La fin de la société civile en Turquie

0
599
Il y a cinq ans, lors de rencontres avec des homologues du Moyen-Orient et d’Europe, nous étions fiers de la société civile dynamique en Turquie. En Turquie occidentale et dans la région kurde, nous avions un grand nombre d’organisations de la société civile et d’ONG actives dans de nombreux domaines: femmes, enfants, pauvreté et développement, migration forcée, philanthropie, LGBT, mouvements écologistes, etc. D’est en ouest, il y avait une grande diversité d’organisations civiques efficaces.
 
En tant que personne qui a donné 20 ans à la société civile, il est désolant de constater son déclin en Turquie aujourd’hui. Aujourd’hui, toute la société civile en Turquie est attaquée. Examinons les principales attaques de ces dernières années :
 
En juillet 2016, après la proclamation de l’état d’urgence, 1 419 organisations de la société civile ont été fermées dans les deux ans par décret d’urgence. Les associations d’avocats et les ONG œuvrant pour la paix, la culture kurde, les droits des enfants et des femmes, la migration forcée, les problèmes de pauvreté et de minorités, les associations sportives, les associations de solidarité ont toutes été fermées.
 
En juin 2017, le président turc d’Amnesty International, Taner Kılıç, a été arrêté et accusé d’appartenance à une organisation terroriste, à savoir le mouvement Gülen, accusé par le gouvernement d’être derrière la tentative de coup d’État de 2016.
 
Puis, en juillet 2017, il y a eu l’affaire Büyükada. Dix défenseurs des droits humains, réunis sur l’île de Büyükada à Istanbul pour un atelier sur la sécurité numérique et la protection des défenseurs des droits humains, ont été arrêtés au cours d’une descente de police. La plupart d’entre elles occupaient des postes de responsabilité dans la société civile turque, notamment à l’Assemblée des citoyens, Amnesty International, la Coalition des femmes, l’Association pour les droits humains, l’Association pour la surveillance en matière de droits égaux et l’Initiative pour les droits. Après quatre mois de prison, ils ont été libérés mais interdits de voyager à l’étranger. Kılıç a été ajouté à l’affaire Büyükada et est resté en prison pendant 13 mois.
 
Après son arrivée de Büyükada, Osman Kavala a été arrêté en octobre 2017. Kavala est l’une des personnalités les plus importantes de la société civile turque. Il est incarcéré depuis lors sans inculpation. Erdoğan a accusé Kavala de financer des « terroristes » – le groupe d’étudiants qui a organisé les manifestations de 2013 au parc Gezi, la plus grande manifestation antigouvernementale depuis l’arrivée au pouvoir du gouvernement islamiste turc en 2002. Il y a trois mois, dans l’attente de la libération de Kavala, Des militants de la société, liés à l’organisation de Kavala, Anadolu Kültür, ont également été arrêtés. L’ancien chef de l’Open Society (Fondation Soros) et des professeurs de droit respectés étaient parmi eux. Treize ont été libérés. Deux semaines plus tard, la Open Society Foundation of Turkey a annoncé la clôture des opérations dans le pays. La détention sans mise en accusation de Kavala reste l’une des plus grandes menaces pour la société civile.
 
Ce ne sont que quelques cas importants. Mais de nombreux autres procès contre des militants des droits humains moins connus, des journalistes, des avocats et des universitaires de la paix se poursuivent.
 
Les procès et l’emprisonnement ne sont pas les seules méthodes utilisées par l’État pour saper la société civile. L’année dernière, de nouveaux règlements pour la société civile sont entrés en vigueur. Toutes les institutions de la société civile doivent envoyer les noms de leurs membres au gouvernement local. La semaine dernière, un collègue travaillant pour une ONG de réfugiés m’a dit qu’un représentant de l’État devait les accompagner lorsqu’ils effectuaient un travail sur le terrain. Ils veulent également participer et enregistrer la réunion. Mon ami a demandé : « Quel réfugié peut raconter ses problèmes devant des représentants de l’État et ceux-ci seront enregistrés ? »
 
Dans le même temps, l’État crée ses propres organisations de la société civile. Avec le soutien et le financement de l’État, de nouvelles ONG ont été créées, censées représenter la société civile turque à l’intérieur et à l’extérieur de la Turquie. Mais ils ne le font pas et ils ne critiqueront pas non plus les politiques gouvernementales.
 
Un représentant d’une organisation de défense des droits humains m’a récemment déclaré : « La société civile se meurt en Turquie. Nous avons besoin d’un soutien international car nous avons perdu notre souffle. Malheureusement, la plupart d’entre eux quittent la Turquie. »
 
Ce n’est pas seulement la société civile qui meurt en Turquie aujourd’hui. C’est notre diversité culturelle, notre gouvernance et notre démocratie qui meurent. Et qui s’en soucie ?
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici