Les élections en Turquie : Le CHP et les Kurdes (les baskets au sol)

0
1109
Le coup qu’a reçu Erdoğan aux élections locales de dimanche dernier* est comparable au coup porté à l’Etat islamique à Kobanê au début de l’année 2015. Le CHP a bien joué son rôle de grand frère doté d’un pouvoir de frappe, tout comme les États-Unis ont frappé DAECH avec leurs avions à Kobanê. Le sort est rompu en Turquie : Erdoğan peut être battu. Juste comme la bataille pour Kobanê a rompu le sort de DAESH montrant qu’il pouvait être battu. Mais qui a aidé qui ? Qui avait le plus besoin de qui ? En Syrie, les Kurdes n’étaient-ils rien sans les États-Unis ou était-ce l’inverse ? Et en Turquie, les Kurdes ont-ils aidé le CHP, ou l’inverse ? Qui l’emportera ?
 
Le mouvement kurde, et le HDP qui y a ses racines, ne mène pas une lutte contre un dirigeant dictatorial. Il se bat contre un système, et il ne s’arrêtera que lorsque ce système sera vaincu. Ils savent ce qu’il faut : une vision solide et une alternative bien pensée, plus de détermination combinée à une bonne organisation. Ils ont tout ça.
 
Bombes sur Kobanê
 
Mais au cours des deux dernières années, le système a produit un monstre qui s’oppose fermement à la lutte pour une véritable démocratie : Recep Tayyip Erdoğan. Il est une excroissance du système. Une excroissance maligne qui doit être enlevée avant que la lutte plus fondamentale puisse continuer. Tout comme DAESH en Syrie, en fait. La lutte des Kurdes en Syrie est antérieure à la montée de l’Etat islamique tout comme la lutte des Kurdes en Turquie est antérieure à Erdoğan. Lorsque l’EI a vu le jour, il fallait d’abord s’attaquer à cette barbarie.
 
Le grand frère
 
A Kobanê, les Kurdes se sont associés à un groupe qui avait permis le système – la dynastie Assad – avant : l’armée américaine. La plupart des gens conviennent que les Kurdes n’auraient pas pu battre DAECH sans les États-Unis, mais les Kurdes disent que c’est le contraire. Finalement, ils sont convaincus que la victoire sur DAECH se retournera contre les Etats-Unis. Le système américain d’hégémonie mondiale, de capitalisme et de patriarcat n’est pas, selon l’analyse des Kurdes, compatible avec l’humanité. C’est un système qui s’effrite et qui ne peut survivre. Les Kurdes travaillent sur une alternative qui peut la remplacer le moment venu. Les bombes américaines les ont aidés à créer de l’espace pour travailler sur ce système.
 
De sa cellule de prison, l’ancien coprésident du HDP Selahattin Demirtaş a appelé sa base électorale à voter pour l’opposition.
 
Tout comme Erdoğan peut être comparé à DAESH, le CHP est l’armée américaine : un grand frère avec un pouvoir plus frappant pour affaiblir l’ennemi commun. Le mouvement kurde devait déclencher ce pouvoir de frappe. À Kobanê, ils l’ont fait en se battant sans relâche avec leurs armes à l’ancienne, en Turquie, ils ont décidé de le faire avec des votes. Le HDP n’a pas présenté de candidats municipaux dans quelques villes importantes et a appelé sa base électorale à voter pour l’opposition, lire : le CHP. Et c’est ce qu’ils ont fait, et le CHP a porté un premier coup à Erdoğan. Un premier coup comme l’a été la victoire à Kobanê. Et ce coup, espérons-le, déclenchera une plus longue série de gifles électorales pour affaiblir et finalement mettre Erdoğan dehors.
 
Sacrifice douloureux
 
Le plus drôle, c’est que le CHP ne se rend pas compte que les Kurdes sont les baskets au sol. Le parti ne voit pas encore que la victoire que les Kurdes lui ont livrée finira par lui souffler en pleine figure. Le système que le CHP souhaite à nouveau présider n’est pas considéré comme compatible avec l’humanité aux yeux des Kurdes, tout comme le système capitaliste américain ne l’est pas. L’histoire de la république turque, trempée de sang en raison de l’idéologie kémaliste du CHP, en est la preuve évidente. Les Kurdes en ont souffert comme personne d’autre, massacrés, niés et réprimés. Maintenant que j’en parle : pouvez-vous imaginer le sacrifice douloureux que cela a dû être pour les Kurdes de voter pour le CHP ?
 
Ekrem ImamogluEkrem Imamoğlu, maire CHP d’Istanbul
 
« Nous sommes les soldats d’Atatürk! », scandait les électeurs d’Imamoğlu, le tout nouveau maire d’Istanbul, alors que leur chef s’apprêtait à prononcer un discours lundi. Imamoğlu les a réduits au silence, parce que le slogan d’Atatürk n’inquiétera que les Turcs religieux [pas que les Turcs religieux…], alors qu’Imamoğlu veut les représenter aussi. Le nouveau maire a également généreusement reconnu la contribution des Kurdes à sa victoire. Super, mais pour être honnête, il me rappelle un commandant américain en Syrie qui se porte garant des Kurdes et essaie sincèrement d’être leur véritable allié, alors qu’au fond, tout le monde sait que le système ne permettra pas une telle alliance. Quelques bons commandants ne peuvent pas changer le système.
 
La démocratie de base
 
Plus le CHP devient fort, plus Erdoğan s’affaiblit et plus les Kurdes auront de la place pour travailler. Tout comme le mouvement kurde en Syrie a créé, avec l’aide des Etats-Unis, un espace pour mettre en pratique son alternative de démocratie de base, dans le respect de la diversité et un rôle de premier plan pour les femmes. Le CHP ferait mieux de se rendre compte que son pouvoir de frappe n’est qu’un pouvoir de frappe. Ce n’est rien comparé à la force du mouvement populaire des Kurdes et de leurs (véritables) alliés turcs de gauche, unis au sein du HDP. Ce feu finira par étouffer le système déjà en train de s’effondrer et par entraîner la cogénération dans son sillage – tout comme les États-Unis ne survivront pas. Le résultat final ? Tout le monde y gagne.
 
* Les résultats définitifs n’ont pas encore été annoncés, mais nous pouvons dire avec certitude que ces élections se sont déroulées de façon spectaculaire pour Erdoğan, quels que soient les résultats [finaux].
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici