Les feux criminels à Kobanê et dans le nord de la Syrie visent l’unité des peuples

0
783
Le journaliste français, Raphael Lebrujah est actuellement au Rojava. Il décrit la politique de la terre brûlée de Daech / ISIS qui met le feu aux champs de céréale, vitale pour toute la région qui est considérée être le grenier à pain de la Syrie, pour diviser les peuples.
 
Voici son témoignage :
 
« Hier, j’ai un aller-retour entre Qamishlo et l’Euphrate en passant par Kobanê, environ 500 kilomètre de routes près de la frontière turque et de son mur. Il y avait de très nombreux incendies, particulièrement dans les régions à majorité kurde.
 
Cela tend à montrer que la plupart de ces incendies sont d’origines criminelles, beaucoup ont été revendiqués par Daech, et ils visent à déstabiliser les relations entre les différentes communautés dans le nord syrien.
 
J’ai remarqué que la région de Kobané était particulièrement touchée par les incendies alors qu’elle est moins sèche et relativement plus froide que les autres régions kurdes parce que l’Euphrate passe tout près. Kobané est devenue un symbole à abattre pour Daech.
 
 
J’ai pu également visiter le cimetière des martyrs de Kobané, où beaucoup de combattants et combattantes kurdes tombés contre Daech sont inhumés.
 
J’ai également constaté la pluralité des pratiques religieuses depuis que je suis ici. J’ai parlé avec des musulmans, des chrétiens, des yézidis, des alaouites et aussi des juifs! Ses derniers sont particulièrement satisfaits de la bienveillance des autorités à leur égard.
 
Les juifs de Syrie sont victime d’un antisémitisme féroce de la part du régime et c’est encore pire quand ils sont kurdes. C’est le cas de ceux que j’ai rencontré. Le régime a une politique qui n’est absolument pas laïque contrairement aux dires des partisans de Bachar El Assad.
 
J’ai pu profité des eaux fraîches de l’Euphrate avant de repartir sur les routes du Rojava. »
 
 
A la question « La complicité de la Turquie dans ces incendies est-elle avérée ? » Lebrujah répond : « Des paysans kurdes ont vue des soldats turcs mettre le feu. Mais c’est pas le gros des incendies criminelles. C’est plutôt Daech ou des suprémacistes arabes. »
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici