Les inégalités entre les sexes : Les femmes du Kurdistan Sud interpellent leurs dirigeants politiques

0
766
KURDISTAN DU SUD – ERBIL – Les femmes travaillant les médias et les arts appellent le Premier ministre et le président du Kurdistan du Sud, à s’attaquer aux inégalités entre les sexes.
 
Dans une lettre ouverte adressée au président de la région autonome du Kurdistan, Nechirvan Barzani, et au Premier ministre, Masrour Barzani, les femmes kurdes travaillant dans les médias les appellent « à tenir leur promesse de continuer à lutter contre les inégalités entre les sexes et à améliorer les droits des femmes ».
 
Cette lettre arrive alors que les dirigeants kurdes continuent de négocier pour former le nouveau gouvernement régional du Kurdistan (GRK) au cours des prochaines semaines.
 
« Nous demandons la protection des femmes dans les médias et les arts en général. Nous demandons au GRK d’enquêter et de demander des comptes aux responsables des médias en cas d’inconduite fondée sur le sexe, et d’aider à établir des normes et des règles », peut-on lire dans la lettre, signée par plus de 60 présentatrices de télévision, écrivaines, journalistes, photojournalistes, blogueuses, modèles, chanteuses et actrices kurdes et kurdes.
 
La lettre demande également à la communauté internationale et à des organisations telles que l’UNESCO, l’UNFPA, ONU Femmes et des organisations non gouvernementales d’accroître leur soutien au GRK pour élaborer de meilleures politiques pour les femmes journalistes, actrices, chanteuses et animatrices de télévision.
 
« Trop d’entre nous ont été victimes de harcèlement sexuel (…) de diffamation, de chantage et de menaces contre leur vie. »
 
L’initiative a été lancée par la fondatrice de Female Voices of the World, Dashni Morad et soutenue par un large éventail de femmes telles que Hana Jaff, Sazan Amin, et Lourd Hanna, qui ont ajouté leur voix en signant la lettre. La lettre a été écrite par Peri-Khan Aqrawi-Whitcomb, qui est conseillère auprès de #FemaleVoicesoftheWorld.
 
L’initiative lancé mentionne également qu’elles ne peuvent plus rester silencieuses et qu’elles ont uni leurs forces pour s’assurer que leurs voix soient entendues et que des mesures pratiques soient prises pour améliorer l’égalité des sexes et les droits des femmes.
 
« Le changement est nécessaire, et pour que cela se produise, les mots ne suffisent pas. Nous avons besoin d’institutions saines qui prospèrent grâce à une plus grande égalité dans le nombre et la position des femmes. Tant que les femmes ne joueront pas un rôle égal à différents niveaux dans la société kurde, ces torts ne seront jamais éliminés », poursuit la lettre.
 
« C’est avec la plus grande conviction, Monsieur le Président et Monsieur le Premier Ministre, que vous avez non seulement le pouvoir d’aider à changer le statu quo, mais aussi de partager avec nous une vision du monde progressiste d’une société juste, où les femmes et les hommes ont des chances égales et sont protégés contre toute forme de discrimination, fondée sur le sexe, la race ou le milieu religieux ».
 
Bien que l’inégalité entre les sexes persiste dans la région du Kurdistan, les données montrent que les droits des femmes se sont considérablement améliorés dans la région par rapport au reste de l’Irak.
 
Le 18 février, la région du Kurdistan a élu trois membres de la direction du Parlement, dont deux femmes, dont la Présidente Vala Fareed, première femme à occuper ce poste depuis sa création en 1992.
 
Actuellement, le système des quotas exige que 30 % des législateurs du Parlement du Kurdistan soient des femmes. Les représentantes s’efforcent d’obtenir le même pourcentage dans l’attribution des postes du GRK.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici