Militantes kurdes tuées en 2013 à Paris: enquête relancée autour du rôle des services secrets turcs

0
211

PARIS – « Un juge antiterroriste a été chargé mardi de reprendre l’enquête sur l’assassinat en 2013 à Paris de trois militantes kurdes, à la demande des familles qui réclament d’approfondir la thèse de l’implication des services secrets turcs (MIT). » (Via Figaro)

Sakine Cansiz, Fidan Dogan et Leyla Saylemez ont été assassinées à Paris le 9 janvier 2013.

Plus de six années années se sont écoulées depuis les meurtres de Sakine Cansiz, Fidan Dogan et Leyla Saylemez dans le bureau du centre d’information kurde à Paris. Les trois militantes kurdes ont été exécutées de trois balles dans la tête chacune, le 9 janvier 2013.

Le 23 janvier 2017 devait débuter le procès aux Assises d’Ömer Güney, le présumé coupable. Le suspect, qui était lié aux services de sécurité turcs à Ankara selon les informations obtenues par les avocats des familles des victimes, est décédé subitement en prison le 17 décembre, un mois avant le début du procès.

En  mars 2018, les familles des trois femmes assassinées ont déposé une plainte avec constitution de partie civile pour obtenir la reprise des investigations sur le rôle des services secrets trucs dans ce triple meurtre.

Les familles des 3 révolutionnaires assassinés avaient fait appel en mars 2018 pour que l’enquête inclue les personnes qui avaient ordonné le massacre et leurs collaborateurs.

Un juge anti-terroriste a été nommé pour rouvrir l’enquête. L’avocat Jean-Louis Malterre a confirmé que l’enquête avait été ouverte et que le rôle des services de renseignements turcs serait examiné.

« Le pouvoir judiciaire a reconnu que les services turcs avaient joué un rôle », a déclaré Malterre à l’ANF, ajoutant qu’ils n’avaient pas encore reçu l’acte d’accusation et qu’ils ne savaient pas combien de temps l’enquête prendrait.

Malterre a parlé de leur appel l’année dernière et a déclaré: « Après la mort du suspect, nous avons fait valoir qu’il n’agissait pas seul et qu’il avait reçu une arme des services secrets turcs. »

Malterre a déclaré que le cas précédent avait été limité à Omer Guney mais que le rôle du MIT avait néanmoins été clairement défini.

Un événement historique

L’avocat Antoine Comte a déclaré à l’ANF : « C’est un événement historique, c’est la fin de l’impunité pour les meurtres politiques en France ordonnés depuis l’étranger. »

Le massacre avait été commis le 9 janvier 2013 dans la rue Lafayette, près de la gare la plus fréquentée du centre de Paris, la Gare du Nord. Sakine Cansiz (Sara, fondatrice du PKK), Fidan Dogan (Rojbin), représentante de KNK à Paris, et membre du mouvement de jeunesse kurde, Leyla Saylemez (Ronahi) ont été exécutées par 3 balles dans la tête.

Le seul suspect en détention provisoire était Omer Guney, qui avait perdu la vie dans des circonstances suspectes à la fin de 2016, quelques semaines avant le début prévu des audiences. L’affaire contre lui a été classée par défaut. Mais les familles des 3 femmes et les Kurdes en général ont refusé d’accepter une telle fin, et ont commencé à demander que les commanditaires du massacre soient retrouvés et traduits en justice.

Le 12 mars 2018, des accusations ont de nouveau été portées. En mars, l’avocate Antoin Comte a évoqué les plans d’attaque de l’État turc en Allemagne et en Belgique et évoqué un lien avec la triple exécution en France. Comte a déclaré: «Nous demandons à un juge d’enquêter sur tous ces facteurs».

Plus de six ans après le massacre, les familles et les avocats attendaient l’évolution de la situation dans 2 affaires. L’un d’eux était la demande d’une enquête pour découvrir le réseau pour les exécutions en Europe et les personnes qui avaient ordonné l’exécution des 3 femmes. L’autre était la demande que les «fonds réservés aux victimes du terrorisme» soient utilisés pour les trois femmes.

L’avocat Jean-Louis Malterre avait déclaré au début de l’année qu’il avait fait appel des deux affaires en 2018 et qu’il s’attendait à une évolution de la situation en 2019.

Malterre a évoqué les éléments de la demande d’une nouvelle enquête et, évoquant les plans d’assassinat en Belgique et en Allemagne, a déclaré: « Ils ont été organisés par les services spéciaux d’Erdogan ». Malterre a ajouté que de nombreux plans d’assassinat avaient été organisés par l’Etat en Europe. a déclaré: « La méthode est similaire à celle des meurtres à Paris. »

.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici