Salih Muslim fait le point sur 2018 pour la Syrie du Nord & d’Est

0
614
ROJAVA – QAMISHLO – Dans une interview accordée à l’ANF, Salih Muslim, responsable des relations extérieures du Parti de l’Union démocratique (PYD), a évalué les aspects positifs et négatifs des efforts diplomatiques déployés en 2018 dans la Syrie du Nord et d’Est. Muslim a déclaré qu’ils ne considéraient pas que leurs activités étaient fructueuses car ils n’étaient pas en mesure de mettre fin à l’occupation d’Afrin par la diplomatie, ajoutant que la diplomatie de 2019 serait conduite sur la base de la résolution de la crise syrienne et de la libération d’Afrin.
 
Notre diplomatie était insuffisante
 
« Nous ne pouvons pas dire que nous avons mené une diplomatie adéquate pour Afrin, ce qui est une question d’autocritique. Si nous avions pu mener une campagne politique et diplomatique productive, si nous avions été vraiment préparés, la situation aurait peut-être été différente », a déclaré Muslim. Il a noté qu’ils avaient prévenu le monde entier à propos d’Afrin, mais que cela avait été insuffisant.
 
Préparation pour Afrin
 
Muslim a déclaré qu’ils avaient acquis une expérience diplomatique relativement efficace par rapport aux années précédentes. « En conséquence, des États comme la France, les États-Unis, la Jordanie et beaucoup d’autres insistent pour que nous soyons présents à la table des négociations pour l’avenir de la Syrie. Nous avions des lacunes en 2018, mais il y avait aussi beaucoup de sujets positifs. La situation à Afrin est une préoccupation majeure pour nous. Nos efforts concernant Afrin se poursuivent. Les personnes déplacées d’Afrin, vivant dans des conditions difficiles dans des camps de réfugiés, attendent la libération de leur terres, c’est pourquoi nos efforts pour le retour des habitants Afrin se poursuivront », a ajouté Muslim.
 
Efforts pour une solution
 
Muslim a souligné qu’ils avaient rencontré des responsables français, britanniques et d’autres États au cours de l’année, et que les négociations avec le régime syrien avaient la même importance, mais que des résultats importants restaient à accomplir. « Nous avons eu des entretiens avec le régime syrien en 2018, mais nous n’avons pu aboutir à un résultat. Nous avons montré au monde que nous sommes ouverts au dialogue et si une solution n’est pas atteinte, ce n’est pas de notre faute. Nous avons élaboré notre plan et projet et nous sommes prêts à négocier », a déclaré Muslim.
 
L’unité de la Syrie
 
Muslim a rappelé qu’ils avaient été exclus des pourparlers de Genève, d’Astana et de Sochi: « L’État turc a spécifiquement empêché notre participation à ces pourparlers. Ils disent à plusieurs reprises qu’il existe un mouvement séparatiste dans le nord de la Syrie. Pourtant, avec notre projet d’auto-administration démocratique, nous avons prouvé au monde que nous travaillons pour une Syrie unie », a ajouté Muslim.
 
Diplomatie avec les Etats de la région
 
Muslim a indiqué qu’il avait poursuivi ses rencontres avec les États arabes en 2018 et établi des liens solides, en particulier avec l’Égypte. « Nous entretenons des relations étroites avec l’Égypte, mais certains autres États arabes ont des intérêts communs avec la Turquie et d’autres avec le régime syrien. Cela témoigne du travail supplémentaire nécessaire dans ce domaine », a déclaré Muslim.
 
Le dialogue interne
 
Salih Muslim a ajouté que leurs efforts continuaient à développer le dialogue et les relations avec toutes les parties au Rojava. Il a déclaré que les relations avec les partis locaux au Rojava étaient déjà bonnes, mais que les parties extérieures agissaient dans un contraste irréconciliable.
 
« Nous avons récemment redoublé nos efforts en matière de dialogue avec toutes les parties présentes au Rojava. Il y a des partis qui reconnaissent notre système, avec qui nous nous sommes rencontrés le 15 décembre et avons publié une déclaration commune.
 
Nous avons convenu de nous réunir tous les mois pour adopter une position commune. Pourtant, avec d’autres partis politiques qui travaillent avec la Turquie et ne reconnaissent pas notre système, nous recherchons différentes méthodes pour pouvoir dialoguer avec eux. Jusqu’à présent, il n’y a pas eu de réponse positive, mais nous pensons que nous devrions également améliorer notre dialogue avec eux. »
 
L’unité nationale
 
Muslim a souligné que l’un de ses objectifs fondamentaux est « l’unité nationale », c’est pourquoi des discussions sont en cours avec d’autres partis politiques et cercles au Kurdistan.
 
« Nous espérons qu’il y aura une solution et que nous verrons une meilleure position. Nous sommes prêts à faire notre part. Notre objectif est en effet de réaliser le congrès national avec la participation de tous », a déclaré Muslim.
 
La libération d’Afrin
 
Le responsable des relations extérieures du PYD, Salih Muslim, a déclaré que sa priorité serait de libérer Afrin et d’éliminer les menaces de la Turquie. « Notre plus grand espoir est de faire revenir les habitants d’Afrin dans leur pays natal et tous nos efforts seront concentrés sur cela. Nous essayons de représenter la résistance de notre peuple sur le terrain politique et diplomatique. Les pourparlers de Genève sont devant nous, la Turquie est contrariée à cause de cela (…) », a ajouté Muslim.
 
Via ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici