HASANKEYF. L’eurodéputée Julie Ward exhorte Erdoğan à suspendre le projet du barrage Ilisu

0
769
La députée européenne Julie Ward a écrit une lettre au président Erdoğan quelques jours avant que le gouvernement turc commence à remplir le réservoir du barrage d’Ilisu, dans la région kurde de Batman, au sud-est de la Turquie.
 
Le gouvernement turc a annoncé qu’il allait commencer à remplir le réservoir du barrage d’Ilisu le 10 juin. L’Initiative Garder Hasankeyf en vie et le Mouvement écologique de la Mésopotamie ont appelé les mouvements sociaux, les ONG et les activistes à participer à la 3e Journée mondiale d’action pour la défense de la ville de 12 000 ans, Hasankeyf et du Tigre, les 7 et 8 juin.
 
Julie Ward, députée européenne et membre de la commission de la culture et de l’éducation, a écrit au président Erdoğan pour lui exprimer sa plus grande préoccupation face à l’annonce du remplissage du barrage d’Ilisu le 10 juin 2019.
 
La lettre de Julie Ward :
 
« Comme vous le savez, le remplissage de ce barrage aura des conséquences désastreuses sur les régions situées en aval du Tigre, et en particulier sur Hasankeyf. Le patrimoine culturel de cette ville est inégalé. Il s’étend sur neuf civilisations. établissement humain ininterrompu, des dizaines de cultures ont laissé leur marque sur Hasankeyf.
 
En tant que militante culturelle et membre de la commission de la culture et de l’éducation du Parlement européen, je suis très préoccupée par les informations selon lesquelles le remplissage du barrage inonderait et détruirait la plus grande partie de la ville. Le site de Hasankeyf est un site du patrimoine international qui devrait appartenir à l’humanité tout entière. La menace posée par le projet de barrage d’Ilisu a incité le World Monuments Fund à inscrire la ville sur sa liste de surveillance 2008 des 100 sites les plus menacés au monde.
 
En 2001, l’entrepreneur britannique Balfour Beatty s’est retiré du projet car il ne respectait pas les critères éthiques, environnementaux et commerciaux. Malheureusement, les autorités turques ont continué malgré tout.
 
En tant que défenseur des droits de l’homme, je m’inquiète également des conséquences sociales du remplissage du barrage sur les communautés adjacentes. Les rapports indiquent que 80 000 personnes risquent de perdre leurs moyens de subsistance si ce projet se concrétise.
 
Plus en aval, des communautés en Syrie et en Irak risquent également d’être touchées par le barrage. Ce projet compromettra sérieusement l’approvisionnement en eau des principales villes irakiennes, affectant l’agriculture irakienne et la biodiversité de l’écosystème du Tigre. La gestion des approvisionnements en eau dans la région doit être inclusive et prendre en compte l’impact sur les communautés et leurs moyens de subsistance.
 
Je vous demande donc instamment de ne pas commencer à remplir le barrage d’Ilisu le 10 juin. Je vous exhorte également à suspendre le projet afin de pouvoir engager un dialogue large, participatif et transparent avec les populations locales des communautés touchées et les autorités compétentes en Syrie et en Irak.
 
J’attends votre réponse avec impatience et je reste disponible pour toute information complémentaire. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici