Jinwar : Le village des femmes, symbole de l’élimination de la mentalité masculine

0
1038
ROJAVA – HASAKE – La lutte et l’histoire des femmes est écrit et embellie de nouveau par les femmes après des milliers d’années d’oppression. Le village Jinwar fut inauguré le 25 Novembre, Le jour de la Journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes.
 
Jinwar, le village entièrement féminin, a été construit sur la base de la démocratie, de l’écologie et de la pluralité des nations.
 
Afin de gérer la vie des femmes, une vie commune, une économie écologique, la renaissance de l’histoire, l’esprit de camaraderie et le résultat de la révolution féminine, le village de Jinwar fut ouvert sur la base de la culture sociale. La construction du village a débuté le 10 mars 2017 pour être ouvert aux femmes officiellement le 25 novembre 2018, La Journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes.
 
Le village des femmes libres, Jinwar est situé à l’ouest du district Darbasiya à Hasakê dans le nord de la Syrie, près de la colline historique de Kebaz et des villages de Karkand, Harba, Atishan et Kairouan. Le terrain sur lequel le village a été construit est un don du Comité économique des femmes.
 
L’idée de construire le village était l’une des idées du dirigeant kurde, Abdullah Ocalan, où les femmes ont approfondi ses vues sur les femmes, qu’il a mises dans ses volumes et parlé de la ville d’Ishtar pour les femmes et a jugé souhaitable d’établir un tel projet pour les femmes.
 
Le symbole du village des femmes
 
Tout dans le village des femmes est significatif et tiré de l’histoire, dont le symbole du village des femmes est le peganum harmala, qui est le symbole de la bénédiction. La plante est utilisée dans le traitement de nombreuses maladies et est censé protège la communauté des malheurs et des énergies négatives. De nombreux Kurdes accrochent du peganum à leurs maisons pour la décoration et la protection.
 
Le village des femmes est ouvert aux croyances multilingues, multiculturelles et multireligieuses.
 
Les femmes de Jinwar vivent dans une vie commune et multinationale, où vivent des Yézidies, des Chrétiennes, des Arabes, des Kurdes et des femmes internationalistes, celles de Darbasiya, Kobani, Deir ez-Zor, Shaddadi, Şengal, al-Shahba, Sulaimaniyah, Makhmour et Serê Kaniyê.
 
La journée au village des femmes
 
Dans le village, il y a beaucoup de questions sur la vie des femmes du village. Pour y répondre, ANHA a passé une journée dans le village.
 
A l’approche du village, on aperçoit de petites maisons du village ornées de couleurs printanières, devant la grande porte du village se trouve une femme avec deux garçons qui protègent le village et accueillent les visiteurs, ce qui distingue le village est qu’il est uniquement réservé aux femmes.
 
La femme qui vit dans le village travaille dur dans divers métiers tels que la cuisine, la boulangerie, la plantation d’arbres, les conférences et les devoirs à la maison. Il y a 9 familles dans le village. L’histoire de chaque famille est différente.
 
« Jusqu’à présent, notre histoire a été déviée. »
 
L’après-midi, 2 femmes du village se rendent à la cuisine pour préparer le repas, où toutes les femmes du village mangent ensemble. Ensuite, les femmes échangent des conversations, regardent la télévision et discutent des nouvelles. Le soir, une conférence sur l’histoire des femmes est donnée. Certaines femmes ont dit : « Notre histoire a été mal racontée. » Le repas du soir est consommé à la maison, mais il est frappant de constater que chaque famille partage la même nourriture avec ses voisines. Ensuite, les femmes se rassemblent dans une maison du village pour échanger des histoires et parler de la lutte des femmes contre l’esprit masculin, et elles chantent aussi.
 
L’unité des femmes efface la douleur et les souvenirs douloureux.
 
Le soleil brille dans le village de Jinwar à 5 heures du matin, et avec le son du coq, un nouveau jour est accueilli dans le village. A 6 heures du matin, les femmes commencent à faire de l’exercice. Certaines d’entre elles vont à la boulangerie pour faire le pain. A 7h30, les enfants se réveillent pour aller à l’école et aider leur mère à préparer le petit déjeuner. Le plus frappant est que les enfants reçoivent des leçons sur la mentalité de la communauté naturelle et la vie commune. Dans le parc du village, les enfants ont planté au moins 300 oliviers, abricotiers, grenadiers, citronniers et orangers.
 
La gestion du village des femmes, Conseil de Jinwar
 
Il y a un conseil pour les femmes dans le village : Le Conseil de Jinwar, toutes les habitantes du village sont membres du conseil. Elles se réunissent deux fois par mois, et il y a des discussions sur le statut des enfants, des mères, des nationalités, des institutions, de l’agriculture, des visiteurs, de la situation diplomatique et la situation dans le pays. En raison de la mentalité masculine, les enfants ont été enlevés à leur mère. Mais le Conseil Jinwar est en train de résoudre ces problèmes.
 
L’Académie Jinwar
 
L’Académie Jinwar pour les conférences et la formation a été ouverte, au sein du musée de l’académie, il y a des photos des combattantes, des photos du leader kurde Abdullah Ocalan, et de nombreuses choses faites par les femmes, où l’histoire des femmes est protégée. Les femmes reçoivent des leçons sur l’histoire des femmes, la jinologie et la physiologie des femmes, et les femmes sont formées pour conduire.
 
La boulangerie Aş Nan
 
La déesse de l’agriculture, Aş Nan, était la déesse de la bénédiction et de la protection des orphelins à l’époque sumérienne. Cette Déesse fit du pain pour les orphelins et le leur offrit. La boulangerie du village porte le nom de la Déesse Aş Nan. Chaque mois, deux femmes du village travaillent à la boulangerie. Et les femmes vendent du pain à l’extérieur du village. Trois pains sont vendus pour 100 lires syriennes et l’argent est placé dans la casse du village. Tous les matins, les propriétaires des magasins se rendent au village des femmes et achètent le pain. Selon les acheteurs, le pain préparé par les femmes de Jinwar est meilleur et a bon goût avec un meilleur prix.
 
La fabrication de remèdes à partir plantes naturelles
 
Comme une sorte de dépendance à la nature, les maladies sont traitées avec des plantes médicinales. Quand on tombe malade, on les traite avec des herbes naturelles.
 
Les femmes ont appris des leçons sur les remèdes naturels à base de plantes. Il y a aussi un bassin dans le village, et chaque semaine le village est complètement nettoyé, où les femmes coopèrent pour nettoyer le village et les maisons.
 
L’école primaire Uveys
 
Les classes primaires du village comptent 12 enfants, sur 30 enfants. Le nombre d’élèves en quatrième année est de 4 enfants, en deuxième année de 3 enfants, en première année de 5 enfants. L’enseignement est dispensé par les enseignants du Comité de l’éducation dans la société démocratique en arabe et en kurde, et deux enfants d’ad-Darbasiya sont scolarisés en école préparatoire. De plus, les enfants apprennent l’anglais à la Commune Internationale du village.
 
L’économie spéciale des femmes
 
Toutes les femmes du village peuvent travailler dans le village. Elles cultivent des lentilles, du blé et de l’orge, en plus de l’élevage d’animaux, comme du bétail et des poulets, de même qu’un magasin d’alimentation et une boulangerie.
 
Qui vit dans le village ?
 
Les épouses des martyrs, les femmes victimes de la mentalité masculine et les femmes qui veulent vivre dans le village peuvent devenir les habitantes du village, et les portes du village sont ouvertes à toutes celles qui veulent y vivre à condition de passer par le Kongra Star et les maisons des femmes.
Les proches des femmes peuvent leur rendre visite dans le village.
Les femmes peuvent travailler dans les institutions du village.
Si les circonstances se présentent, elles peuvent aussi travailler à l’extérieur du village, pour un salaire mensuel.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici