La féminisation de la politique kurde : L’analyse sociologique d’une combattante kurde

0
991
« Pour la société kurde et les femmes kurdes, la lutte vieille de 40 ans qui a été lancée par le mouvement de libération kurde et ses dirigeants a le sens d’une renaissance. Notre chef Abdullah Öcalan a qualifié cette situation de « renaissance kurde ».
 
Avec l’émergence du PKK, le peuple du Kurdistan a connu un réveil à un nouveau jour. En fissurant le béton de leurs tombes, ils ont commencé à tisser une nouvelle vie. Au cours des quarante années qui se sont écoulées depuis lors, rien n’est resté dans son ancienne place au Kurdistan. Tous les aspects de la vie et ses dimensions sociales et politiques ont été soumis à des processus fondamentaux de changement et de transformation.
 
Les Kurdes sont entrés dans le XXe siècle, une ère de étatisation des nations et de domination du monde par les États-nations, comme un peuple nié, divisé et rendu sans identité et sans foyer, confronté à l’annihilation de l’histoire. Bien qu’ils possédaient toutes les caractéristiques qui leur auraient permis d’être reconnus et acceptés en tant que nation dans le système mondial hégémonique, il fallait devenir un État, ce que les Kurdes n’ont pas réussi à faire. À l’époque, soit des nations avaient des États, soit des nations étaient créées pour des États. En fait, les Kurdes ont participé à la Première Guerre mondiale et aux guerres de libération après l’effondrement de l’Empire ottoman comme s’il s’agissait de leurs propres guerres. Bien qu’ils aient joué un rôle crucial dans la libération et la formation de ce qui est devenu la République turque, les Kurdes se sont retrouvés dans un état constant de révolte et de soulèvement depuis lors, après avoir connu l’injustice et la négation.
 
Les soulèvements kurdes se sont soldés par un génocide physique et culturel. Alors que certains chefs tribaux ont été exécutés, d’autres ont été déportés dans des régions où ils ne parlaient même pas la langue comme une politique d’assimilation forcée et d’annihilation historique. Cela a duré dans le nord du Kurdistan jusqu’à ce qu’Abdullah Öcalan et ses amis entrent dans une nouvelle ère.
 
La « guerre de l’existence »
 
La période de transition d’une époque kurde avant le PKK à une période de transition avec le PKK a entraîné d’immenses bouleversements politiques, qui ont abouti à une grande guerre de défense légitime. C’était une « guerre pour atteindre l’existence », une guerre pour « se recréer soi-même ». L’Etat oppresseur a vu l’émergence du PKK sous le même jour que toutes les autres rébellions kurdes du siècle et a donc tenté de l’achever par la répression, la violence et le massacre. Le PKK avait cependant des principes idéologico-politiques et intellectuels-philosophiques forts. La raison pour laquelle un Etat membre de l’OTAN comme l’Etat turc colonisateur n’a pas réussi à vaincre le PKK malgré toutes sortes de politiques de déni et d’annihilation est liée aux principes idéologico-politiques et intellectualo-philosophiques du PKK. Aussi solide que soit ce fondement, il s’est toujours permis d’être ouvert et flexible au changement et à la transformation, renforcé par une capacité à s’engager dans une critique et une autocritique profondes. En ce sens, pour les Kurdes, l’ère du PKK a apporté des périodes difficiles de guerre intense d’une part, et des périodes créatives et fructueuses de réaffirmation de son existence d’autre part. Ainsi, les Kurdes ont réussi à entrer dans le XXIe siècle par le biais d’un processus visant à devenir une « nation démocratique ». Le fait qu’ils n’aient pas d’État ne signifie pas qu’ils ne peuvent pas constituer une nation. Ainsi, il est maintenant possible de voir le début d’un processus de dissolution du système de l’État-nation et son caractère destructeur. Si l’apatridie des Kurdes est considérée comme un désavantage du point de vue du statu quo, cette situation se transforme en une situation favorable du point de vue du potentiel transformateur du XXIe siècle. Les Kurdes ont établi leurs propres structures démocratiques autonomes à travers leurs propres luttes et efforts au fil des ans. Cependant, à l’aube du nouveau siècle, les Kurdes mènent toujours une lutte acharnée pour forcer le système mondial international hégémonique et les États dans lesquels vivent les Kurdes à accepter leurs nouveaux acquis et positions politiques. C’est là où se situent les Kurdes dans leur paysage politique.
 
Le destin politique des Kurdes dans le nouveau siècle
 
Le système politique qui caractérisera le XXIe siècle reste à déterminer. Dans les circonstances actuelles, une troisième guerre mondiale prend forme depuis un certain temps. De ce point de vue, le destin politique des Kurdes dans le nouveau siècle reste ouvert. Néanmoins, nous devons reconnaître ceci : les forces qui dirigent le système hégémonique mondial, qui divisait auparavant les Kurdes et les a rendus sans statut tout au long du XXe siècle, voient et discutent de la manière dont les Kurdes sont entrés dans le XXIe siècle en tant que peuple, qui ne s’incline plus devant les oppresseurs et n’y prête plus attention, mais résiste depuis quarante ans face à toutes sortes de violences, sans hésitation à des sacrifices, avec, si nécessaire, une détermination de lutter quarante années supplémentaires pendant lesquelles ils ont résisté à l’affrontement de l’ennemi, et qui ont été capables d’en même temps d’y répondre avec la même énergie et l’abnégation de la résistance de leurs concitoyens, le tout en ayant l’énergie de les affronter pendant les quarante dernières années, s’ils l’étaient au contraire de leur résistance à la guerre, le tout en faisant avec l’énergie de la force d’une force d’un effort, le tout en étant bien entendu, le plus que cela était. Voyant que les Kurdes n’ont pas pu être détruits malgré les massacres et les politiques génocidaires les plus horribles du siècle dernier, le système calcule le rôle que les Kurdes devraient jouer au XXIe siècle. Il est clair que ces pouvoirs ne sont pas encore parvenus à un accord entre eux sur cette question. Toutefois, il était évident que le fait de laisser les Kurdes sans statut pendant un autre siècle défierait même la logique des théories établies en science politique, sans parler des façons dont cela perturberait les rapports de force qui étaient envisagés pour le XXIe siècle. Si nous l’exprimons en quelques mots seulement, nous pouvons dire que les Kurdes se sont largement émancipés d’une réalité de déni, d’annihilation et de division, se recréant d’une manière indéniablement forte avec le leadership d’Abdullah Öcalan et du PKK, et constituant un peuple organisé capable d’imposer sa volonté au monde du XXIème siècle.
 
Les impacts sociologiques de l’ère du PKK
 
L’un des plus grands changements que les 40 dernières années de lutte avec la direction du PKK ont provoqué est une transformation sociale parallèle à une transformation politique. Avant le début de la lutte pour la liberté, le féodalisme a pénétré très profondément dans la vie sociale du Kurdistan. De même, la société est sous l’influence de dogmes religieux immuables. A côté de ces aspects, la société était bien sûr opprimée par l’exploitation colonialiste. Les conséquences sociologiques et psychologiques de cette situation se sont peut-être surtout manifestées dans la formation de la féminité et de la masculinité au Kurdistan. D’un point de vue social, on peut parler d’un centrisme féminin de l’époque kurde du PKK. Alors que les femmes sont opprimées partout dans le monde, les femmes du Kurdistan et d’autres endroits semblables sont doublement exploitées, ce qui constitue une oppression parmi les opprimés. Son exploitation et sa soumission ne sont pas seulement venues de la main de l’État oppresseur, mais aussi de celle des hommes mêmes de sa nation opprimée.
 
La seule chose qui restait entre les mains de l’homme kurde, qui était privé d’État, de pouvoir, d’identité, de culture, de richesse ou de propriété, était la femme et l’institution de la famille. Son seul atout, sa seule sphère de pouvoir et d’influence était son propre état miniature. L’État colonisateur a confiné l’homme kurde colonisé dans cette sphère de domination, l’a enfermé dans une minuscule institution étatique pour y trouver du réconfort. L’incapacité de l’homme kurde à constituer une force organisée de lutte contre l’Etat hégémonique et le pouvoir centralisateur l’a conduit à affirmer son pouvoir dans le domaine désigné des femmes et de la famille. La réalité des hommes kurdes est pitoyable. Ayant perdu tout ce qu’il avait jamais eu, divorcé de son organisation sociale et de son institutionnalité, rendu incapable d’administrer ses affaires, contraint sous la domination d’autrui, et au point de perdre même sa langue et son identité, il lui restait deux sphères à évacuer : soit il se dresserait contre les structures étatiques colonisatrices et leurs centres de pouvoir, ce qui demanderait une résistance organisée, soit il se soumettrait à sa soumission, accepterait son sort et continuerait son existence physique dans l’état esclave. En fait, même les conditions pour cela n’existaient plus. Par conséquent, en se reniant lui-même, en se satisfaisant d’autres identités que la sienne, beaucoup ont essayé d’assurer leur existence physique. C’est l’une des raisons pour lesquelles les crimes dits d’honneur ont augmenté à cette époque au Kurdistan. Cette réalité vécue illustre bien la situation spirituelle et psychologique de l’homme kurde colonisé, qui s’est incliné devant son destin.
 
Le prix de la féminité devenue marchandise
 
Les réalités sociétales des femmes kurdes peuvent être décrites comme les « pires des pires  » conditions. Elle s’est retrouvée dans une situation de souffrances de toutes sortes de violence d’une réalité masculine qui avait été privée de tout. Elle a été victime d’un homme opprimé, brutalisé, annihilé et de sa violente colère excessive. Ce genre d’homme, qui ne pouvait rien faire d’autre que s’asseoir docilement, la tête inclinée et les mains sur les genoux, face à l’État, a appris à compenser son état ridicule en désamorçant sa colère en abusant des femmes. Il a apaisé sa soif de pouvoir en construisant sa masculinité sur le dos des femmes qu’il a domestiquées. La femme est ainsi mise dans un état de crise perpétuelle. En tant que femmes d’un peuple opprimé sans patrie, elles n’avaient souvent pas d’autre choix que de s’abandonner à la situation actuelle. Pendant les rébellions, elle n’était que la femme de l’homme rebelle, mais elle n’était pas capable d’acquérir la conscience ou le pouvoir organisé pour arriver à une position autodéterminée des femmes. Qu’elle l’accepte ou non, servir les hommes, donner naissance à des enfants et élever une famille est devenu son but dans la vie. Vivre sous l’influence de la domination religieuse et féodale, mettre au monde de nombreux enfants, en particulier des garçons, est devenu un critère important pour que les femmes kurdes soient respectées dans la société. Ainsi, les femmes du Kurdistan ont toujours été vues à travers le rôle assigné aux machines à donner naissance. Comme les filles étaient considérées comme des biens à acheter et à vendre, il devenait plus rentable d’avoir des enfants de sexe masculin. Avec les décisions de leurs pères, les filles ont été transférées de la propriété de leurs pères aux biens de leurs maris. En fait, les hommes mettent des prix sur les filles, qu’ils traitent comme des transactions de propriété. Le prix de la mariée présentait donc la valeur financière exprimée de la femme devenue marchandise et objectivée.
 
Les femmes constituent la dynamique de lutte fondamentale du PKK
 
Depuis sa fondation, le PKK a considéré la femme comme une dynamique de lutte fondamentale et a créé les conditions pour qu’elle participe à l’avant-garde de la lutte. Au fur et à mesure que la lutte a acquis un caractère de plus en plus populaire dans les années 1990, des transformations sociales de qualité révolutionnaire ont commencé à se produire. Les femmes kurdes ont vraiment embrassé Öcalan et son parti de tout leur cœur, les considérant comme la garantie de la liberté. Ils considéraient le mouvement comme une plateforme unique pour se libérer, au-delà des limites oppressives imposées par la famille et la société. Ainsi, à partir des années 1990, les femmes kurdes ont rejoint le PKK en masse.
 
Pour la première fois, la femme a ouvertement rejeté la domination masculine au Kurdistan. Elle quittait toutes les institutions sociales sexistes traditionnelles construites sur le pouvoir patriarcal et s’élevait ainsi contre son destin millénaire, face à la mort en cours de route. Après tout, elle n’avait rien d’autre à perdre que son esclavage. Elle a pointé son arme sur toutes les formes d’esclavage et de domination, surmonté les peurs et fait preuve de courage pour avancer vers une guerre militaire, idéologique et culturelle. Elle a commencé à s’engager dans tout le travail qu’on disait « pas le travail des femmes », « inadapté aux femmes » et « impossible pour les femmes ». Dès le tir de la première balle et face à la mort, elle a commencé à embrasser la chaleur des utopies dans son cœur. Chaque balle a d’abord été tirée sur ses propres peurs, puis sur l’arriération qui s’est imposée à sa vie et à son être. Elle a appris à se battre sur tous les fronts et à créer une nouvelle vie sous le siège de la mort, elle a fait tout ce qui était en son pouvoir pour permettre la possibilité de prendre un souffle libre entre la vie et la mort. En fait, elle a rencontré son propre pouvoir et a appris à compter sur son propre pouvoir pour se tenir debout. Voyant que tous les « impossibles » qui lui avaient été enseignés n’étaient que mensonges et tromperies, elle les vit se transformer facilement en « possibles », surmontant ainsi les difficultés et s’adaptant aux forces. Elle a trouvé des réponses au grand  » et si  » à l’intérieur d’elle en cherchant et en vivant ses propres réponses. Quittant l’état de « propriété » ou d' »honneur » de quelqu’un d’autre, elle apprenait à être son « moi ». Avec le temps, elle a développé son pouvoir de penser et d’exister par elle-même. C’était un processus remarquable de « devenir soi-même ». Cette guerre de l' »être de soi », de la libération des dépendances intériorisées a été une lutte difficile. Confronter la difficulté de s’affirmer soi-même était une affaire assez curieuse, qui s’accompagnait de grands et profonds bouleversements spirituels, émotionnels et mentaux. Les révolutions politiques, intellectuelles et émotionnelles allaient de pair.
 
Renaître de ses cendres
 
Avec le leadership des femmes, la réalisation de l’option de l’humanité libre et de la vie libre est devenue de plus en plus possible. La géographie du Kurdistan a en quelque sorte fonctionné comme un grand laboratoire où les femmes ont pu tester toutes leurs « premières » et les transformer en vérités respectives. Elles n’ont pas choisi des « beautés et des vérités » toutes faites d’ailleurs. Elles ont plutôt créé ces valeurs directement à partir de leurs propres expériences. Cela a, à son tour, contribué de manière décisive à l’enrichissement de leurs propres connaissances. En conséquence, ils en sont venus à remettre en question la notion positiviste de la science qui était protégée par des mentalités dominées par les hommes. Leurs recherches expérimentales ont objectivement conclu à la nécessité de défier les « grands penseurs masculins » du monde.
 
Parallèlement à leur propre processus de réflexion et d’interrogation, les femmes ont ouvert la voie à un remarquable processus de changement qualitatif et de transformation de la société kurde, en commençant à constituer une force organisée au PKK. Ils ont remis en question et remis en question les notions de propriété et de domination que l’homme kurde revendiquait depuis longtemps sur les femmes. Un processus visant à exiger des hommes qu’ils rendent des comptes a été lancé. Elles ont mené de graves guerres et luttes entre les sexes contre des hommes conservateurs et arriérés d’esprit, qui n’ont pas abordé leurs efforts avec respect. Tout en combattant la masculinité rétrograde, ils ont discuté de leurs propres traits traditionnels rétrogrades en cours de route. En tant que tels, ils ont lancé une guerre sérieuse contre des systèmes masculins vieux de milliers d’années ainsi que contre leurs propres mentalités d’esclaves, que le système patriarcal avait manifestées dans l’esprit, les émotions et la personnalité des femmes. Dans la mesure où elles ont lutté contre l’arriération en eux-mêmes et chez les hommes, elles ont réussi à se reconstruire et à se recréer en fonction de leurs propres normes de liberté. Comme l’a dit notre camarade martyre Sema Yüce, « comme un phénix, elles se sont recréées de leurs propres cendres ».
 
Cofondatrice du PKK, qui a continué à participer à la lutte du mouvement jusqu’à son assassinat brutal à Paris, la camarade Sakine Cansız a été l’une des dynamiques du développement du mouvement pour la liberté des femmes sur des bases idéologiques, philosophiques et scientifiques. La résistance épique de la camarade Sakine contre la brutalité et l’infâme système de torture pendant son emprisonnement au lendemain du coup d’État militaire de 1980, sa position droite et volontaire, ont révélé l’esprit de lutte, la volonté potentielle et la capacité de résistance des femmes, et ont généré une grande confiance dans le pouvoir des femmes. La période des luttes des soulèvements populaires (serhildan en kurde) s’est développée dans le personnage de Berîvan (Bınevş Agal). Le profond respect et l’admiration que les habitants de Botan éprouvaient pour la camarade Berivan en raison de ses efforts ont ouvert la voie à la révolution populaire. Il s’agissait d’une intervention radicale dans les angoisses féodales de la région de Botan à l’égard du PKK, notamment en ce qui concerne leur attitude envers les femmes. Berîvan a incarné ce changement d’attitude sociale dans le personnage et l’activisme libérateur de sa femme. Cela a fait naître un esprit patriotique chez les femmes, qui est devenu à son tour un centre de gravitation pour la vulgarisation et la sociétalisation de notre mouvement.
 
Les principes de la libération des femmes
 
La position du camarade Berîtan (Gülnaz Karataş) a atteint la qualité et la valeur d’un principe pour le mouvement pour la liberté des femmes. Son nom est associé à la position volontaire de la femme contre toute forme d’abandon, de trahison et de défaite, une femme qui ne se rend pas et ne collabore pas avec l’oppresseur mais résiste à la mort. L’attitude de principe de notre camarade à l’égard de la vie lorsqu’elle s’est jetée des falaises de Lelîkan pour ne pas tomber entre les mains des ennemis qui l’ont assiégée, a montré qu’une personne qui porte en elle l’esprit de liberté ne sera jamais soumise à aucune entité étrangère, que rien ne peut empêcher le courage des femmes dans sa marche vers une vie libre. Berîtan en est venue à défendre la création et la multiplication des principes de liberté des femmes au sein de sa propre personnalité. Elle est devenue la ligne de « se libérer en se battant, devenir belle en se libérant soi-même, et être aimée en devenant belle ». Berîtan, est devenue la philosophie fondatrice de la lutte de libération des femmes. Camarade Zeynep Kınacı (Zîlan) est devenu une représentation et un symbole de la créativité et de la magnificence de notre lutte actuelle. Par son action incroyable, elle a fait exploser l’esprit des femmes et des hommes, parce qu’elle a montré que la femme, qui autrement est enseignée à s’accrocher à la faiblesse, porte en elle un immense potentiel de pouvoir. Comme dans son action, elle avait exprimé ses pensées, son expérience et ses actes dans une articulation systématique. Nous avons repris ses paroles comme un « manifeste ». Elle en est venue à symboliser l’amour des femmes pour la vie en devenant un esprit sacrificiel de la lutte de libération des femmes. Elle a transformé le phénomène d’aimer tellement la vie qu’elle a accepté de mourir pour elle en philosophie.
 
Des milliers d’autres femmes sublimes ont suivi le même cheminement de principe, qui ont démontré leur conscience, leur foi et leur position en tant que femmes révolutionnaires. Des femmes comme Şilan, Viyan, Arin Mirxan et Rêvan. Des femmes exécutées dans des prisons iraniennes comme Şirin Elemhuli, de jeunes révolutionnaires turques, qui rejoignent les montagnes comme Destan Yörük (Ayse Deniz Karacagil), des combattantes internationalistes de la liberté, qui luttent aux côtés de tous les opprimés comme Ronahî (Andrea Wolf) internationaliste allemande. Les nombreuses Delal, Berçem, Nalin, Gülnaz, Hêlin, Azê, Şevîn, Nujîn, Nûdem, Jinda, Nujiyan, Deniz, Jindar et Medya. Ces belles femmes et toutes les autres femmes, qui se sont engagées dans cette vie avec amour et dévouement, sont entrées dans notre histoire comme des personnes merveilleuses, qui ont donné leur vie sur le chemin de la création de l’identité de femme libre. Chacune d’entre elles avait la conviction inébranlable que les femmes du monde entier parviendraient un jour à s’identifier en tant que femmes libres.
 
Les tendances à la liberté qui se développent chez les femmes kurdes
 
L’ère du PKK a entraîné un grand processus de changement et de transformation dans toutes les sphères de la vie sociale du Kurdistan, avec des implications pour le développement des notions de femmes libres, d’hommes libres et de société libre. Aujourd’hui, la position des femmes dans la lutte pour la liberté au Kurdistan et dans la société kurde constitue une force motrice et animatrice. Cet esprit moteur de la lutte a développé des tendances en faveur de la liberté chez les femmes kurdes et a trouvé différentes formes organisationnelles ou institutionnelles dans différentes parties du Kurdistan. La source de nourriture pour les structures qui sont venues incarner l’esprit de cette femme libre au Kurdistan et dans d’autres endroits où vivent les Kurdes, est notre camarade Abdullah Öcalan. Avec les thèses sur la liberté qu’il a développées, il a aidé à éclairer le chemin des femmes vers la libération. Il a permis aux femmes d’être propriétaires du pouvoir et de la volonté qui peuvent lutter contre toutes sortes de difficultés dans la lutte. Sous des titres majeurs tels que l’idéologie de la libération des femmes, la théorie de la séparation, le divorce total, la co-vie libre et le projet de transformation de l’homme, ses thèses sur la liberté étaient des contributions collectives pour aider à résoudre le problème de la liberté des femmes dans le monde. L’idée de « jineolojî » qu’il a proposée en tant que science des femmes est une question qui ne concerne pas seulement les femmes kurdes ou les femmes de la région, mais les femmes du monde entier.
 
En quarante ans, notre lutte pour la liberté a atteint des niveaux remarquables dans les domaines de la politique, de la société et de la libération des femmes. Dans tous les aspects, ils englobent les développements révolutionnaires. De la réalité d’une société colonisée et marginalisée, notre héritage, vieux de 40 ans, a ouvert la voie au développement de l’une des socialités laïques, démocratiques, écologiques et féministes les plus organisées du monde, attirant ainsi naturellement l’attention internationale.
 
Malheureusement, les aspects démocratiques de notre monde ne sont pas très puissants en ce moment. En raison de leur position sans système, divisée, dispersée et passive, les forces démocratiques existantes restent faibles face à la force du monopole capitaliste. Ils ne parviennent donc pas à développer leur propre modernité, leur propre système de vie. De nombreuses tâches attendent les forces démocratiques du monde pour se libérer de cette situation. Bien sûr, en tant que mouvement, nous avons certains objectifs à long et moyen terme à cet égard. Avant tout, notre stratégie consiste à créer l’atmosphère et les conditions propices au développement d’une modernité démocratique et à assurer la participation de tous les peuples du monde à ce processus. Il est en effet possible d’induire un tel processus parmi les peuples du Moyen-Orient. Contre le monstre de l’État-nation, nous devons faire revivre les qualités éthiques et politiques de notre région du Moyen-Orient, avec les peuples avec lesquels nous coexistons, afin de créer les conditions et les possibilités qui permettront à ces derniers de s’organiser et de s’équiper pour participer au développement d’une Confédération démocratique des nations au Moyen-Orient. C’est l’un de nos principaux objectifs.
 
Programme pour la liberté des femmes
 
Outre les objectifs à long et moyen terme que notre mouvement envisage, il existe d’autres objectifs à court terme d’une importance vitale. Nos objectifs concrets sont : détruire le système de torture d’Imrali, mettre fin à l’état d’otage de nos dirigeants et créer les conditions de sa liberté, et construire la nation démocratique du Kurdistan ou un Kurdistan autonome démocratique (ni l’un ni l’autre ne sont des États) contre le monstre de l’État-nation, que le monde politique du XXIe siècle doit reconnaître. Dans le domaine de la lutte des femmes, nous sommes déterminés à élaborer un programme de science et de libération des femmes qui ouvrira la voie à la liberté des femmes au Moyen-Orient et dans le monde. Il est de la plus haute importance de permettre à toutes les femmes, avec leurs propres perspectives, de s’unir et de se rencontrer dans le cadre d’un programme commun de lutte démocratique et libératrice.
 
Les 40 années que nous avons laissées derrière nous comme une époque kurde où le PKK a laissé une grande marque, ont englobé d’importants développements concernant la voie de la liberté des femmes et des peuples. Les dimensions politiques, intellectuelles, philosophiques, paradigmatiques (…) de cette question concernent le destin démocratique et libérateur de tous les peuples et femmes de la région et du monde. L’avenir rendra cette question encore plus urgente. Les caractéristiques de la période que nous vivons actuellement ressemblent aux périodes des révolutions française et russe à bien des égards. Comme nous le savons, ces processus se sont terminés par une ère de réel-socialisme qui a duré 70 ans. Mais cette fois-ci, en résistant activement aux défauts et au sort du réel-socialisme, il sera possible de construire un avenir autour du socialisme démocratique.
 
À l’occasion de notre 40e anniversaire, nous espérons vivement que les femmes de notre région s’uniront aux femmes du monde et à leurs peuples pour suivre et soutenir notre lutte pour la liberté. »
 
Zilar Stêrk – 16 novembre 2018
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici