Sezai Temelli : Les résultats des élections turques affecteront également la Syrie

0
534
Le coprésident du HDP, Sezai Temelli, a déclaré que la société turque avait réagi négativement aux politiques extérieures du gouvernement turc, ce qui a prouvé son échec, notant que le changement qui sera apporté lors des prochaines élections turques aura un impact sur la situation syrienne.
 
Le coprésident du HDP, Sezai Temelli, a accordé une interview à l’agence de presse Hawar (ANHA) sur les préparatifs des élections municipales en Turquie le 31 mars et sur l’évaluation de la situation politique turque envers la Syrie, notant que les autorités turques tentaient de cacher leur effondrement économique par une politique de guerre.
 
Temelli a déclaré« D’une part, notre parti continue à faire campagne et les candidats de notre parti luttent contre les pressions exercées par les agents nommés par les autorités turques à la place des maires kurdes qui ont été chassés des municipalités que le HDP a gagnées aux dernières élections et rejette les politiques de guerre qu’ils essaient de créer. D’autre part, l’AKP a créé une atmosphère d’hostilité directe contre notre parti en coopération avec les forces de sécurité et ceux qui nous ciblent dans un langage menaçant.
La Turquie, d’une part, essaie de sortir de l’obscurité. D’autre part, cette obscurité, qui lui a été imposée par les autorités, entrave le développement de la Turquie et son ouverture vers la liberté et la démocratie. »
 
Le peuple déjouera les tours de passe-passe du pouvoir lors des élections
 
Temelli a déclaré que dans la phase de conflit vécue par la Turquie, le bien l’emportera, et a noté qu’en Turquie, le coût de la vie augmente de jour en jour, et que l’autorité ne peut pas développer de solutions et a ajouté : « En Turquie, le peuple aspire à se sortir de la pression et l’injustice, et il y a un état de colère en Turquie en raison des prix élevés causés par la détérioration de la lire turque. Les autorités turques essaient de cacher ces problèmes en suivant la politique de guerre et en essayant un langage de menaces pour prolonger leur vie. »
 
La Turquie essaie de poursuivre la politique de guerre
 
« L’autorité turque est politiquement secouée et nous sommes dans une période où il n’y a pas de sortie de la crise économique, politique et sociale qui sévit dans le pays. Jusqu’à présent, l’AKP essaie d’exploiter les guerres internes et externes pour rester au pouvoir le plus longtemps possible.
 
Si Daech est vaincu en Syrie aujourd’hui, les autres groupes terroristes ne peuvent pas se protéger même à Idlib, cela indique une forte prise de conscience et une volonté de la part du peuple syrien qui a commencé à prendre des mesures importantes et significatives pour résoudre et mettre fin à sa crise, » a déclaré Temelli.
 
Le pouvoir en Turquie ne veut pas trouver une solution à la crise syrienne
 
Sur la question syrienne, Temelli a déclaré : « Le pouvoir en Turquie ne veut pas trouver une solution à la crise syrienne, et aux raisons de la crise causée par l’échec de la politique turque, et la seule solution à la crise syrienne est dans les mains de son peuple, donc ils doivent trouver une solution commune et la communauté internationale doit soutenir ce type de solution. »
 
Temelli a déclaré que l’étape de changement qui s’en vient en Turquie sera apportée par les élections locales, qu’elle aura inévitablement un impacte sur la situation syrienne également, et qu’elle ouvrira la voie à une solution démocratique en Syrie.
 
La résistance des grévistes de la faim est une réaction contre l’isolement et le silence
 
Temelli a souligné que le peuple kurde intensifie sa lutte à tous les niveaux. « A ce stade sensible, le peuple kurde a renforcé sa résistance contre l’isolement et le silence face à l’injustice infligée au peuple kurde. Le peuple kurde continue de lutter depuis longtemps dans cette région, mais malheureusement, il y a encore un black-out et un silence international à ce sujet, et bien que les conditions de santé des grévistes traversent une phase très grave, nous n’avons vu aucune réaction de la communauté internationale et des organisations des droits humains.
 
il y a un fait qui doit être réalisé par tous, s’il n’y a pas de solution à la cause kurde, il ne peut y avoir de paix en Turquie et au Moyen Orient. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici