Nous vous avons aidé à vaincre l’EI, maintenant, aidez-nous à soigner nos blessures, disent les Kurdes

0
666
SYRIE – HASAKA – « Les combattants kurdes qui ont perdu leurs membres lors de leur combat contre l’État islamique (EI) en Syrie ont été repoussés dans leurs efforts pour obtenir des visas médicaux leur permettant de bénéficier de soins avancés dans les pays occidentaux », a déclaré le responsable des affaires étrangères kurde.
 
Abdul-Karim Omar, coprésident des affaires étrangères de l’auto-administration kurde de la Syrie du Nord et d’Est, a déclaré qu’un grand nombre des 20 000 soldats blessés lors de combats contre DAECH / ISIS ne pourraient pas bénéficier du traitement de haut niveau dont ils ont besoin en Syrie.
 
« Nous avons demandé à plusieurs reprises à tous nos partenaires de la coalition et aux pays européens de donner les visas nécessaires pour aider au traitement, mais ils n’ont pas répondu », a déclaré le Dr Omar.
 
« Les soldats blessés font partie de la coalition contre l’État islamique. C’est l’État islamique qui menace le monde. Beaucoup de nos combattants blessés ne peuvent pas être soignés ici … Nous allons payer pour [le traitement]. Ils ne nous ont même pas donné ce visa. Ce n’est pas juste. »
 
11 000 autres combattants kurdes [des forces démocratiques syriennes (SDF) et des YPG / YPJ] ont été tués. Les larmes aux yeux alors qu’il parlait des pertes subies par l’armée de son peuple, le Dr Omar plaida pour des visas médicaux dans le cadre d’une campagne plus large visant à ce que la communauté internationale reste impliquée dans le nord de la Syrie après la victoire contre l’Etat islamique.
 
Il a ajouté que si, en l’absence des Etats-Unis et d’autres partenaires de la coalition, les Kurdes étaient attaqués par leurs adversaires, la Turquie et le régime syrien de Damas, une guerre qui en résulterait « obligerait cinq millions de personnes dans cette région à fuir vers l’Europe ».
 
« La communauté internationale ne peut pas simplement dire » bye-bye « après la défaite de l’Etat islamique. S’ils disent « bye-bye », cette région deviendra instable et chaotique et l’État islamique reviendra », a-t-il déclaré.
 
Le site The Age a interviewé une douzaine de soldats kurdes blessés lors de combats contre l’EI, principalement autour de Baghouz, près de la frontière irakienne, où le groupe terroriste a pris position le mois dernier.
 
Ahmad Atiya, 24 ans, a été touché par un tir de mortier dans la ville de Hajin, à 30 km au nord-est de Baghouz, il y a un peu plus de quatre mois. Il a perdu ses deux jambes. Les camarades l’ont traîné dans une pièce où il est resté seul pendant six heures sans analgésique ni traitement.
 
« J’essayais d’atteindre mon arme pour me tuer. Si j’avais été capturé par DAECH, ils m’auraient torturé », a-t-il déclaré.
 
Au moment où il arriva à l’hôpital principal de Hassaka pour y être soigné, il avait besoin de 4,5 litres de sang, ce qui représente presque tout le corps. Il souffre clairement du syndrome de stress post-traumatique.
 
« Quand je dors, je rêve que je marche. (…) », a-t-il déclaré.
 
C’est remarquable ce que certains d’entre eux ont survécu. Shiyar Noushtiman a été touché à l’estomac par des éclats d’obus tirés par des tirs d’artillerie de l’Etat islamique, qui ont également fait partiellement exploser une poche de munitions qu’il portait. Il a décrit tenir ses intestins dans ses mains.
 
« Tout était dehors », dit-il.
 
Il a maintenant une hanche en plastique et une plaie ouverte au dos qui ne guérira pas.
 
Sipan Ezzo, 20 ans, se battait juste devant l’ancienne capitale de l’Etat islamique, Raqqa, dans le village de Salhabia, lorsqu’il a pris une pause pour prendre son petit déjeuner et a placé son arme lourde sur un tas de carreaux de céramique. Les combattants de l’EI qui battaient en retraite avaient placé une bombe piégée, appelée engin explosif improvisé ou IED, sous les tuiles.
 
Il contenait quatre grenades et une ceinture de munitions en bandoulière. Ensemble, les explosions consécutives lui ont pris ses deux jambes et son avant-bras droit.
 
Il décrit le contraste entre les Kurdes et les combattants de l’EI, dont la plupart venaient de l’extérieur de la Syrie. Les combattants de l’Etat islamique ont « subi un lavage de cerveau », a-t-il déclaré. Ils utiliseraient des drogues telles que le tramadol – un opiacé qui atténue la douleur et la peur. Les Kurdes trouveraient des paquets vides partout lorsqu’ils prendraient le territoire de l’EI.
 
« Nos martyrs et nos camarades nous donnent de l’énergie », a-t-il déclaré à propos des Kurdes. « Ils nous maintiennent tout le temps. »
 
Afrin Ciya, commandant de l’académie militaire de la base al-Omar près de Baghouz, a déclaré que ses troupes avaient affronté nombre des combattants les plus acharnés de l’EI.
 
« Ceux qui ont décidé de se battre jusqu’au bout, ils étaient prêts à mourir », a-t-il déclaré. « Nous combattions très proches les uns des autres [les combattants arabo – kurdes et ceux de DAECH]. Dans certains cas, la coalition n’a pas été en mesure de marquer ses points parce que la distance qui les séparait de nous était trop petite.
 
« DAECH utilisait des civils comme boucliers humains. Nous devions nous battre tout en protégeant les femmes et les enfants. C’est la raison pour laquelle cela a pris si longtemps. »
 
M. Omar a déclaré que la communauté internationale devait relancer les négociations de paix en Syrie à Genève, avec la participation des Kurdes. Ils avaient été écartés par le passé à cause du veto de la Turquie.
 
« Après avoir libéré le nord-est de la Syrie, nous contrôlons maintenant plus de 30% du pays. C’est pourquoi nous avons besoin de nos partenaires pour faire pression sur les Nations Unies … Nous avons payé le prix fort … Nous ne pouvons pas résoudre le problème syrien quand les Kurdes sont laissés pour compte. »
 
 
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici