Demirtas : « Les régimes autoritaires finissent par s’effondrer »

0
227

Le candidat du HDP à la présidence turque, Selahattin Demirtaş, a fait publier un article dans le quotidien anglais The Guardian.

Demirtaş a rappelé aux lecteurs qu’il écrivait « d’une prison turque à sécurité maximale – ce qui doit sûrement être une idée étrange pour quiconque vit dans une démocratie stable. Dans tout pays où la démocratie parlementaire fonctionne correctement, les parlementaires et les dirigeants des partis politiques ne sont pas emprisonnés pour leurs politiques. Peu importe à quel point ils sont critiques envers le gouvernement, peu importe leur efficacité à s’opposer au gouvernement, les élus ne sont pas arrêtés pour leurs opinions politiques ».

Demirtaş a ajouté : « avant de devenir parlementaire, j’ai visité des prisons du pays en tant que défenseur des droits de l’homme pour dénoncer les violations des droits des prisonniers  » et a souligné que  » voir les murs de la prison en tant qu’avocat et être retenu en otage politique derrière eux sont des expériences très différentes ».

Réaffirmant sa foi dans l’opposition démocratique en Turquie, Demirtaş a rappelé que « Nelson Mandela a écrit dans son autobiographie sur ce que signifie être un prisonnier politique : La prison elle-même est une grande école de patience et de la persévérance. C’est avant tout un test de foi et d’équilibre. Maintenant, je passe le test de formation et de stabilité comme des dizaines de milliers d’autres aujourd’hui dans les prisons turques, juste pour avoir exercé le droit d’exprimer une opinion et de s’organiser ».

Rappelant qu’il mène sa campagne électorale depuis sa cellule de prison, Demirtaş a ajouté : « La lutte contre le régime autoritaire du président Recep Tayyip Erdoğan est le seul moyen de rétablir la paix et la démocratie en Turquie ».

En entrant dans le détail des campagnes des autres candidats, Demirtaş a déclaré que « malgré leurs différences idéologiques, ils sont motivés par trois vérités importantes ».

« La première, la croyance que la Turquie est trop grande pour être gérée par un seul homme, surtout si l’on tient compte de sa culture de la démocratie. La seconde, ceux qui s’opposent à Erdoğan pensent que le président n’a pas le courage de rivaliser sur un pied d’égalité avec moi, et tous ont condamné mon emprisonnement. Et la troisième, ils détectent que le peuple turc a maintenant un désir important de changement. »

Souhaitant que « la compréhension des électeurs sur qui est vraiment à blâmer pour les malheurs de la Turquie sera reflétée dans le résultat de demain, Demirtas a déclaré : « N’oublions pas que les régimes autoritaires finissent par s’effondrer. Parfois, cela se produit rapidement ; d’autres régimes mettent plus de temps à être délogés. »

https://anfenglishmobile.com/news/hdp-demirtas-authoritarian-regimes-eventually-collapse-27660

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici