Le co-président du HDP : « La question kurde est désormais un problème mondial »

0
550
TURQUIE – ANKARA – « La solution des problèmes au Moyen-Orient passera par la solution de la question kurde », a déclaré le coprésident du HDP, Sezai Temelli.
 
Le co-président du HDP, Sezai Temelli, a pris la parole à la 19e assemblée générale de l’Association des droits de l’Homme (IHD).
 
Temelli a déclaré que la lutte pour la liberté et la démocratie de l’IHD leur donnerait plus de pouvoir et les dirigerait, et a poursuivi: « Quand nous regardons les 32 années que nous avons laissées, nous voyons que le 12 septembre [1980, période du coup militaire] a pris beaucoup de nos amis. Vedat Aydın, Tahir Elçi, Mehmet Sincar et de nombreux autres ont perdu la vie. Des dizaines de nos amis ont payé un prix très lourd. Ils ont fait face à de graves violations des droits de l’homme. Je leur respecte et leur rend hommage ».
 
Temelli a ajouté: « Nous avons vu comment le régime du coup d’État du 12 septembre a pu se reproduire pendant que nous essayions de nous en débarrasser. Et puis vint l’AKP. L’AKP est en train de mettre en place un régime autoritaire et ne laisse à personne le championnat des violations des droits de l’homme. Nous sommes devenus incapables de discuter des questions de démocratisation ».
 
Le coprésident du HDP a poursuivi: « Ce que nous vivons aujourd’hui, c’est un fascisme ouvert et manifeste. Le 24 juin a été un processus dans lequel ce fascisme ouvert a été institutionnalisé. C’est une obligation de se tenir côte à côte. Ce n’est plus le moment de s’opposer. Le moment est venu pour toutes les forces de l’opposition de se rassembler contre cette force et d’être unies. L’Association des droits de l’homme (IHD) nous l’enseigne en 32 ans de lutte. S’il y a une violation des droits de l’homme à un endroit, si nous ne nous en tenons pas à elle, cela constituerait une violation du droit de tous.
 
Rappelez-vous le coup d’État du 4 novembre au cours duquel les coprésidents du HDP, Selahattin Demirtas, Figen Yüksekdağ et le député Idris Baluken, ont été arrêtés. La politique a été durement frappée. La situation à laquelle nous sommes confrontés aujourd’hui est celle de politiciens tenus en otage d’une loi interprétée avec un esprit de vengeance. »
 
Temelli a ensuite rappelé la situation du pays: « Nos amis sont retenus en otages depuis deux ans sans accusation claire, 96 de nos municipalités se sont vu refuser leurs représentants élus et un administrateur a été nommé par l’État à leur place, des centaines de les maires et les conseillers municipaux ont été emprisonnés. Plus de 6 000 membres du parti sont en prison. Mais leurs postures droites, leur détermination et leur engagement nous renforcent et nous continuons notre lutte pour les droits de l’homme et la liberté. »
 
Temelli a rappelé une fois encore que la question centrale était la question kurde : « La question kurde est la partie commune de toutes les questions. La solution de la question kurde permettrait la démocratisation de ce pays. En effet, la question kurde n’est plus un problème de ce pays, mais un problème mondial. La solution des problèmes au Moyen-Orient passera par la solution de la question kurde. Ce n’est pas un hasard si les Kurdes sont au centre de ces problèmes. La question kurde est décisive pour la solution des problèmes du Moyen-Orient et la solution des problèmes globaux. »
 
Enfin, Temelli a souligné que « les habitants de la Syrie décideront de l’avenir de la Syrie. De même, les habitants de la Turquie décideront de l’avenir de la Turquie. »
Via ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici