Les femmes de Van s’installent sur les hauts plateaux pour l’été

0
477
TURQUIE / BAKUR – VAN – Quand les grosses chaleurs s’installent à Van, les villageois se déplacent avec leur bétail vers les hautes terres. Malgré les interdictions de l’État turc, les femmes kurdes préservent leur culture.
 
Chaque été, des femmes du village d’Êzdînan (Konalga), dans le district de Şax (Çatak) de la province de Van, mènent leurs troupeaux en transhumance sur les hauts plateaux. Les alpages riches en variétés de plante de haute montagne de Mêrgastran et d’Alandeşt attirent les villageois kurdes.
 
Les femmes d’Êzdînan se lèvent tôt le matin et se rendent sur les hauts plateaux après le petit déjeuner pour traire leurs brebis. Avant cela, les chevaux doivent être sellés. Le sentier de deux heures passe à travers les falaises dangereuses, mais les femmes parlent ou chantent, du lever au coucher du soleil.
 
Heybet Tarten s’occupe des brebis sur les hauts plateaux depuis des années. « Je suis née et j’y ai grandi. Pendant un certain temps, l’accès aux hautes terres a été interdit et l’interdiction a été levée par la suite. La vie sur les hauts plateaux est très agréable, mais aussi épuisante. Nos tentes sont à Mêrgastran mais nous allons à Alandeşt pour traire les brebis. Le trajet dure deux, parfois même trois heures. C’est dangereux, mais nous ne pouvons pas faire grand-chose à cela. Nous passons le temps avec des chansons et des conversations. »
 
Hicret Okan vit d’élevage sur les hautes terres depuis plus de cinquante ans. « Nous nous levons à cinq heures du matin et travaillons jusqu’à huit heures (du soir). Il n’y a que des femmes sur ce plateau, tout le fardeau repose sur nos épaules. L’élevage n’est pas un travail facile et surtout dans un endroit comme celui-ci, les difficultés et les responsabilités sont grandes. J’aime beaucoup la vie sur les hauts plateaux. Pendant un certain temps, on nous a interdit d’y entrer, mais nous n’avons pas abandonné cette vie. A Hakkari et dans de nombreux autres endroits, les hautes terres sont fermées (interdites). Cependant, la population survit, avec ces interdictions, les Kurdes sont économiquement affaiblis et plongés dans la pauvreté. Nous n’abandonnerons pas cette culture et la préserverons toute notre vie. »
 
Cependant, Hizret Altan souligne que la jeune génération rejette la vie sur les hauts plateaux : « Ils ne l’apprécient pas. L’air dans les villes vous rend malade, donc les hautes terres avec leur effet curatif sont préférables. Il y avait près d’une centaine de familles ici, mais ça a changé. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici