Dans les pas de l’Etat islamique et de la Turquie, l’Iran se venge des Kurdes en détruisant les sites historiques

0
813
Les gouvernements occupants les terres du Kurdistan en Iran et en Turquie intensifient à tout jamais la destruction de la culture du peuple kurde. Le niveau du génocide a atteint le stade de la destruction de monuments datant de plusieurs milliers d’années en représailles à l’histoire kurde.
 
Les opérations militaires contre le peuple kurde et les actes destructeurs de la nature perpétrés au Kurdistan se poursuivent en Iran et en Turquie, et l’objectif commun reste le même entre les deux gouvernements, qui consiste à éliminer la culture du peuple kurde et son histoire de milliers d’années.
 
Les actes de sabotage des ruines de Mossoul et de la ville syrienne Palmira par l’Etat islamique (Daesh) qui se déplaçait avec des armes iraniennes et turques illustraient clairement les intentions, les objectifs et les attitudes des deux pays vis-à-vis des peuples de la région.
 
En représailles aux frappes militaires, les gardes de la révolution démolissent une forteresse et construisent une zone militaire
 
Le gouvernement iranien n’a jamais hésité dans sa guerre à anéantir le peuple Kurde par tous les moyens, par sa destruction culturelle et sociale et sa répression militaire, jusqu’à la destruction des sites archéologiques du pays en représailles de leurs morts.
 
Les gardiens de la révolution iraniens ont détruit les vestiges d’une ancienne forteresse datant d’environ 3 000 ans dans la ville de Mariwan pour y construire une base militaire.
 
Les Gardiens de la révolution iranienne l’ont complètement détruite et transformée en une zone militaire également une forteresse de Torag Taba dans la partie orientale du Kurdistan, à la frontière irano-irakienne, après avoir brûlé de vastes zones du territoire de la province du Kurdistan dans laquelle se trouve la forteresse.
 
L’incendie a eu lieu après que l’armée iranienne a délibérément organisé des manœuvres militaires dans cette province. La région a été témoin d’affrontements et d’opérations militaires entre le PJAK et les Gardiens de la révolution iraniens. Le dernier affrontement a tué 11 soldats iraniens.
 
La forteresse historique s’étend sur trois mille ans et a été classée dans la liste des zones archéologiques protégées par l’UNESCO pour la protection du patrimoine.
 
La Turquie a fait un travail similaire l’année dernière
 
D’autre part, le village de Hasan Kiv, qui remonte à 12 mille ans et se caractérise par des maisons sculptées dans les rochers, est entré dans la liste des zones archéologiques du patrimoine humain en 1981, a subi les pratiques barbares du gouvernement turc.
 
Fin août 2017, le gouvernement turc a entamé la démolition d’une partie du village de Hasan Kiv, le plus ancien village archéologique du monde, situé dans la région de Batman, dans le nord du Kurdistan, après que le gouvernement eut émis un vague argument selon lequel le village archéologique contient une structure fragile et dangereux pour les villages voisins.
 
Ceci s’ajoutait aux opérations militaires menées par l’armée turque dans la ville d’Amed, au nord du Kurdistan, qui visaient le quartier archéologique de Sur classé comme l’un des plus grands châteaux du monde, qui a été construit au troisième millénaire avant notre ère, en utilisant des pierres de basalte solides. Il était un centre de liaison stratégique entre l’Est et l’Ouest, mais certaines de ses parties ont été détruites par les bombardements turcs perpétrés contre les habitants de la ville d’Amed en 2016.
 
Dans le contexte de ces opérations de sabotage et de l’élimination de la nature au Kurdistan, le gouvernement turc a délibérément incendié plusieurs mois plus tard de vastes étendues de forêts de Dersim, dans le nord du Kurdistan, similaires aux forêts de Sîrnex et Colêmêrk.
 
Démolition des monuments d’Afrin est une pratique turque complémentaire du travail de Daesh
 
Après l’opération militaire lancée par l’armée turque accompagnée de milliers de mercenaires sur le canton d’Afrin, au nord-ouest de la Syrie, l’armée turque est revenue pour démolir les monuments de la région, notamment le château du « Prophet Hori », qui est l’un des monuments historiques les plus importants dans le monde.
 
Le site archéologique de Tal Janders et les monuments de la ville d’Ain Dara, au sud de la ville d’Afrin, sont également exposés à la barbarie de l’armée turque, une partie de ces monuments ayant été pillés et d’autres ayant détruit dans le cadre du processus de destruction du patrimoine des peuples et des composantes de leur civilisation menées par le gouvernement turc.
 
Tout cela vient de grandes tentatives des gouvernements occupants des terres kurdes pour effacer l’histoire du peuple kurde, riche en réalisations et en révolutions qui ont changé la voie de la prospérité humaine et de la vie pour le meilleur, connues sous le nom de civilisations mésopotamiennes ou de Mésopotamie.
 
Le silence de l’UNESCO et des organisations de défense des droits de l’homme
 
L’objectif principal de l’organisation créée après la Seconde Guerre mondiale est l’instauration de la sécurité et de la paix, la protection du patrimoine mondial et des monuments ainsi que la conservation de la nature dans le monde entier, mais l’UNESCO n’a encore publié aucune déclaration faisant état de violations des droits fondamentaux par la démolition turque ou iranienne de ces sites archéologiques.
 
Les organisations de défense des droits humains également gardent le silence sur les violations par l’Iran et la Turquie dans les campagnes militaires lancées par les deux pays sur les zones kurdes, notamment dans le nord du Kurdistan, qui a détruit plus de 12 villes, après l’annonce de la population de ces villes qui avaient déclaré leurs administrations autonomes.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici