Le rapport sur les réfugiés d’Afrin publié

0
559

L’administration du canton d’Afrin a publié un rapport détaillé sur les personnes déplacées du canton d’Afrin à Shehba, au nord de la Syrie, et dans les régions avoisinantes et a renouvelé ses appels à la communauté internationale pour aider les déplacés d’Afrin réfugiés à Shebha.

 
L’invasion d’Afrin par l’armée turque a commencé le 20 janvier et a conduit à un déplacement massif de la population d’Afrin. Menacés d’être kidnappés, torturés, violés ou tués par les forces islamistes alliées à l’Etat turc envahisseur, la majorité des citoyens d’Afrin ont été contraints de fuir leurs foyers.
 
Les attaques turques contre Afrin ciblent les civils
 
Depuis le début de l’invasion, la population civile a subi de nombreuses pertes, ciblées par des bombardements aveugles et des frappes aériennes. Les massacres étaient inévitables lorsque des avions turcs frappaient des bâtiments civils.
 
Le rapport énumère de nombreux exemples différents. Le deuxième jour des attaques, le 21 janvier, dans le village de Jilboul du district de Sherawa, 1 civils a été tué et 8 autres blessés dans un raid aérien. Entre le 20 janvier et le 18 mars 2018, selon un décompte officiel, 262 civils ont été tués par les forces d’invasion. Au moins 706 ont été blessés. Dans les derniers jours de l’invasion (14-18 mars), le nombre de victimes civiles a fortement augmenté, en raison de l’artillerie continuelle et des frappes aériennes sur la ville d’Afrin.
 
En outre, le rapport détaille les politiques abusives et oppressives des alliés islamistes de l’Etat turc contre les femmes, favorisées par leur idéologie misogyne. Ainsi les femmes d’Afrin avaient d’autres raisons d’avoir peur. Elles risquaient particulièrement d’être prises pour cible par les forces d’occupation pour lesquelles une femme qui a perdu son «honneur» est une cible légitime de viol et d’autres formes de violence. En outre, la ville était sur le point d’être encerclée et la population était en grave danger, car les forces d’invasion menaçaient de commettre un génocide. Les habitants d’Afrin n’avaient d’autre choix que de quitter leur foyer et de fuir vers la région de Shehba, une région voisine située entre Afrin, Azaz et Alep.
 
Le rapport décrit en détail la vie de centaines de milliers d’individus. « Ils vivent dans des conditions désespérées. » – A déclaré le rapport – En raison du grand nombre de personnes ayant besoin d’aide humanitaire, les ressources et les infrastructures existantes dans Shehba appauvri ont été complètement inadéquats pour répondre à leurs besoins. La plupart des gens ont quitté Afrin sans aucun bien. Les vivres, l’eau, les abris, les services de santé et d’éducation font cruellement défaut.
 
Les gens ont trouvé refuge dans des maisons endommagées par la guerre et abandonnées par leurs anciens propriétaires, qui ont fui l’occupation de l’EI dans la région. L’administration locale a rapidement construit un camp de réfugiés à Fafin pour fournir au moins les besoins humains fondamentaux, mais les soins de santé sont insuffisants : il n’y a pas assez de médecins, de matériel médical ou de fournitures devant la souffrance des personnes déplacées à Shehba. Aujourd’hui, le sort des réfugiés s’aggrave de jour en jour ».
 
Une étude de terrain complète a été réalisée par l’Administration autonome du canton d’Afrin. Les informations recueillies comprenaient l’âge, la situation familiale, leur état de santé, la façon dont ils ont fui leur domicile, les conditions auxquelles ils ont été confrontés depuis leur arrivée à Shehba, les normes d’hébergement et les risques actuels pour leur santé et leur bien-être.
 
Région de Shebha
 
Shehba est la zone entre les villes de Manbij, al-Bab, Azaz, Semann, Jarabulus et Tel Rifat. La région de Shehba est maintenant largement occupée par l’Etat turc et ses alliés se battant sous la bannière de l’islam sunnite radical. La petite partie de Shehba au nord d’Alep a été libérée par les forces démocratiques en 2016, qui est ensuite devenue le canton de Shehba.
 
Le rapport fait une courte histoire du « Canton de Shehba, qui a été pris par les groupes de l’Armée syrienne libre (FSA) en 2012, puis capturé par l’Etat islamique (ISIS) en 2013. En raison du régime brutal de l’Etat islamique, la population locale a quitté la région et s’est enfuie principalement dans le havre de paix paisible du canton d’Afrin».
 
Le rapport ajoute que « la population originelle de la région était d’environ 65% kurde, 25% arabe, 5% circassienne et arnaout et 5% turkmène. Les 58 villages libérés en 2016 (y compris Tel Rifat, Kafr Naya, Ahris, Um Hosh et Fafin) sont situés dans la partie de Shehba reliée formellement à Azaz. Cette zone est récemment devenue la destination de centaines de milliers de réfugiés d’Afrin, qui ont eux-mêmes fui l’invasion de l’Etat turc, et le bombardement de la ville d’Afrin à partir du 18 mars 2018.
 
Le sol de Shehba est fertile et la région a des rendements élevés. Dans le passé, le blé, l’orge, les pois chiches et les arachides y étaient cultivés, et la région de Shehba était un contributeur important à l’économie du gouvernorat d’Alep et de la Syrie. Cependant, l’infrastructure agricole a été complètement détruite par la guerre civile ».
 
Il est important de rappeler que la création du canton de Shehba a été annoncée lors de la troisième réunion du conseil fondateur de la Fédération syrienne du nord. Shehba a été déclarée partie de la région d’Afrin. La Commission électorale du Canton de Shehba a été créée. Les élections communales prévues par la Fédération de la Syrie du Nord, ainsi que la deuxième phase des élections des Conseils locaux, ont été annoncées le 8/7/2017 au nom du Conseil du Canton de Shahba. 47 communes ont été établies selon le système de coprésidence, garantissant une participation de 50% des femmes. Pour la première fois, le canton assiste à la participation des femmes à ce ratio. Le travail s’est étendu, en particulier dans les secteurs de la santé, des services, de l’éducation et de l’agriculture.
 
La Turquie et ses mercenaires – dont l’EI, Al-Nosra, la brigade Sultan Morad et d’autres groupes extrémistes islamistes – ont commencé leur assaut sur Afrin le 20 janvier 2018, en utilisant les armes de l’OTAN et un espace aérien contrôlé par la Russie.
 
Appel à la communauté internationale
 
Le rapport souligne que « plus de 700 personnes ont été tuées. Les Forces Démocratiques Syriennes et les Unités de Protection des Peuples et des Femmes (YPG / YPJ) ont manifesté une résistance historique depuis le 20 janvier 2018. Après le violent bombardement turc contre le centre de la ville d’Afrin les 17-18 mars 2018, les Forces Démocratiques Syriennes se sont retirées du centre de la ville et sauvé des dizaines de milliers de résidents d’Afrin, après avoir eu la confirmation que la Turquie commettrait un massacre et un génocide contre les habitants d’Afrin avec le soutien de la Fédération de la Russie. Des centaines de milliers de personnes ont été déplacées dans le canton de Shehba, qui n’a pas la capacité d’accueillir un tel nombre de personnes déplacées.
 
Le Conseil Shehba et 62 membres de la province et 168 membres des quatre villes ont annoncé une mobilisation générale pour recevoir un grand nombre de personnes déplacées.
Environ 250 000 ont été installées dans les villages, mais des dizaines de milliers restent dans les rues sans aucune aide ».
 
Le Conseil a fait appel aux organisations internationales. L’auto-administration des cantons de Jazira et de l’Euphrate, dans le nord de la Syrie, a répondu à l’appel en envoyant des douzaines de camions de nourriture, de médicaments, de lait pour bébés, de couvertures et de matelas et plus de 10 000 tentes. Pour éviter une catastrophe humanitaire, le rapport a rappelé qu‘ »un camp appelé « Berxwedan » (Résistance) a été installé dans le district de Fafin pour abriter les déplacés afin d’éviter les maladies et la mort ».
 
Selon le rapport, « les organisations humanitaires internationales n’ont jusqu’à présent apporté aucun soutien à ces personnes déplacées, à l’exception d’une aide du Croissant-Rouge syrien ».
 
Le Canton de Shehba a réitéré son appel aux organisations internationales de secours et aux Nations Unies pour :
 
– Apporter un soutien et une attention aux personnes déplacées d’Afrin à Shehba
– Pression des principaux pays pour expulser l’occupation turque et ses mercenaires d’Afrin
– Permettre le retour des habitants d’Afrin à leurs foyers
– Empêcher la Turquie de mettre en œuvre un changement démographique à Afrin par la réinstallation des membres de l’EIIL et les mercenaires islamistes de toutes les parties du monde, ainsi que les gens déplacés de Ghouta, à Afrin.

Source

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici