Annihilation culturelle et changement démographique à Afrin

0
965
AFRIN – A Afrin, une tragédie humaine se déroule sous les yeux du monde. Les cas de destruction, d’enlèvement, de rançon, de violence sexuelle et de destruction systématique de la nature s’intensifient de jour en jour.
 
L’Etat turc a attaqué Afrin à partir du 18 janvier. Des milices issus d’Al-Qaïda, comme al-Nosra ou l’État islamique (Daesh), ont été mêlées aux groupes de la prétendue « Armée syrienne libre » (ASL) et ont dirigé l’opération d’occupation de la Turquie sur Afrin. Les hommes, les femmes et les enfants ont été tués sans discrimination. Après que les groupes salafistes eurent envahie la ville d’Afrin le 18 mars, la destruction des symboles de l’autonomie et le pillage de la ville ont commencé. Les puissances mondiales, les États-Unis, l’UE et l’ONU, qui craignaient eux-mêmes la propagation du modèle de démocratie populaire, ont accepté les massacres, les meurtres, les pillages et les expulsions à Afrin par leur silence.
 
Le président de la République turque a appelé les milices qui pillent et assassinent dans le style néo-ottoman « les forces nationales ». Ces milices ont été inculpées pour avoir modifié la démographie de la région à travers des massacres, des expulsions, des pillages et d’occupation.
 
Le transport des milices vers la région se poursuit
 
Alors que le monde ferme les yeux sur les crimes quotidiens croissants dans la ville, les événements survenus depuis le 18 janvier ont été documentés comme suit :
 
Ceux qui ont refusé de quitter Afrin ont été forcés de fuir après le 18 mars par la torture, la répression, l’enlèvement et le meurtre. A la place de la population évadée d’Afrin, les mercenaires de l’ASL et leurs familles évacuées de Ghouta conformément à un accord avec la Russie y étaient installés. Il y a 41 000 colons et la politique de colonisation est toujours en cours. Les mercenaires de Ghouta sont des djihadistes des groupes Faylaq al-Rahman, Jaisal al-Islam, Tahrir al-Sham et Ahrar al-Sham. Ils ont également commencé à terroriser les personnes restantes à Afrin et à piller tout ce qui restait comme « butin de guerre ». Les opposants ont été torturés et enlevés, tandis que les cimetières, les lieux sacrés et historiques ont été dévastés et que des objets anciens ont été volés et vendus. La langue kurde a été interdite et les gens étaient obligés d’utiliser les langues arabe et turque. Le port des drapeaux turcs et des images Erdoğan ont été rendue obligatoire. En particulier, les localités alévies et yézidies ont été complètement dévastées.
 
Les régions où les mercenaires de l’ASL ont été installés sont les suivantes :
 
JINDIRES
 
1- Telef: zone réglementée militaire – interdiction aux civils d’entrer
 
2- Kefer Zeyt: 150 maisons, quatre familles de Ghouta ont été installées
 
3- Kanî Gewrik: zone militaire restreinte de l’armée turque.
 
4- Village Qicuma: 35 maisons, cinq familles de Ghouta ont été installées
 
5- Village Aşkana Rojhilat: 80 maisons et trois familles de Ghouta ont été installées
 
6- Village Gewrikê: 160 maisons, sept familles de Ghouta ont été installées
 
7- Village Feqîra: 80 maisons, 15 familles de Homs et cinq familles de Ghouta ont été installées
 
8- Village Bircikê: 30 maisons, quatre familles de Homs ont été installées
 
9- Village Meska Jorîn: 57 maisons, une famille de Ghouta a été installée
 
10- Village Dêr Belût: 100 maisons, dix familles de Homs ont été installées
 
11- Village Diwan: 25 maisons, 18 familles de Ghouta et Homs ont été installées
 
12- Village Celemê: 930 maisons, 100 familles de Homs et 25 familles de Ghouta ont été installées
 
13- Village Çeqala: 40 familles de Ghouta ont été installées
 
SHERAWA
 
1- Village Şadîra: 160 maisons, six familles de Ghouta ont été installées
 
2- Village Xerzawiya: 400 maisons, 200 familles de Ghouta, 15 de Douma et trois d’Alep ont été installées
 
3- Village Birc Ebdula: 350 maisons, 50 familles de Ghouta ont été installées
 
4- Village Basûta: 460 maisons, 110 familles de Ghouta ont été installées
 
5- Village Basûfan: 250 maisons, 50 familles de Ghouta ont été installées
 
6- Village Birc Heyder: 150 maisons, 30 familles de Ghouta et Nebik ont ​​été installées
 
7- Village Berad: 450 maisons, 20 familles de Ghouta ont été installées
 
8- Village Birc Silêman: 30 maisons, huit familles de Ghouta ont été installées
 
MABATA
 
1- Village Mîrkan: 50 familles de Ghouta ont été installées
 
2- Village Sariya: Quatre familles de Ghouta ont été installées
 
3- Habo du village: Neuf familles de Ghouta ont été installées
 
4- Village Şeytana: six familles de Douma se sont installées
 
5- Village Gewrika Jêrîn: Trois familles de Ghouta se sont installées
 
6- Village Gewrika Jorîn: Quatre familles de Ghouta se sont installées
 
7- Village Erba: 18 familles de Ghouta ont été installées
 
8- Village Bedîna: 23 familles de Ghouta ont été installées
 
9- Village Dimiliya: Neuf familles de Ghouta ont été installées
 
10- Village Gemruk: 13 familles de Ghouta ont été installées
 
ATTAQUES CONTRE LA MÉMOIRE CULTURELLE
 
Ain Dara / Girê Darê: Le 27 janvier 2018, les frappes aériennes turques ont complètement détruit l’ancienne localité construite avant 1300 av. J.-C. près du village de Girê Darê. Les vestiges de la ville et le temple d’Ishtar, vieux de 3 000 ans, avaient déjà été déclarés par l’UNESCO comme l’un des lieux historiques les plus importants de Syrie.
 
Nebî Hûrî ou Cyrrhus: Le site hurrien construit en 2500 avant JC, reconnu par l’UNESCO comme lieu de protection au Moyen-Orient, est appelé par les Kurdes Nebî Hûrî. Les Grecs ont appelé cet endroit Cyrrhus. Là, les églises de Saint Kozma et de Demianos ont été construites. Le scientifique Seman El Xeyur serait également enterré dans l’église. Dans la petite ville se trouvait une grande place avec un spa dans lequel il y avait toujours de l’eau chaude. Le mausolée de Saint Nebi Hûri a été découvert dans le sud-ouest de la colonie. Au-dessus, une mosquée a été érigée en 1859. Ce site historique a été bombardé à trois reprises par des avions turcs et a été gravement endommagé et a été détruit par les obus d’artillerie de la milice « FSA ».
 
Église romaine du village de Kalutê: Dans le village de Kalutê, à une trentaine de kilomètres au sud d’Afrin, se trouve une église romaine et d’autres bâtiments historiques. Le village de Kalutê a été bombardé par des avions turcs les deuxième et troisième jours de l’attaque. Dans le village il y a une église du 2ème siècle.
 
Au 4ème siècle, l’ermite chrétien syriaque Mar Maron, suivi par un mouvement religieux connu sous le nom de Maronites , a vécu ici avant de s’installer dans le village de Kefer Nebo. Lorsque l’islam s’est répandu, le site a été transformé en château. La partie sud de l’ancien site a été complètement détruite par les attaques des forces turques et des mercenaires alliés.
 
Le village d’Elbîzka: Situé à 40 kilomètres au nord-ouest d’Afrin, le village abrite un château, une église et de nombreux autres bâtiments historiques de l’époque romaine. La plupart d’entre eux ont été détruits par des bombardements aériens et d’artillerie. L’armée turque et ses milices limitent l’accès au village.
 
Le village de Kolpe : Le village de Kolpe se trouve à 15 kilomètres au sud-est d’Afrin. Les bâtiments historiques de la période Mitanni ont été détruits le 28 janvier par des attaques aériennes turques. Huit villageois sont morts et sept autres ont été blessés.
 
16 000 objets historiques ont été emmenés en Turquie
 
Alors que les bâtiments historiques millénaires d’Afrin ont été délibérément détruits, des objets et des structures ont été volés par des membres de «FSA» et vendus en Turquie. La majorité des objets ont été transportés à Istanbul, Ankara et Izmir. Jusqu’à présent, environ 16 000 objets historiques d’Afrin auraient été emmenés en Turquie. Le directeur du musée de Syrie, Mehmud Hemûd, dit que les pièces volées doivent dépasser 16 000 et explique que le « comité d’enquête sur les objets volés » n’a pas encore été en mesure de produire un décompte final.
 
LA TOMBE DE NURÎ DERSIMI DÉTRUIT
 
Le cimetière de Şêx Zêd, dans le district de Zêdiyê, à Afrin, a également été pillé et les tombes ont été détruites. Le cimetière de hehîd Seydo à Jindires a également été complètement démoli. Le cimetière de Rajo a été rasé avec des engins de chantier. Le tombeau du docteur Nurî Dersimi sur la route de Meydankê a également été détruit.
 
12 CIMETIÈRES YEZIDIS DÉTRUITS
 
A Afrin et ses environs, douze cimetières yazidis ont été dévastés. Des checkpoints militaires ont été construits sur les cimetières détruits. le cimetière Şêx Berekat près de Basufan, le cimetière Şêx Rikab près de iriadiriyê, le cimetière Şêx Elî à Basufan, le cimetière Çelxane près de Qîbarê, le cimetière Şêx Kursi près de la ville d’Idmeb, le cimetière Şêx Semis Adiya Qestel Cindo, le cimetière Şêx Seyda près de Feqîra, le cimetière Bîr Cefer près de Meşla, le cimetière Şêx Xerbî à Sinka et le cimetière Hogir près de Cirne.
 
Au cimetière Şêx Berekat, l’armée turque a construit une base.
 
CONVERSION FORCÉE À L’ISLAM
 
Les Yézidis et les Alévis restant à Afrin sont obligés de se convertir à l’islam. Ceux qui refusent sont attaqués, torturés, insultés et volés. 22 villages principalement yézidis d’Afrin ont été complètement détruits par l’armée turque et ses milices et déclarés zones réglementées. Selon des rapports, des mosquées sont en construction dans ces villages.
 
Les noms des 22 villages autour d’Afrin, où vivent 25 000 Yézidis avec des musulmans, sont les suivants: Basûfanê, Feqîra, Elî Qîna, Qestel Cindo, Qîbarê, Xezawiye, Buric Ebdalo, Qitmê, Ên Darê, Tirindê, Sînka, Kefer Zêt, Îska, îadîr, Kîmarê, Çeqela, Aşka Rojhilat, Baê, Qoçma, Qîle et Cindirês.
 
L’armée turque aurait construit des bases dans deux de ces villages, Elî Qîna et Qestel Cindo, où ne vivent que des Yézidis.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici