KCK : Le retrait américain n’affaiblira pas la lutte

0
580

La coprésidence du Conseil exécutif de l’Union des communautés du Kurdistan (KCK) a publié un communiqué sur la décision du président américain Trump de retirer ses troupes de Syrie alors que la lutte contre Daesh se poursuit.

Le communiqué évalue les plans qui sous-tendent la décision et les conséquences possibles, appelant à l’intensification de la lutte contre les occupants en s’appuyant sur l’autosuffisance.

Voici le communiqué : 

« Le fait que les menaces de l’Etat turc contre le Kurdistan occidental et le nord de la Syrie font partie d’un complot est évident dans la décision américaine du retrait de la Syrie. La politique syrienne de l’Etat turc révèle le déclin politique, économique et social de l’Etat turc face à la lutte du mouvement de libération kurde.

Une opération de sauvetage pour l’Etat turc

Alors que l’Etat turc s’est engagé dans un processus annihilation de la lutte de libération du peuple kurde, un complot contre la révolution du Rojava a été mis en place pour sauver l’Etat turc. L’Allemagne et les États-Unis ont tout mis en œuvre pour empêcher l’effondrement économique de la Turquie. Afin de soutenir politiquement la Turquie, les Etats-Unis ont offert une prime pour la capture des trois cadres dirigeants du Mouvement de libération [kurde]. Tous ces actes sont des opérations pour sauver le gouvernement fasciste de l’AKP-MHP de la crise économique et politique en Turquie  (…).

D’autre part, le système démocratique mis en place dans le nord de la Syrie par les Kurdes, les Arabes, les Syriens et tous les peuples de la région a entravé le succès des politiques de la Turquie  concernant la Syrie et le Moyen-Orient. L’État turc a subi une défaite si profonde avec ses milices djihadistes en Syrie qu’il tend maintenant vers l’occupation du nord de la Syrie comme solution (…) dans un bourbier encore plus profond.

Les plans pour l’Est de l’Euphrate

Le TEV-DEM [Mouvement pour une société démocratique] a évalué la décision américaine de se retirer de Syrie comme un appel à l’occupation turque, et a exposé certains plans en cours de planification.

Il est entendu qu’en plus de l’effort de constitution de certains groupes arabes collaboratifs à l’est de l’Euphrate, il est également prévu d’activer dans quelques villes des structures kurdes collaboratives qui ont également pris part à l’occupation d’Afrin.

Les évaluations de la structure de la société démocratique du Rojava révèlent que le retrait américain est conforme à un deal sale.

Cependant, de tels plans et complots sont en vigueur depuis des années, mais n’ont jamais réussi à faire dérailler la voie démocratique-révolutionnaire dans le nord de la Syrie. Au contraire, les peuples kurde, arabe, assyrien, syriaque, syriaque, circassien, turkmène, druze et arménien ont, conformément aux principes d’une nation démocratique, créé une unité démocratique et renforcé davantage la révolution.

Le retrait et l’invasion renforceront la révolution

Les attaques d’occupation de l’Etat turc et le retrait des Etats-Unis augmenteront encore la détermination du peuple à résister et à renforcer la révolution. Les interventions des puissances extérieures ont rendu plus difficile pour les forces démocratiques de lutter sur la base de dynamiques internes. En ce sens, le retrait des États-Unis permettra à toutes les forces démocratiques d’atteindre et de renforcer leur véritable dynamique de résilience. La révolution démocratique du nord de la Syrie atteindra un nouveau potentiel.

La révolution démocratique en Syrie a été provoquée pour égarer le guide

La révolution démocratique en Syrie a été déformée par la lutte de forces extérieures dans son caractère. Ainsi, toutes les forces extérieures et les gangs inhumains tels que Daesh ont empêché la lutte du peuple syrien de prendre sa direction initiale. Les forces révolutionnaires démocratiques, mal orientées au sein de la société arabe, reprendront le vrai cours de la lutte démocratique-révolutionnaire en Syrie. En particulier, la dynamique démocratique-révolutionnaire au sein de la société arabe, qui a été malavisée avec l’intervention de l’Etat turc, jouera un rôle actif dans la phase imminente de la révolution démocratique et dans la construction de l’unité de la Syrie.

Le retrait américain n’affaiblira pas la lutte démocratique-révolutionnaire en Syrie

La révolution du Rojava et les forces révolutionnaires démocratiques en Syrie sont entrées dans l’histoire sans l’aide de forces extérieures. Ils ont développé une révolution démocratique et luttent pour la liberté. En ce sens, le retrait américain n’affaiblira pas la lutte démocratique-révolutionnaire en Syrie. Au contraire, elle provoquera l’effondrement de la politique de l’État turc, qui cherche à établir un pouvoir politique sur la Syrie par le biais de la présence américaine et s’appuie sur des forces extérieures.

La milice désignée aujourd’hui comme l’Armée syrienne libre (ASL) est passée sous le contrôle de la Turquie avec le soutien des Etats-Unis. Les Etats-Unis ont empêché l’attaque de la Russie et de la Syrie contre Idlib, où les djihadistes ont fusionné. En ce sens, malgré le fait que les Etats-Unis ont ouvert la voie à l’occupation du nord de la Syrie par l’Etat turc en retirant ses troupes, les nouveaux équilibres émergents conduiront à un échec de l’invasion turque.

Pour l’Iran, il est clair que la Turquie a uni ses forces à celles des États-Unis

Bien que la Turquie continue de manifester des approches frauduleuses à l’égard de l’Iran, ce pays a l’expérience politique de savoir qu’il a joint ses forces à celles des États-Unis contre sa politique. Il est clair pour la Russie, l’Iran et la Syrie ce que les milices, que la Turquie veut stationner à l’est de l’Euphrate, signifient pour eux-mêmes. L’utilisation par la Turquie de certaines forces de collaboration, comme l’occupation d’Afrin, portera l’instabilité de la Syrie à un nouveau niveau.

Le retrait américaine rendra la dynamique démocratique encore plus visible

Le retrait des Etats-Unis montre encore plus clairement que le système mis en place par les forces démocratiques-révolutionnaires dans le nord de la Syrie est le facteur le plus important pour la stabilité et la paix en Syrie. En ce sens, le retrait des troupes américaines permet d’appréhender la dynamique démocratique en Syrie sous sa véritable dimension.

Cette réalité rendra encore plus efficace la révolution de Rojava, qui a émergé sans le soutien des puissances extérieures et des forces démocratiques de la Syrie.

Le désir turc de destruction de la révolution ne se réalisera pas

Le projet de la Turquie d’influencer les Arabes du nord de la Syrie avec le soutien des Etats-Unis et d’autres forces et de détruire la révolution du Rojava avec quelques Kurdes collaborateurs ne se réalisera pas.

Si le PDK s’implique dans le jeu de la Turquie, il perdra

Si le PDK s’implique dans le jeu de l’Etat turc hostile et agit hostile à la révolution Rojava, il se perdra. Le PDK devrait jouer son rôle dans la création d’une unité kurde et le renforcement du système démocratique dans le nord de la Syrie. Il ne devrait pas s’impliquer dans les machinations de la Turquie et ne devrait pas être impliqué dans les plans d’occupation. Les Etats-Unis ne devraient pas non plus participer à ce plan hostile aux Kurdes et aux autres peuples du nord de la Syrie.

Les Etats-Unis devraient renoncer à leur rôle de complices 

Les États-Unis veulent se retirer de la Syrie afin de ne pas tomber dans une situation aussi désespérée que celle de la Turquie, mais ils ne devraient pas se retrouver avec leur politique anti-kurde dans une situation beaucoup plus difficile. Les Etats-Unis ne devraient pas être complices de l’invasion de l’Etat turc ni participer à des machinations contre les forces kurdes libres et démocratiques.

Le système démocratique des peuples doit être respecté

La révolution mise en œuvre par les peuples du nord de la Syrie et du Rojava repose sur une forte aspiration à la liberté et à la démocratie, ainsi que sur une grande force sociale. Parce qu’il s’appuie sur le modèle de nation démocratique d’Abdullah Öcalan, il ne peut donc pas être détruit par des pressions extérieures, des complots ou des occupations. Personne ne devrait même rêver d’inverser ou de détruire la révolution du Rojava.

Si vous voulez la stabilité, la paix et la démocratie en Syrie, vous devez respecter le système démocratique et libéral que les peuples ont construit. La révolution au Rojava et dans le nord de la Syrie n’a pas seulement jeté les bases de l’unité démocratique de la Syrie, elle a également donné l’espoir au Moyen-Orient et au peuple arabe tout entier de construire une société démocratique sûre de soi et de mettre fin au cauchemar d’oppression et de cruauté.

La population du nord de la Syrie a plus de dix mille morts et au moins deux fois plus de blessés dans la lutte contre Daesh, et est devenue la conscience de l’humanité entière aujourd’hui, ce qui signifie devenir la société la plus puissante au monde. Il n’est pas possible de vaincre une puissance populaire qui est devenue la conscience et l’honneur du monde.

Non seulement les Etats-Unis, mais toutes les forces doivent se retirer de Syrie

Non seulement les États-Unis, mais toutes les forces, et surtout la Turquie, doivent se retirer de Syrie. La force essentielle qui sabote la stabilité, la paix et la fraternité des peuples en Syrie aujourd’hui et aggrave les problèmes est l’État d’occupation turc. Ainsi, les peuples du Moyen-Orient et de Syrie, ainsi que toute l’humanité, doivent prendre position contre l’État fasciste turc et lutter pour mettre fin à l’occupation de la Syrie, y compris Afrin.

Le gouvernement fasciste d’AKP/MHP, la grande menace à l’unité démocratique

Actuellement, le régime fasciste AKP/MHP représente la plus grande menace pour l’unité démocratique de la Syrie. Sans l’intervention de l’État turc, le peuple syrien, fondé sur les principes d’une nation démocratique, maintiendrait son unité et assurerait la démocratisation de la Syrie. La démocratisation est le seul moyen de réaliser l’unité de la Syrie.

L’Etat turc s’oppose à la démocratisation pour empêcher l’unité de la Syrie et pour continuer sa pression et son intervention sur la Syrie en profitant de la faiblesse qui en résulte.

Tous ceux qui veulent une unité de la Syrie doivent donc lutter ensemble contre l’État turc sur la base de la démocratisation et créer une Syrie indépendante et démocratique. Nous demandons instamment à toute la dynamique démocratique de la Syrie et au gouvernement syrien de s’entendre sur la démocratisation de la Syrie et de bâtir une Syrie libre et démocratique dans laquelle tous les peuples ont l’autonomie gouvernementale.

Nous fournirons tout le soutien nécessaire contre les attaques

Actuellement, l’unité des identités kurde, arabe, syriaque et autres selon les principes d’une nation démocratique est la plus grande réalisation de la révolution démocratique en Syrie. Nous appelons à l’expansion de l’unité des peuples originaires du nord de la Syrie dans toute la Syrie pour renforcer non seulement l’unité de la Syrie, mais l’ensemble du Moyen-Orient. En tant que Mouvement pour la liberté des Kurdes, nous soulignons une fois de plus que nous soutenons cette unité et déclarons que nous sommes prêts à tout soutien et intervention en cas d’attaque contre elle.

Nous appelons les Kurdes et tous les autres peuples du nord de la Syrie (…) à intensifier la résistance contre les envahisseurs et à construire une Syrie démocratique et libre (…). Nous réaffirmons que nous sommes toujours aux côtés de notre peuple dans toutes les régions du Kurdistan.»

 

Image ANHA

ANF

 

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici