« Il y a un génocide culturel et linguistique à Afrin »

0
899
ROJAVA – AMUDÊ – Spécialiste de l’histoire moderne et du Moyen-Orient, de l’Iran et de la Turquie, Fereh Sabır a pris la parole lors du Forum international sur le changement démographique et le nettoyage ethnique à Afrin.
 
« La Turquie affirme que ces politiques garantissent sa propre sécurité. Cependant, tout le monde sait que les régions libérées du nord de la Syrie sont connues pour leur sécurité depuis le premier jour de la crise syrienne. »
 
Professeure Sabır a souligné en quoi la politique turque appliquée dans la région avait créé une situation grave et a déclaré : « Le président Erdoğan devrait respecter les normes internationales et les droits des pays voisins.
 
A Afrin, des personnes d’autres régions et pays ont été amenées afin de modifier la composition démographique de la ville et de sa région.
 
J’aimerais souligner que ce qui se passe à Afrin est un génocide linguistique et culturel. La Turquie prétend appliquer des politiques modérées et créer de nouveaux développements dans la région, mais la réalité sur le terrain prouve le contraire. On voit clairement que la Turquie mène des politiques dures dans la région.
 
L’objectif de la Turquie est clair. L’objectif de la Turquie est d’occuper la région. La Turquie fait valoir que ces politiques visent en réalité à garantir sa propre sécurité. Cependant, tout le monde sait que les zones libérées du nord de la Syrie sont réputées pour leur sécurité depuis le premier jour de la crise syrienne. L’intervention de la Turquie a provoqué une détérioration de la confiance et un conflit dans la région. En outre, la Turquie souhaite retirer les forces démocratiques syriennes (FDS) de l’est de l’Euphrate. Elle veut intervenir dans les régions orientales de l’Euphrate. La Turquie veut avoir son mot à dire sur l’avenir de la Syrie. Elle essaie donc d’imposer sa propre politique à la région. La Turquie met en œuvre une politique de turquification. »
 
En ce qui concerne les relations russo-turques, Sabır a déclaré : « Ces relations sont fondées sur des intérêts. La Russie veut préserver la légitimité du régime syrien. L’occupation d’Afrin est le résultat d’une négociation entre la Russie et la Turquie. L’influence et la domination du régime par la Russie à Idlib a permis à la Turquie d’occuper Afrin. »
 
Parlant de la tentative de la Turquie de forger une alliance politique et militaire avec les États-Unis, Sabir a déclaré que la Turquie voulait empêcher les habitants du nord de la Syrie de participer à la solution de la crise syrienne.
 
Professeure Sabır a conclu son discours en affirmant que l’Iran avait rendu service à la Turquie afin de rester en Syrie et de protéger les forces du régime. « Téhéran sait que les développements dans la région auront finalement un impact sur ses relations avec la Turquie. »
 
Via ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici