« Il ne peut être question d’élections équitables en Turquie »

0
909
WIESBADEN – Jan Schalauske, porte-parole de la politique européenne du groupe DIE LINKE (La gauche) au parlement de l’Etat de Hesse et membre de la délégation du ministre des Affaires européennes et fédérales, Lucia Puttrich, qui s’est rendu à Ankara du 6 au 9 mai s’est exprimés sur la situation actuelle en Turquie avant les élections anticipées du 24 juin.
 
DIE LINKE appelle à un changement de cap dans la politique de la Turquie
 
Jan Schalauske a déclaré : « Les élections anticipées du 24 juin se dérouleront dans des conditions d’état d’urgence. Il ne peut être question d’élections équitables, il y a un climat de peur. Des dizaines de milliers de personnes sont emprisonnées et plus de 100 000 personnes ont perdu leur emploi. Les journalistes sont derrière les barreaux. Les intellectuels et les gens de gauche sont criminalisés, des cas de torture sont signalés, des manipulations électorales massives sont à craindre.
 
DIE LINKE se félicite expressément du fait que la délégation de Hessen a finalement rencontré la partie HDP pour des pourparlers. Le degré de répression auquel le HDP est exposé est effrayant. Neuf députés du HDP sont en détention, y compris le candidat à la présidence Selahattin Demirtas. Onze députés HDP ont perdu leur mandat. Des centaines de maires ont également été arrêtés ou démis de leurs fonctions. Le sud-est de la Turquie une guerre sanglante fait toujours rage. Chaque jour, des gens et des maisons sont détruits.
 
Pour DIE LINKE, il est clair qu’il faudrait mettre fin à la répression contre le HDP ainsi que contre les autres forces démocratiques. En outre, il faut également mettre fin à la criminalisation du mouvement kurde en Allemagne.
 
DIE LINKE appelle à un changement de cap de la politique turque, vu les graves violations des droits de l’homme en Turquie et vu la guerre d’agression illégale de l’armée turque contre le canton kurde d’Afrin au nord de la Syrie. Pour faire pression sur le régime AKP, la coopération avec le pays de l’OTAN doit être stoppée et toutes les exportations d’armes vers la Turquie doivent être stoppées.A court terme, une mission d’observation des élections doit être lancée par l’intermédiaire des organisations internationales afin d’assurer une observation électorale généralisée et efficace en Turquie ».

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici