Une universitaire britannique : Nous devons faire connaître au monde la révolution du Rojava

0
195
ROJAVA – KOBANÊ – Camilla Power, professeur à l’Université de Londres-Est, a visité des universités et des académies au Rojava. Power a déclaré qu‘ »il est important d’informer les gens des différentes parties du monde sur la révolution du confédéralisme démocratique ».
 
Camilla Power, professeure à l’Université de l’Est de Londres, venue au Rojava pour étudier le modèle éducatif du Rojava et de l’Administration autonome du Nord et de l’Est de la Syrie et pour renforcer les relations avec les universités et académies du Rojava, s’est dite impressionnée par le « grand espoir et l’énergie » qu’elle a pu voir dans la région.
 
Une délégation de professeurs et de chercheurs des Etats-Unis et des pays européens a visité les universités du Rojava et Kobanê. L’anthropologue Camilla Power, membre de la délégation, a déclaré qu’elle avait pris connaissance du modèle d’autonomie démocratique au Rojava lors d’un séminaire sur la jinéolojie à Cologne il y a cinq ans.
 
Quant à la raison pour laquelle elle est venue au Rojava Power a déclaré : « Un groupe d’universitaires en Europe étudiait l’expérience du Rojava et a décidé de venir au Rojava pour étudier le système éducatif sur le terrain. » Elle a ajouté que la délégation était très satisfaite des réunions tenues.
 
« Je vois beaucoup d’énergie et d’espoir. – Tout d’abord, je vois un grand enthousiasme et de l’espoir pour le processus d’apprendre à se connaître et pour l’autonomie gouvernementale. Il y a des problèmes, mais ce sont des problèmes qui peuvent être surmontés (…). »
 
Une lutte pour le monde entier
 
Le nouveau modèle essaie d’exister avec les peu de moyens que les gens ont dans la région a déclaré Power. « Nous sommes à l’endroit où la bataille la plus féroce contre DAESH a été livrée et gagnée, nous sommes à Kobanê. Nous voyons de nos yeux à quel point cette victoire a coûté cher. Il y a une contradiction majeure sur laquelle je veux attirer l’attention ici : d’une part, le monde entier ignore l’expérience du confédéralisme démocratique, d’autre part, il y a une lutte contre DAESH menée pour le monde entier ».
 
J’ai été amenée ici par la lutte des femmes
 
Power a déclaré : « Ce qui m’a amenée ici, c’est la lutte des femmes pour la liberté et les études de la jineoloji. À mon avis, ce qui différencie cette révolution des autres révolutions, c’est le leadership des femmes. Je pense que c’est un grand espoir non seulement pour le Moyen-Orient, mais aussi pour les régions du monde d’où nous venons. Nous venons de visiter l’Université de Kobanê, et avant cela nous avons visité l’Université Rojava. Maintenant tout le monde devrait se dire : « Qu’aurait-il arrivé à ces gens si DAESH avait gagné ? »
 
Nous avons un grand devoir
 
Soulignant que les différentes parties du monde devraient en savoir plus sur la révolution du confédéralisme démocratique en cours au Rojava, Power a déclaré que les universitaires ont une grande responsabilité à cet égard. « Nous avons un excellent travail ici. J’espère que ce sera un début. Il y a de nombreux points à soutenir. En même temps, un soutien financier devrait être offert. Des opportunités et des projets peuvent être développés. Pour cela, nous avons besoin d’échanger des idées. Nous devons comprendre les besoins de cet endroit. »
 
Déclarant que les gens de différentes parties du monde devraient également apprendre à connaître cette révolution, Power ajouté : « Les jeunes du monde sont dans une nouvelle quête. Ils sont à la recherche de nombreuses questions telles que l’écologie, la liberté, la nouvelle vie, etc. S’ils peuvent voir et reconnaître le modèle ici, ils se rendront compte que de nombreux problèmes sont expliqués et résolus dans ce modèle. À notre retour, nous préparerons divers documents, écrits et visuels, sur cette question. Ce qu’il faut dire à propos de cette révolution doit être dit maintenant et les gens du monde entier devraient en savoir plus sur cette révolution et son modèle. »
 
Les gens sont l’académie
 
Camilla Power déclare que l’académie et la société du Rojava n’étaient pas séparées l’une de l’autre. « Je dois dire que le modèle d’éducation ici est très différent du modèle qui domine l’ouest du monde et qui place l’académie dans une tour de glace. L’académie et la société s’imbriquent et bougent ensemble ici, ce qui est formidable pour la [démocratisation] de l’éducation. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici