Survivants de génocides, les chrétiens syriaques s’opposent à une zone de sécurité turque en Syrie

0
135
SYRIE – Survivants de génocides, les chrétiens syriaques s’opposent à une « zone de sécurité » turque en Syrie qui est pour eux synonyme de nouveaux massacres.
 
Les frontières entre la Turquie et la Syrie sont parsemées de petites églises chrétiennes syriaques. L’automne dernier, des balles ont pénétré dans le mur d’une église du village de Tel Jihan, dans le nord-est de la Syrie, à seulement 450 mètres de la frontière turque. Les habitants m’ont dit que ce n’était pas un incident isolé.
 
Les chrétiens syriaques se considèrent comme des « descendants de survivants ». Beaucoup de leurs ancêtres ont péri lors du massacre de Seyfo en 1915, au cours duquel environ 300 000 chrétiens ont été tués par les Ottomans. L’événement a suscité peu d’attention de la part des chercheurs, ce qui a conduit l’historien Joseph Yacoub à le qualifier de « génocide caché ».
 
Cette communauté – comprenant des chrétiens syriaques, assyriens, chaldéens et arméniens – n’a pas oublié la persécution qu’ils ont subie aux mains des Ottomans il y a un siècle. Et c’est précisément cette expérience qui alimente leur opposition actuelle au projet d’Ankara de déployer des troupes turques à l’est de l’Euphrate. Le président turc Recep Tayyip Erdoğan tente de définir le plan comme une « zone tampon » ou « zone de sécurité ». Pour les Syriens, il s’agit d’une autre intervention d’une puissance étrangère. Au lieu de créer un sentiment de sécurité, l’idée de déployer des troupes turques dans leur pays d’origine rappelle les traumatismes subis par leur communauté.
 
Depuis des mois, l’Ambassadeur James Jeffrey s’engage dans une diplomatie de navette entre Ankara et les Forces démocratiques syriennes (FDS) afin de trouver un arrangement agréable pour la sécurité de la frontière des deux côtés. La Turquie souhaite non seulement déployer un contingent de troupes, mais également contrôler l’ensemble de la zone. Les FDS, cependant, rejettent cette idée. Ils voient dans le désir d’Ankara d’occuper davantage de terres syriennes.
 
Étant donné l’inquiétude du gouvernement Trump devant le sort tragique des minorités religieuses au Moyen-Orient et les exactions commises par des milices soutenues par la Turquie à Afrin, comme indiqué dans un récent rapport du département d’État, il est troublant que des responsables américains entendent sérieusement la proposition turque.
 
Contrairement à ce que l’on discute souvent à Washington et dans d’autres capitales occidentales, il n’y a pas que les Kurdes qui ne veulent pas que les troupes turques se déploient à nouveau en Syrie, quel que soit l’euphémisme utilisé pour décrire la zone. Sur la base de cinq semaines de recherche dans le nord-est de la Syrie, j’ai constaté que pratiquement toutes les composantes de la société syrienne, y compris les Arabes, les Kurdes, les Turkmènes, les Circassiens et les Chrétiens, s’opposaient farouchement au plan turc. (Bien que ceux qui sont peut-être le plus farouchement opposés au déploiement des troupes turques soient les chrétiens syriaque et assyrien.)
 
Au lieu de continuer à se plier aux plans néo-ottomans d’Erdoğan visant à annexer davantage des parties du nord de la Syrie, les responsables américains pourraient simplement dire à Ankara qu’il n’y aura plus de déploiement de troupes turques en Syrie. Washington pourrait simplement dire non à Ankara – comme la Turquie a dit non à l’Amérique en 2003. À l’époque, peu après la première élection d’Erdoğan, le parlement turc avait voté contre le déploiement de troupes américaines via la Turquie pour ouvrir un front nord à la guerre en Irak. Washington était mécontent de la décision turque, pour le dire gentiment, mais sa décision a été respectée. Il est maintenant temps qu’Ankara respecte la décision de l’Amérique.
 
Sinon, si Erdoğan réussit, la zone pourrait englober un vaste territoire s’étendant sur quelque 32 km au sud de la frontière et regrouper près de la moitié de la population du nord-est de la Syrie, y compris des églises comme celle de Tel Jihan. le contrôle de l’armée turque. La semaine dernière, Michael Mulroy, sous-secrétaire américain à la Défense pour le Moyen-Orient, a confirmé que les États-Unis resteraient en Syrie « sur le long terme ». Maintenant que les États-Unis ont accepté de maintenir au moins quatre cents soldats en Syrie Outre les forces de la coalition, le plan turc de déploiement de troupes devrait être entièrement rejeté.
 
L’Amérique veut-elle perpétuer le traumatisme transgénérationnel parmi les minorités chrétiennes de Syrie ?
Contrairement au génocide arménien, le massacre de 1915 à Seyfo a reçu très peu d’attention de la part des spécialistes. Dans l’un des premiers livres en anglais sur le sujet, Year of the Sword, publié par Oxford University Press, l’historien Joseph Yacoub décrit les tueries massives de 1915 comme un « génocide caché » qui aurait tué environ 300 000 personnes. C’était un temps où « les Ottomans ont cherché à extirper les chrétiens assyrien, syriaque et chaldéen du Moyen-Orient, de langue araméenne ». Un autre livre devrait être publié plus tard ce mois-ci par Harvard University Press, Le génocide de trente ans : La destruction par la Turquie. de ses minorités chrétiennes 1894-1924, co-écrit par Benny Morris et Dror Ze’Evi. Alors que les Kurdes étaient également persécutés au cours de cette période, au moins une tribu kurde a collaboré avec l’armée ottomane pour cibler les minorités non musulmanes de la région.
 
Pratiquement toutes les familles chrétiennes du nord-est de la Syrie ont un membre de leur famille ou un ancêtre directement touché par les atrocités ottomanes. La transmission d’un traumatisme d’une génération à l’autre est connue sous le nom de traumatisme transgénérationnel. Si les États-Unis acceptent le plan de la Turquie de déployer des troupes dans le nord-est de la Syrie, Washington pourrait alors se rendre complice de la perpétuation d’un traumatisme transgénérationnel au sein de la minorité chrétienne de Syrie – même si ces troupes s’abstiennent des abus commis à Afrin l’année dernière.
Je ne suis pas une historienne de l’Empire ottoman, mais une sociologue politique analysant l’évolution actuelle du nord-est de la Syrie et ses relations avec des acteurs extérieurs, notamment la Turquie, la région du Kurdistan irakien, le régime de Damas et les États-Unis. L’important travail de ces historiens explique en partie certaines des conclusions de mes propres recherches sur le terrain dans la région concernant la situation actuelle.
 
Des chrétiens, des Arabes, des Kurdes et même des Turkmènes s’opposent à une zone de sécurité turque en Syrie
 
Ceux qui ont été libérés par les Forces démocratiques syriennes multiethniques (FDS) et la coalition dirigée par les États-Unis sont actuellement gouvernés par une nouvelle entité connue sous le nom d’auto-administration de la Syrie du nord et de l’est. Il englobe environ un tiers de la Syrie.
 
Le Dr Sanharib Barsoom, co-président du Parti de l’Union des Syriens, m’a rencontré dans son bureau à Qamishli. Il m’a dit que si la Turquie attaquait « Peut-être que les Kurdes ou les Arabes survivront, mais pas les chrétiens. La plupart de notre peuple vit à proximité de la zone frontalière. Si la Turquie crée une zone de sécurité, ce serait ici que les chrétiens vivront. »
 
Elizabeth Gawyria est une chrétienne syriaque qui est maintenant l’un des vice-présidents de l’administration autonome de la Syrie du Nord et de l’Est. Parlant dans son syriaque-araméen natal, elle m’a raconté comment les Ottomans ont tenté d’expulser son grand-père de son village, Ger Shiron. Son grand-père a survécu à l’attaque, mais lorsqu’il est décédé en 1980, il avait toujours une balle dans le bras. « Nous considérons maintenant la menace turque comme une menace existentielle contre nous. Ils veulent nous faire quitter notre patrie pour que nous n’ayons aucun droit en tant que peuple. C’est pourquoi nous nous sommes joints à nous-mêmes et avons travaillé dans l’administration autonome afin que nous puissions faire valoir nos droits dans la nouvelle Syrie », a déclaré Gawyria.
 
De nombreux Arabes considèrent également le plan turc comme une menace, y compris ceux qui vivent plus loin de la frontière turque. Ils ne veulent pas que ce qui s’est passé à Afrin se répète dans leurs villes. Erdogan a justifié l’intervention d’Afrin en affirmant que seul le YPG kurde serait pris pour cible (ce que la Turquie considère comme affilié à son groupe militant kurde interne, le PKK), mais les civils ont également souffert. Selon le rapport sur les droits de l’Homme en Syrie publié en 2018, publié récemment par le département d’État, les forces armées turques et des unités de l’Armée syrienne libre affiliées (ASL) ont tué des civils lors de l’invasion d’Afrin. Les pillages, les enlèvements et les déplacements forcés de civils ont également été mentionnés dans le rapport.
 
La ville de Tabqa est géographiquement plus proche du territoire contrôlé par le régime que la Turquie, mais lorsque j’ai rencontré 14 membres du Conseil civil de Tabqa, la première chose dont ils ont parlé était leur peur d’un déploiement militaire turc. Cheikh Hamad Al Faraj, coprésident du Conseil législatif, a commencé ses remarques liminaires en dénonçant l’opération turque à Afrin au début de 2018.
 
Même les membres de la communauté turkmène à qui j’ai parlé ne semblent pas vouloir des troupes turques dans la région. À Ain Issa, j’ai rencontré une jeune femme turkmène qui avait rejoint les FDS. Elle a salué la coopération avec la coalition dirigée par les États-Unis, tout en rejetant le déploiement de troupes turques en Syrie.
 
Les responsables du gouvernement régional du Kurdistan irakien (GRK), qui entretiennent traditionnellement avec Ankara des relations plus chaleureuses que leurs homologues de la région autonome du nord-est de la Syrie, ne sont pas non plus partisans de l’idée de « zone de sécurité ». Le GRK se remet encore de sa propre guerre avec l’État islamique, qui a entraîné un déplacement massif de populations. Le GRK accueille toujours environ 1,5 million de réfugiés et de personnes déplacées . Une «zone de sécurité» turque en Syrie entraînerait probablement la fuite d’un grand nombre de Syriens de l’autre côté du Kurdistan irakien. Un rapport d’un groupe indépendant d’ONG belges a estimé que cela pourrait signifier entre trois cent mille et quatre cent mille réfugiés se réfugiant dans le GRK. C’est un problème que le GRK préférerait éviter.
 
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici