AccueilMoyen-OrientTurquieDemirtas promet de mettre fin au règne d'un seul homme en Turquie

Demirtas promet de mettre fin au règne d’un seul homme en Turquie

TURQUIE / ELECTIONS – Selahattin Demirtaş, le candidat du Parti démocratique des peuples (HDP), à la présidence de la Turquie, a promis de mettre un terme au règne d’un seul homme en Turquie.

 
Le manifeste de Demirtaş pour les élections du 24 juin a été publié lundi lors d’une réunion à Ankara. Dans le manifeste, Demirtaş a déclaré qu’en tant que président, il n’aurait pas de pouvoirs excessifs et qu’il réaliserait un plan pour une transition urgente vers la démocratie. Il a promis un pays sans polarisation qui devrait être dominé par l’amour et la tolérance, où les gens pourront vivre librement leur mode de vie.
 
Le manifeste a également promis la mise en place d’un système de gouvernement doté de la participation de tous les segments de la société. « Nous sommes la voix non pas du monisme mais du pluralisme. Nous disons que nous sommes ici contre un régime qui déclare que ceux qui ne sont pas de son côté sont des criminels et qui travaille uniquement pour sa propre existence. Nous sommes au tournant d’une destruction de 16 ans par les urnes ! Main dans la main pour un nouveau départ, nous allons changer avec vous le règne moniste, répressif, voleur, discriminant et agressif. »
 
Demirtaş a déclaré : « VOUS êtes celui qui produit, et VOUS serez celui qui dirige », dans son manifeste, qui énumère les promesses suivantes pour guérir les blessures sociales :
 
« Nous allons mettre fin à l’état d’urgence le plus rapidement possible.
 
Nous indemniserons les dommages causés par l’état d’urgence et les décrets statutaires et assurerons la réintégration des personnes illégalement licenciées.
 
Nous mettrons un terme aux atrocités subies dans les prisons et mettrons fin au traitement injuste dont les prisonniers sont victimes et assurerons la libération immédiate de tous les prisonniers malades.
 
Nous mettrons fin au système de gouvernance basé sur l’usurpation de la volonté et du droit de vote des citoyens et nous veillerons à ce que les maires licenciés soient réintégrés dans leurs fonctions.
 
En garantissant la démocratie, nous soulagerons l’économie. Du point de vue d’une économie fondée sur la satisfaction des besoins sociaux, nous étendrons la surveillance des relations économiques par les producteurs.
 
Le palais attribué à un homme sera vidé
Nous allons construire notre politique étrangère dans la perspective de résoudre les problèmes actuels par le dialogue et les méthodes pacifiques.
 
« Nous allons réorganiser la structure du Conseil des juges et des procureurs, retirer le ministre de la justice du conseil, mettre fin à la pression politique sur les juges et les procureurs et rendre le conseil autonome. Le pouvoir judiciaire sera libéré de la tutelle de la politique.
 
Nous abolirons le Conseil de l’enseignement supérieur [YÖK] et garantirons l’autonomie académique, scientifique et administrative des universités.
 
Nous œuvrerons pour l’abolition des structures et des dispositifs de produits du coup d’État tels que le Conseil national de sécurité et la loi antiterroriste.
 
Nous libérerons la législature et la justice de la pression de l’exécutif.
 
Nous allons accomplir le programme d’une transition urgente vers la démocratie.
 
Le système parlementaire inclusif que nous formerons sera l’assurance de non pas une seule personne mais de NOUS. Nous reviendrons aux autorités du Parlement, comme le droit de légiférer, de contrôler et de déterminer le budget qui a été accordé au cabinet du président dans le cadre du programme de transition urgente vers la démocratie. Nous construirons un système parlementaire fort et pluraliste en surmontant les impasses créées par la majorité unipartite.
 
Nous donnerons la priorité à la solution de tous les problèmes sociaux.
 
Nous allons construire un système administratif basé sur la participation égale des femmes.
 
Nous légaliserons la légitimation du système de coprésidence qui assurera la représentation égale des femmes à tous les niveaux des partis politiques.
 
Nous protégerons les droits des enfants qui constituent le tiers de la population turque. Nous assurerons une vie heureuse, honorable et paisible à chaque enfant.
 
Nous allons résoudre la question kurde avec la perspective qu’une paix permanente est le seul moyen d’assurer le bien-être et la tranquillité pour le peuple turc. Nous mettrons fin à la violence et au conflit par une paix honorable.
 
Nous mettrons fin à la pression sur toutes les identités, croyances et groupes culturels opprimés et marginalisés ainsi que sur l’identité du genre.
 
Nous ne laisserons pas le fardeau de la crise économique peser sur les citoyens.
 
Nous ne ferons jamais de concessions sur les principes d’une éducation libre, scientifique, de langue maternelle, laïque et libérale.
 
Nous supprimerons tous les obstacles au droit à l’information, à la liberté de pensée, d’expression, de presse, de manifestations et d’organisation.
 
Nous mettrons fin à toutes les constructions qui causent la destruction écologique et menacent la nature et la société. Nous protégerons les forêts, la littorale, les pâturages, les champs agricoles, les zones protégées et le patrimoine culturel et historique.
 
Je serai le président pour mettre fin au régime superprésidentiel. Une fois le processus terminé, mes autorités seront également restreintes. Le bureau du président deviendra une autorité représentative pour la réconciliation sociale.
 
Nous sommes les citoyens. Avec nos identités, nos croyances, nos langues et nos cultures, NOUS sommes ce pays.
 
Nous sommes ceux qui croient en l’avenir de ce pays et qui luttent contre le gaspillage des ressources, des espoirs, des efforts et des diversités pour les passions d’un seul homme. »
 
S’exprimant lors de la conférence de presse à Ankara pour présenter les manifestes électoraux du HDP, le co-président du parti, Sezai Temelli, a souligné les principaux points des engagements du parti envers les électeurs, 40 jours avant le jour du scrutin.
 
Temelli a déclaré : « Aujourd’hui, c’est le bon moment pour prendre un nouveau départ. Nous venons d’ouvrir touts les verrous qui ont été mis sur la démocratie, l’économie, la joie de vivre, l’émotion, le désir des gens de vivre ensemble sans combat, sans conflit. »
 
Temelli a également promis « de mettre fin au régime d’un seul homme, à la polarisation sociale et au discours haineux. » Temelli a rappelé que « des millions de jeunes dans ce pays n’ont vu aucune autre force au pouvoir que le gouvernement AKP. Les jeunes, donnez-vous une chance, pas à nous. Nous allons changer avec vous ! C’est le moment. … Plus de 40 millions de femmes vivent dans ce pays. Plus de 40 millions de femmes sont presque ignorées ! Femmes, nous vous appelons. »
 
Puis Temelli a appelé les « Kurdes, Turcs, Arméniens, Alévis, Yézidis, Assyriens, Roms, ouvriers, femmes, jeunes, enfants … Vous n’êtes pas seuls, le HDP est là. Votre voix a été réduite au silence par le régime d’un seul homme. Nous n’avons pas de fauteuils à perdre dans nos palais d’hiver, nous ne craignons pas de perdre nos paradis fiscaux. La seule chose que nous craignons est de perdre la confiance de notre peuple, qui ne nous a jamais quitté à mi-chemin. »
 
Temelli a souligné que « la liberté n’est pas un cadeau, mais un choix. Vous ne pouvez pas acheter la liberté, mais vous pouvez vous libérer. « 
 
En novembre 2016, Demirtaş et 12 députés du HDP ont été arrêtés pour des charges liées au terrorisme. Demirtaş reste en détention préventive. Les députés sont poursuivis en vertu de la législation antiterroriste après la levée de leur immunité parlementaire.
 
Le HDP est le deuxième parti d’opposition au Parlement turc. La répression du gouvernement turc contre le mouvement politique kurde a commencé fin 2016 avec l’arrestation de personnalités politiques de premier plan, dont les coprésidents du parti, Figen Yüksekdağ et Selahattin Demirtaş, qui ont conduit à la détention d’au moins 5 000 membres du HDP, notamment 80 maires.
 
Des administrateurs ont été nommés dans des douzaines de municipalités dans les régions kurdes. Il y a actuellement neuf députés du HDP derrière les barreaux. Ces développements ont suscité de nombreuses critiques de la part de la région et des pays occidentaux.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici