La révolution du Rojava doit être embrassée pour l’avenir de l’humanité

0
1051
SUISSE – LAUSANNE – La sociologue suisse Lena Ajdacic s’est exprimée lors d’une table ronde à Lausanne et a déclaré : « Le système des femmes kurdes construit au Rojava a un caractère plus progressiste que tout autre dans le monde. La révolution du Rojava devrait être adoptée pour l’avenir de l’humanité. »
 
L’Assemblée des femmes kurdes de Lausanne « Lajîn » a organisé une table ronde intitulée : « Renaissance du Moyen-Orient et la révolution des femmes kurdes ».
 
Sevgi Koyuncu était l’animatrice de la table ronde qui s’est tenue au Centre de la Société Kurde de Lausanne, et Rebecca Ruiz, députée du Parlement national du Parti Socialiste Suisse, Céline Misiego, conseillère communale du Parti du Travail de la Municipalité de Lausanne, Lena Ajdacic, sociologue de l’Université de Lausanne, Zozan Derik, représentante du PYD Europe et Jamila Hami, la coprésidente du Croissant rouge kurde Heyva Sor de la Fédération démocratique du Nord Syrien, étaient présentes.
 
DERIK : LA RÉVOLUTION DU ROJAVA EST UNE RÉVOLUTION DE FEMMES
 
Zozan Derik, représentante du PYD (Parti de l’Union Démocratique) pour l’Europe, est intervenue en premier et a fait un exposé sur la situation des femmes avant et après la révolution au Rojava. Derik a souligné que les femmes vivaient dans un système féodal patriarcal avant la révolution du Rojava, et a ajouté que les femmes du Rojava sont devenues un espoir pour toutes les femmes du monde après la révolution.
 
« Les femmes ont joué un rôle important dans tous les domaines de la révolution et ont réalisé de grands progrès », a déclaré Derik et a souligné que la révolution du Rojava était une révolution féminine.
 
« CEUX QUI PENSENT QU’UN AUTRE MONDE EST POSSIBLE ÉTAIENT AVEC NOUS »
 
Derik a déclaré qu’ils ont frappé à toutes les portes en Europe alors que les attaques contre le Rojava et Afrin en particulier s’intensifiaient : « Mais malheureusement, nous avons été abandonnés par les États et les systèmes. Le monde s’est tu quand notre peuple a été massacré. Mais ceux qui ont la conscience, les peuples, ils étaient avec nous. Il y a eu ceux qui ont rejoint la révolution et sont tombés martyrs. La mémoire de ces gens vivra toujours au Rojava. La révolution du Rojava n’appartient pas seulement aux Kurdes, elle appartient à tous ceux qui disent qu’un autre monde est possible et elle appartient aux femmes du monde. »
 
HAMI : NOUS PANSONS NOS BLESSURES AVEC LE SOUTIEN DE NOTRE PEUPLE
 
La coprésidente du Croissant-Rouge kurde, Heyva Sor Sor a Kurdistan, Jamila Hami, est intervenue après Derik et a fait un exposé sur la fondation et les efforts du Heyva Sor au Rojava. Hami a déclaré qu’ils avaient travaillé dans des conditions de guerre difficiles : « La Heyva Sor au Rojava est devenue un espoir pour le Rojava et les peuples de la région. Au cours des processus les plus difficiles, nous avons été la seule institution à offrir un coup de main. Le monde n’a pas vu ou ignoré les victimes ici, mais nous avons pansé les blessures de nos peuples avec le soutien de la population, et nous continuons à le faire. »
 
Hami a ajouté : « En tant que Heyva Sor, nous n’avons jamais fait preuve de discrimination en matière d’aide. Aujourd’hui, nous aidons toujours les familles des gangs de Daesh dans les camps. Nous offrons notre soutien en fonction des besoins. Mais les organisations internationales et les Etats ont fermé les yeux sur le Rojava, alors qu’ils parviennent à fournir de l’aide partout ailleurs dans le monde. »
 
RUIZ : LES PROBLÈMES SERONT SURMONTÉS GRÂCE À LA SOLIDARITÉ
 
Après Hami, la députée du Parti socialiste suisse Rebecca Ruiz, a souligné l’importance de la lutte des femmes kurdes pour les femmes du monde entier. Ruiz a déclaré qu’ils étaient solidaires des femmes kurdes et a souligné que les femmes sont confrontées à l’injustice partout dans le monde. Ruiz a également parlé de la discrimination à laquelle les femmes sont confrontées en Suisse et a déclaré : « Les femmes du monde entier peuvent surmonter les problèmes qu’elles rencontrent grâce à la solidarité qu’elles créent ».
 
MISIEGO : LE PKK A CRÉÉ UNE IDENTITÉ LIBRE POUR LES FEMMES
 
Céline Misiego, conseillère du Parti travailliste de la municipalité de Renens, a ensuite pris la parole et a déclaré que la pratique des femmes kurdes mise en avant au Rojava a été un exemple pour les femmes du monde entier. « Le PKK a créé une identité libre pour les femmes dans une région aussi rude que le Moyen-Orient », a déclaré Misiego, et a ajouté que la lutte des femmes kurdes avait encouragé les femmes du monde. »
 
Misiego a souligné qu’il devait y avoir une lutte contre le patriarcat dans tous les domaines. « Les femmes du monde devraient se rassembler dans la solidarité et se battre à la lumière de la lutte créée par les femmes kurdes. »
 
AJDACIC : NOUS DEVONS EMBRASSER LE ROJAVA POUR L’AVENIR DE L’HUMANITÉ
 
La sociologue de l’Université de Lausanne, Lena Ajdacic, s’est exprimée en dernier lors de la table ronde et a commencé par féliciter la lutte des femmes kurdes. Ajdacic a déclaré que le système construit au Rojava était important pour l’avenir des peuples du monde : « Le système construit au Rojava sous la direction des femmes est plus progressiste que tout autre dans le monde. Si l’on considère l’aspect démocratique et la présence des femmes dans ce système, on ne peut voir personne d’autre qui accorde une telle importance aux femmes. »
 
« NOUS DEVONS CRÉER DES RÉSEAUX DE SOLIDARITÉ »
 
Ajdacic a souligné que la Révolution du Rojava doit être embrassée et défendue pour l’avenir des peuples et des femmes du monde : « La Suisse et d’autres pays sont de mèche avec l’Etat turc, qui veut étouffer la Révolution du Rojava, pour des intérêts commerciaux. Contre cela, nous devons créer de grands réseaux de solidarité pour le Rojava. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici