Journaliste & réalisatrice Benedetta Argentieri : Le Rojava m’a changée

0
467
La journaliste et réalisatrice italienne Benedetta Argentieri a déclaré : « Le Rojava m’a vraiment changée. Surtout lorsqu’il s’agit de travailler ensemble, d’établir des liens et d’établir des relations avec les gens. Même dans l’autocritique. »
 
La révolution du Rojava menée par les femmes continue d’affecter et de guider la vie des individus et des sociétés qui vivent aussi loin de chez eux. L’une de ces personnes est la journaliste et réalisatrice italienne Benedetta Argentieri. Vivant actuellement à New York, la recherche d’un nouveau sens pour Argentieri l’a conduite au Rojava en 2013. Elle a réalisé le film « Chapulcu – Les Voix de Gezi, Notre guerre » et le documentaire « Je suis la Révolution » dans les années suivantes. Argentieri a parlé au journal Yeni Ozgur Politika de la façon dont son voyage au Moyen-Orient l’a affectée et du documentaire « Je suis la Révolution » qui a été présenté 15 novembre à New York.
 
Qui est Benedetta ? Qu’est-ce qui l’a amenée au Kurdistan ?
 
J’ai travaillé dans des zones de guerre depuis 2013, en Syrie, en Irak et à Rojava. J’ai visité ces pays à plusieurs reprises pour découvrir différentes histoires. Ma première visite importante remonte à 2013. Je suis d’abord allée à la montagne [Qandil, le QG du PKK], puis au Rojava. Cela a eu un effet important sur moi personnellement. Bien sûr, j’ai aussi été touchées au sens professionnel du terme, parce que je voulais vraiment trouver un nouveau sens et de nouvelles expériences vécues dans ces lieux.
 
Les visites étaient-elles pour le journalisme ou pour la réalisation ?
 
Le premier était pour le journalisme. J’ai fini par écrire plusieurs articles. D’autres étaient pour le film « Notre guerre », qui était sur 3 étrangères qui ont rejoint les YPJ. Toutes les trois étaient différentes, l’une d’elles était italienne, la deuxième suédoise et la troisième américaine. Avec ce film, j’ai voulu faire comprendre au public pourquoi ces étrangères ont décidé de rejoindre les YPJ et ce qu’elles voulaient faire. Et, quel effet l’expérience a eu sur elles.
 
Parlons du nouveau documentaire « Je suis la Révolution ». D’où vient l’idée ?
 
Je voulais m’occuper davantage de la question des femmes. Surtout après avoir vu les tentatives des médias grand public de généraliser la situation des femmes et leur lutte. Les médias grand public voulaient donner la priorité aux images de femmes en arrière-plan, avec des enfants, couvertes de poussière, de saleté et de fumée.
 
Lorsqu’ils faisaient des reportages sur les guérillas féminines ou les combattantes des YPJ, ils disaient toujours à quel point elles étaient sexy. Ils m’ont dit : « Regardez ces femmes sexy », cela avait pour but de priver la lutte des femmes de ses mérites.
 
C’est pourquoi j’ai décidé de montrer le vrai visage de la lutte des femmes à travers mon travail. Je voulais montrer que la révolution du Rojava se répand dans tout le Moyen-Orient. Je voulais montrer qu’il ne s’agissait pas seulement d’une révolution interne, mais d’une révolution qui touche également les femmes d’autres pays du Moyen-Orient. Je voulais montrer aux femmes d’Irak et d’Afghanistan ainsi qu’aux femmes du Rojava, afin que nous puissions voir les différences. De cette façon, nous pouvons également voir les conflits. Bref, je voulais montrer que ce ne sont pas seulement quelques femmes qui portent des fusils pour combattre DAESH. La lutte contre DAESH n’en est qu’une petite partie. En fait, il s’agit d’une révolution à multiples facettes pour les femmes.
 
Vos recherches étaient-elles également axées sur l’Irak et d’autres régions avant le Rojava ? Ou est-ce que ça a changé ?
 
Oui et non. La vérité, c’est que je m’intéressais au Rojava et que je faisais de la recherche. Avant de devenir journaliste en Italie, j’ai terminé mes études universitaires. Je m’intéressais à l’agitation sociale et aux problèmes sociaux. Puis j’ai fait un film sur les manifestations de Gezi en 2014 (« Chapulcu : Les voix de Gezi ») et c’est là que j’ai rencontré beaucoup de Kurdes. Plus tard, j’ai fait une maîtrise en journalisme et en politique aux États-Unis. J’y ai rencontré beaucoup de Yézidis. Après cela, mon intérêt s’est accru et je voulais comprendre ce qui se passait à Shengal, alors j’y allais souvent. Mon intérêt pour le Moyen-Orient a vraiment commencé avec les Kurdes et s’est étendu.
 
Qu’est-ce que tu voulais dire avec le documentaire ?
 
J’avais plusieurs objectifs. Essentiellement, je veux changer le discours sur les femmes. En même temps, les trois femmes, Rojda Felat, Yanar Mihemed et Selay Gafar, ne sont pas seulement des héroïnes individuelles, elles représentent un mouvement. Elles ne peuvent pas continuer leur combat sans l’appui d’une société féminine.
 
Une autre chose est le concept d’autonomisation des femmes. Comment pouvez-vous autonomiser les femmes dans l’arène politique ? L’une des réponses à cette question est le cheminement scolaire. L’éducation est très importante. On se connecte avec les autres et on devient plus fort.
 
Ces trois femmes veulent un résultat. Pas nécessairement une solution, mais ils veulent se battre aux côtés des hommes. C’est un point important. Le féminisme, surtout dans les sociétés orientales, est perçu comme discriminatoire, mais ce n’est pas ce que cela signifie. Le féminisme, c’est découvrir une solution commune en commençant par les femmes. Mais il faut ensuite travailler avec les hommes pour expliquer et décrire la nouvelle politique afin de pouvoir mettre fin à certaines choses.
 
Considérez-vous cela comme une révolution ? Qu’est-ce qu’une révolution selon vous ?
 
Oui, et j’en parle parfois avec des femmes kurdes. Le concept de révolution a été tellement exploité qu’il est maintenant vide de sens. Le film s’intitule « Je suis la Révolution », pour une simple raison : Les femmes de la première marche à Bagdad ont chanté « Je suis la femme, je suis la révolution ». Elles ont dit qu’on pouvait être chacun une révolution. La Révolution n’est pas loin, ni trop haut pour être atteinte. Quel est le message ? Si vous soutenez une femme, vous faites une chose révolutionnaire. Par exemple, parlez-leur des droits de la personne ou aidez-les à faire quelque chose dont ils ont besoin. C’est un acte révolutionnaire. Nous luttons également pour redonner un sens à la révolution conceptuelle de cette façon.
 
Vous avez vu trois terrains différents pour ce projet. Vous avez été témoin de la vie quotidienne des femmes et de leur lutte. Pouvez-vous nous parler un peu de ce que vous avez vu ?
 
Je suis allée pour la première fois au Rojava en 2014. Puis en 2016, et plus récemment en 2017. J’ai vu la transformation et, franchement, ce qui m’a le plus convaincue et clarifié mon point de vue sur les choses, c’est la façon dont une société est parvenue à une théorie politique. J’ai été vraiment choquée de voir les conditions de vie des femmes en Afghanistan. Si l’on compare les trois pays, ce sont les femmes afghanes qui ont eu le plus de difficultés. Par exemple, seulement 14 % des femmes afghanes sont alphabétisées, mais j’ai aussi vu une grande communauté réunie autour de Selay Gaffar. Et ces femmes veulent vraiment se battre. Pourquoi veulent-elles se battre ? Parce qu’ils ont vu les femmes de Kobanê. Les femmes de Kobanê ont ouvert les yeux. Depuis, elles ont décidé qu’ils peuvent en fait faire partie de la transformation.
 
Bien sûr, il y a aussi d’immenses problèmes en Irak, il y a des meurtres « d’honneur » de femmes, des lois visant à opprimer les femmes, etc. Mais avec la sensibilisation, je crois qu’ils peuvent changer la situation. Ils peuvent aider les femmes et les autonomiser politiquement. Cela exige un effort à long terme. Et bien sûr, le Rojava est différente, parce que si vous pouvez contrôler un endroit, il est plus facile pour vous de soutenir les femmes. Alors que ce qui contrôle les femmes en Irak et en Afghanistan, c’est la mentalité de l’État. Mais il y a une autre chose, c’est que les femmes des trois pays peuvent s’entraider et obtenir de nouvelles idées les unes des autres.
 
En tant que femme occidentale, quelles idées préconçues aviez-vous en allant au Moyen-Orient ? Votre point de vue a-t-il changé ?
 
Je ne pense pas que j’avais des préjugés. Je ne suis pas ce genre de personne. Je m’informe et je n’accepte jamais une seule vérité.
 
La vérité est variante. Mais bien sûr, je crois qu’il y a beaucoup d’idées préconçues concernant les femmes du Moyen-Orient. Par exemple, il existe des préjugés comme toutes les femmes du Moyen-Orient sont victimes et elles ont besoin d’hommes pour défendre leurs droits et les soutenir.
 
C’est mon point de vue, je n’ai jamais changé d’emploi, j’ai beaucoup changé d’endroit. Mon travail a réfléchi sur ma perspective. J’ai beaucoup appris du mouvement des femmes du Rojava. Surtout dans la façon de travailler ensemble, de se connecter, d’entrer en relation les uns avec les autres. Même dans l’autocritique. Ce que j’aime le plus dans le mouvement de liberté kurde, c’est qu’il manque de femmes dans les sociétés occidentales. Qu’est-ce que c’est que ça ? Les gens doivent être bons les uns envers les autres, ils doivent se protéger les uns les autres. Ils ne voient pas les gens comme des ennemis. Le système fait des gens des ennemis. Il y a un vieux dicton latin qui dit : « Mors tua, vita mia. » « Ta mort est ma vie. » Parce que le système nous demande d’être extrêmement individualistes.
 
Une autre chose que je veux dire à propos du Rojava, c’est que cela m’a vraiment changée. Surtout dans ma relation avec les femmes, ma loyauté. Maintenant, je veux développer de telles relations dans ma petite et étroite communauté. Se critiquer les uns les autres est une bonne chose, l’autocritique est une bonne chose, mais les gens doivent être bons les uns envers les autres, ils doivent être des sœurs et se protéger mutuellement à tout moment. Cela a été très bon pour moi.
 
Pour en revenir à votre documentaire, quelles ont été les difficultés que vous avez vécues ? Qu’avez-vous ressenti pendant le tournage ?
 
Ce documentaire réalisé pour les femmes sur les femmes a été tourné par des femmes. Pour la première fois, j’ai travaillé avec une équipe entièrement féminine. Je crois que c’est à cause de l’effet que cela a eu sur moi. Il est difficile à bien des égards, en particulier pour ce qui est de trouver des femmes suffisamment professionnelles en matière de politique.
 
Un autre problème était d’envoyer des gens dans des zones de guerre et de leur demander de faire ce que nous voulions qu’ils fassent. Aller au Rojava, prendre tous les risques, ce que nous avons fait. Il y a eu beaucoup de difficultés, mais c’était un grand effort.
 
Nous avons préparé deux versions du film. L’un est pour le cinéma, à 72 minutes. L’autre est pour la télévision. Nous devons beaucoup aux financiers du film. Nous avons donc préparé une version télévisée. Nous espérons le vendre.
 
Le documentaire sera sous-titré en kurde, arabe, turc, italien, anglais, français, persan, pashtoun et dari. Il y a eu beaucoup de difficultés, mais je suis heureuse qu’en fin de compte, il sera vu et que des idées seront exprimées sur notre travail pour savoir s’il était bon ou mauvais.
 
Via ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici