 33 intellectuels alévis. 26 ans après, ce feu brûle encore pour les proches des victimes de Madimak car ils ont le sentiment d’être privés de justice…

Après la prière du vendredi, plus de 15 000 islamistes appelant à la charia et à la mort d’infidèles se sont réunis autour de l’hôtel Madımak, dans la ville de Sivas, en Turquie, où étaient logés les participants du festival alévi Pir Sultan Abdal.

 
Les islamistes protestaient au début contre la présence dans l’hôtel de l’écrivain Aziz Nesin, qui a traduit et publié les « Versets sataniques » de Salman Rushdie et critiqué l’Islam. Mais la protestation s’est transformée en une attaque violente et finalement, les assaillants ont mis le feu à l’hôtel.
 
Nesin a pu être exfiltré de l’hôtel, mais on a sorti des décombres 37 corps : ceux des artistes, dont Hasret Gültekin, musicien kurde-alévi, intellectuels, simples touristes, un enfant de 12 ans, des adolescents, deux employés de l’hôtel… Les forces de sécurité ont été critiquées pour ne pas avoir arrêté la foule.
 
Le massacre de Sivas a visé non seulement Aziz Nesin, mais aussi la minorité alévie de la Turquie qui est la deuxième plus grande communauté religieuse en Turquie.
 

Plusieurs personnes ont été arrêtées à la suite de l’incendie. Au fil des ans, un certain nombre de procès ont eu lieu et des peines ont été prononcées. Pourtant, le sentiment que justice n’a pas été faite demeure chez les proches des victimes.

Le 28 novembre 1997, la Cour de sûreté de l’Etat a finalement condamné à mort 33 accusés pour leur rôle dans le massacre. En 2002, peu après que la Turquie eut suspendu l’application de la peine de mort, les peines ont été commuées en peines d’emprisonnement à vie.

De lourdes mesures de sécurité sont prises chaque année le 2 juillet alors que des milliers de personnes arrivent à Sivas pour rendre hommage aux victimes de l’hôtel Madimak.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici